Mycoses invasives et antifongiques

Activités du CNR des Mycoses invasives et antifongiques

  1. Mycoses invasives et antifongiques
  2. Activités du CNR des Mycoses invasives et antifongiques

Avant tout envoi, consulter la rubrique " Envoyer un échantillon/une souche"

Toute demande au CNR n’est prise en compte que si elle est accompagnée des renseignements cliniques, à fournir sur la feuille de demande d'expertise établie par le CNR.

EXPERTISES

Les demandes ne peuvent concerner que les mycoses invasives prouvées ou probables selon les critères EORTC/MSG (Clin Infect Dis. 2008 Jun 15;46(12):1813-21. doi: 10.1086/588660.)

Avant tout envoi, consulter la rubrique " Envoyer un échantillon/une souche" car certaines expertises sont réalisées sur le site SLS ou dans l'unité d'histopathologie de l'Institut Pasteur et compléter la fiche de demande d'expertise  

ATTENTION : le CNRMA ne réalise plus la recherche d’anticorps pour le diagnostic des mycoses endémiques depuis le 1er janvier 2013

  1. Aide à l'identification / confirmation d'identification d'isolats de champignons (filamenteux et levures) responsables de mycoses invasives par une approche polyphasique associant :
  • Analyse morphologique (macroscopique, microscopique)
  • Détermination du profil protéique par MALDI-TOF
  • Analyse des séquences nucléotidiques de plusieurs régions
  • Détermination des profils de sensibilité à 8 antifongiques par microméthode en milieu liquide adaptée de la technique EUCAST. Les antifongiques testés diffèrent légèrement selon qu'il s'agit d'une levure ou d'un champignon filamenteux)

Les résultats sont habituellement disponibles en une semaine (retard possible en cas de fructification insuffisante, arrivage massif de souches dépassant les capacités techniques du CNRMA et/ou jour férié interrompant le processus).

  1. Aide au diagnostic des mycoses invasives

L'aide au diagnostic peut prendre plusieurs formes :

  • Relecture de coupes histologiques et colorations spéciales (réalisées dans l'unité d'Histopathologie, Institut Pasteur, Pr. F. Chrétien)
  • Diagnostic moléculaire sur tissu, au mieux sur échantillons frais non fixés dans le formol (réalisé dans le laboratoire de Parasitologie-Mycologie de l'hôpital Saint-Louis, Pr. S. Bretagne)
  • Typage des isolats
  • Seul le sérotypage des isolats de Cryptococcus neoformans est réalisé en routine.
  • Pour les autres espèces, y compris Pneumocystis jirovecii, des techniques de typage moléculaire sont envisageables pour explorer l’origine d’infections liées au soin ou la physiopathologie. Aucune méthode ne fait, à ce jour, l’objet d’un consensus international, y compris pour les espèces les plus courantes et le choix d’une méthode n’est décidé qu’après discussions préalables avec l’un des responsables/collaborateurs du CNR en fonction des questions posées (cnrma@pasteur.fr).
     

SURVEILLANCE

Le CNRMA est chargé de la surveillance épidémiologique des mycoses invasives et de la résistance aux antifongiques. Il a donc mis en place des serveurs sécurisés de déclaration en ligne permettant de déclarer les mycoses invasives. Les cliniciens et microbiologistes/mycologues concernés doivent contacter l’administrateur du système (dromer@pasteur.fr) pour obtenir leurs paramètres de connexion. Des réseaux ont été constitués pour collecter de façon exhaustive et pérenne les cas de fongémies à levures [Observatoire Des Levures (ODL) mis en place en Ile-de-France depuis 2002 et comprenant actuellement 14 centres] ou toutes les infections fongiques invasives et les pneumocystoses [RESeau de Surveillance des Infections Fongiques (RESSIF) mis en place en 2012 et comprenant actuellement 29 centres].  

Les déclarations se font également, à l'initiative des mycologues ou des cliniciens pour les cas d'infections fongiques invasives diagnostiqués sur tout le territoire métropolitain et ultramarin, et en particulier pour les cryptococcoses, les mycoses endémiques (infections à Histoplasma capsulatum, Histoplasma duboisii, Coccidioides immitis, Blastomyces dermatitidis, Paracoccidioides brasiliensis, Penicillium marneffei, Sporothrix schenckii, mais aussi chromoblastomycoses, mycétomes), les mycoses émergentes quelle que soit l’espèce (infections à Scedosporium spp., Fusarium spp., Mucorales, ...), et les mycoses inhabituelles de par leur  localisation (localisation osseuse, cérébrale, cardiaque, ...). Il suffit de contacter le CNR pour participer à cette surveillance (cnrma@pasteur.fr).

CONSEIL

Le CNR assure une activité de conseil auprès des cliniciens et microbiologistes prenant en charge des patients suspects ou atteints de mycose invasive.

COLLECTION DE SOUCHES

 Le CNR conserve toutes les souches envoyées dans le cadre de ses missions d'expertise et de surveillance. 

FORMATION

Les biologistes hospitalo-universitaires peuvent compléter leur formation en mycologie médicale en s'inscrivant au cours de Mycologie médicale de l’Institut Pasteur (dispensé annuellement en anglais).

COLLABORATIONS ET RÉSEAUX

Nationaux
Avec les Sociétés Savantes dont les membres sont concernés par les mycoses invasives, en particulier la Société Française de Mycologie Médicale, la Société de Pathologie Infectieuse de Langue Française, la Société Nationale Française de Médecine Interne, l’Association des Professeurs de Pathologie Infectieuse et Tropicale (APPIT) pour toutes les activités de surveillance évoquées plus haut.

Internationaux (dont européennes)

Mis à jour le 31/10/2017

Retour en haut