Coqueluche et autres bordetelloses

Missions du CNR de la coqueluche et autres bordetelloses

  1. Coqueluche et autres bordetelloses
  2. Missions du CNR de la coqueluche et autres bordetelloses

Dans le cadre des missions définies par l’arrêté du 16 Juin 2016  (fixant les modalités de désignation et les missions des CNR), le CNR de la Coqueluche et autres bordetelloses  est désigné par le Ministère en charge de la Santé, et plus particulièrement par la Direction Générale de la Santé (DGS) et Santé publique France, pour assurer la surveillance microbiologique des infections à Bordetella.


Les missions spécifiques du Centre National de Référence de la Coqueluche et autres bordetelloses, telles que définies dans le cahier des charges de l’appel à candidature (SPF – 19 Juin 2016) sont de contribuer à l’expertise, aux conseils, à la surveillance et aux alertes :
 

1. Expertise

  • en poursuivant le développement de tests de détection rapide et/ou d'outils de diagnostic tardif de la coqueluche ;
  • en testant la sensibilité des bactéries aux antibiotiques, en lien avec le CNR des résistances aux antibiotiques,
  • en vérifiant la couverture des isolats de B. pertussis et d’autres Bordetella circulants par les différents vaccins commercialisés en France ;
  • en contribuant à la diffusion des techniques diagnostiques appropriées et à la validation des performances des tests utilisés par les laboratoires de bactériologie ;
  • en maintenant une capacité de culture cellulaire;
  • en mettant en œuvre des collaborations avec des laboratoires experts des bordetelloses animales (échanges d’informations, de souches, etc.).

2. Conseil

  • en proposant des conseils cliniques, diagnostiques et thérapeutiques aux cliniciens
  • en participant avec SPF aux conseils de santé publique à donner aux cliniciens en cas d’épidémie
  • en contribuant à l’évaluation du programme de vaccination contre la coqueluche et à l’évaluation de l’efficacité des vaccins acellulaires ;
  • en contribuant, le cas échéant, aux travaux d’expertise nationale ou européenne concernant la vaccination contre la coqueluche.

3. Contribution à la surveillance épidémiologique en lien avec l’agence nationale de santé publique

  • en suivant la circulation des souches de Bordetella en France et en différenciant les souches de B. pertussis, B. parapertussis, B. bronchiseptica et autres espèces du genre Bordetella ;
  • en suivant l’évolution du nombre et en caractérisant les souches n’exprimant pas certains antigènes vaccinaux ;
  • en comparant les souches françaises avec les isolats collectés en Europe ;
  • en contribuant à la surveillance de B. pertussis et B. parapertussis par l’animation du volet biologique du réseau hospitalier RENACOQ ;
  • en contribuant, le cas échéant, au volet biologique des projets de surveillance européenne de la coqueluche ;
  • en contribuant, le cas échéant, à la mise en place de nouvelles modalités de surveillance de la coqueluche en population générale, en particulier en médecine ambulatoire.

4. Contribution à l’alerte

  • en signalant à l’agence nationale de santé publique tout événement inhabituel : augmentation inhabituelle du nombre de souches isolées ; apparition de cas groupés ; apparition de souches mutantes de B. pertussis (en particulier phénomènes d’échappement aux vaccins) ; modification des formes cliniques (répartition, modification de leur expression clinique, formes inhabituelles) etc.

INTERET POUR LA SANTE PUBLIQUE

Il est indispensable de :

  • Répertorier de façon constante les espèces de bordetelles induisant une infection respiratoire,
  • Faire l’analyse au niveau génétique de l’évolution des isolats de B. pertussis afin de déterminer les éventuels variants qui seraient antigéniquement différents des souches vaccinales,
  • Vérifier régulièrement la spécificité et la sensibilité des techniques de diagnostics bactériologiques, moléculaires et sérologiques.

Mis à jour le 01/03/2018

Retour en haut