Mycoses invasives et antifongiques

Missions du CNR des Mycoses invasives et antifongiques

  1. Mycoses invasives et antifongiques
  2. Missions du CNR des Mycoses invasives et antifongiques

L'unité de Mycologie Moléculaire de l'Institut Pasteur a été nommée Centre National de Référence (CNR) des Mycoses Invasives et des Antifongiques (CNRMA) par arrêté du 7 mars 2017. La diversité et la particularité des infections fongiques par rapport aux pathologies surveillées par les autres CNR expliquent la pluralité des missions du CNRMA. Ces missions concernent les infections fongiques invasives prouvées ou probables selon les critères EORTC ainsi que les pneumocystoses, et s'organisent sur 4 sites :

CNR Mycoses invasives et antifongiques - Institut Pasteur

1. Mission d'expertise mycologique

  • Aide à l'identification ou confirmation d'identification des isolats de champignons responsables de mycoses invasives, en particulier pour les genres/espèces inhabituels
  • Détermination de la sensibilité aux antifongiques des isolats posant des problèmes thérapeutiques,
  • Mise au point et/ou standardisation de techniques d’identification, de diagnostic, de typage ou étude des mécanismes de résistance aux antifongiques.
  • Aide à l'interprétation d'examens anatomopathologiques réalisés pour des patients suspects de mycoses invasives

2. Mission de surveillance épidémiologique et mycologique en lien avec Santé Publique France

  • Surveillance nationale des mycoses invasives, émergentes, communautaires ou liées au soin et de de la résistance aux antifongiques
  • Contribution à l'alerte pour toute augmentation inhabituelle de cas dus à une espèce particulière, modification des formes cliniques, survenue de cas groupés, apparition d’un nouveau phénotype de résistance, risque de voir apparaître une résistance à un nouvel antifongique.

3. Mission de conseil pour la prise en charge diagnostique et thérapeutique des patients suspects ou atteints de mycoses graves et/ou rares.

 

INTÉRÊT POUR LA SANTÉ PUBLIQUE

Les mycoses invasives et les pneumocystoses ne font pas partie des maladies à déclaration obligatoire et leur incidence est donc mal connue. La France est le seul pays à avoir mis en place des observatoires sur les mycoses invasives grâce à la collaboration étroite entre le CNR et les mycologues et cliniciens français. Les isolats responsables de ces mycoses sont caractérisés au CNR par une approche standardisée polyphasique, et les données cliniques et épidémiologiques associées sont collectées anonymement sur un serveur sécurisé. Grâce à cette surveillance active et à ces réseaux pérennes, les données ne sont pas limitées à un type de mycose, une catégorie de patient ou un environnement hospitalier particulier.

L'Observatoire des Levures (ODL), mis en place en Ile-de-France depuis 2002, permet non seulement de décrire les populations à risque et les espèces en cause dans les fongémies à levures, mais aussi d'étudier les tendances en termes d'incidence, de mortalité associée ou d'espèces en cause, et de prescriptions d'antifongiques. Le RESeau de Surveillance des Infections Fongiques (RESSIF) mis en place en 2012 comprend maintenant 29 centres hospitaliers répartis sur le territoire métropolitain et ultramarin, et collige tous les cas de mycoses invasives diagnostiqués dans ces centres (cryptococcose, fongémies à levures, aspergilloses, mycoses émergentes, mycoses endémiques) ainsi que les isolats correspondants, et les cas de pneumocystoses.

Mis à jour le 31/10/2017

Retour en haut