Département Santé globale

Etudier les maladies infectieuses et réagir face à l’émergence de nouveaux agents pathogènes sont les objectifs principaux du département Santé globale dont les recherches sont interdisciplinaires.

|

Le concept de santé globale est apparu au XXe siècle. Il s’appuie sur l’idée que la santé doit être considérée dans son ensemble : les santés humaine, animale et environnementale dépendent les unes des autres et forment un tout (One Health), dont l’étude nécessite une approche scientifique interdisciplinaire à l’échelle planétaire (global en anglais).

En dédiant un département de recherche à la santé globale, l’Institut Pasteur met l’accent sur l’étude :

  • des pathogènes (bactérie, virus et parasites), et leur mode de transmission ;
  • des « réservoirs », espèces animales porteuses de ces pathogènes, et les vecteurs tels que les moustiques, responsables de leur transmission d’un hôte à un autre et de leur dissémination ;
  • de l’interaction des pathogènes avec leur hôte (en particulier l’homme), et les stratégies développées pour échapper à la réponse immunitaire.

Ces recherches sont réalisées avec l’objectif final de proposer des recommandations pour le contrôle des épidémies et développer de nouveaux tests diagnostiques, des traitements et des vaccins.

Une participation active aux missions de santé publique

Conformément à la mission de santé publique que se fixe l’Institut Pasteur, le département est mobilisé dès qu’un agent pathogène déclenche une nouvelle épidémie. Le département abrite en effet six centres nationaux de référence (CNR) et trois centres collaborateurs de l’Organisation mondiale de la santé - CCOMS, reconnus pour leur expertise dans la surveillance de maladies infectieuses à risque.

En cas d’épidémie, une task force d’intervention est mobilisée, comprenant cliniciens, épidémiologistes, et microbiologistes, pour participer aux côtés de l’OMS aux premières opérations de contrôle du foyer épidémique.  Quand l’agent pathogène est inconnu, la Cellule d’intervention biologique d’urgence (CIBU) analysera les échantillons grâce aux nouvelles techniques de séquençage à haut débit afin de reconstruire le génome de l’agent infectieux incriminé. Les équipes d’épidémiologie vont quant à elles étudier les modes de transmission de ces nouveaux agents infectieux et développer des modèles mathématiques pour comprendre leur diffusion et guider les opérations de contrôle.

Des thèmes de recherche variés et complémentaires

Le département Santé globale est investi dans deux des trois axes scientifiques prioritaires définis dans le plan stratégique 2019-2023 de l’Institut Pasteur : les maladies infectieuses émergentes et la résistance aux agents antimicrobiens. Les chercheurs du département étudient dans leur globalité les interactions entre les pathogènes - vecteurs - hôtes, et leurs travaux sont à l’interface de l’immunologie, la génétique, l’épidémiologie et la microbiologie.

Une recherche en réseau international

Ces travaux sont menés dans le cadre de collaborations étroites avec des institutions du monde entier, notamment avec le Réseau International des Instituts Pasteur (par exemple au Brésil pour le virus Zika, à Madagascar pour la peste, et en Guinée pour le virus Ebola), permettant ainsi aux chercheurs de travailler au plus près du terrain.

Un axe fort en formation et enseignement

Le département Santé globale participe à la formation des futurs scientifiques aux disciplines liées aux maladies infectieuses, en lien avec le centre d’enseignement, et des actions sont particulièrement menées pour former des chercheurs du Réseau International des Instituts Pasteur. Une collaboration étroite avec le Conservatoire national des arts et métiers (Cnam), au sein de l’École Pasteur-Cnam de santé publique, propose un mastère spécialisé en santé publique. En matière d’enseignements numériques, de nombreux cours gratuits et en ligne, appelés MOOCs, sont maintenant disponibles.


Vous êtes chercheur ? En savoir plus sur ce département...

 

Arnaud Fontanet © College de France
 

Arnaud Fontanet, directeur du département Santé globale

Notre département souhaite apporter une réponse « globale » aux problèmes de santé humaine. Cela passe par une surveillance planétaire des émergences infectieuses, en lien avec le Réseau International des Instituts Pasteur. Et par la recherche du réservoir animal des virus à l’origine des nouvelles épidémies ou des bactéries résistantes aux antibiotiques. Nous sommes en effet convaincus que santés humaine, animale, et environnementale sont étroitement liées.

 

 

© Portrait photographique : Patrick Imbert, Collège de France

Retour en haut