Guyane

|

Vaccinations recommandées

Systématiquement :

Vaccinations incluses dans le calendrier vaccinal à mettre à jour

Hépatite A

1 injection 15 jours avant le départ, rappel 1 à 3 (5) ans plus tard, enfants : dès l’âge de 1 an.

Fièvre jaune

1 injection à faire au minimum 10 jours avant le départ, enfants : à partir de l’âge de 9 mois. (entre 6 et 9 mois, uniquement dans des circonstances particulières).                                               

NB. Un certificat de vaccination antiamarile est exigé à l’entrée du pays, des voyageurs âgés de 1 an et plus, quelle que soit leur provenance. 
Durée de validité administrative : à vie. 


En fonction des modalités du séjour :

Hépatite B     

Hépatite B, pour des séjours longs ou répétés : deux injections espacées d’un mois, rappel unique 6 mois plus tard.

Lorsque l’immunité doit être rapidement acquise (en cas de départ imminent), un schéma accéléré comportant trois doses rapprochées à J0, J7, J 21 et une quatrième dose 1 an plus tard peut être utilisé, uniquement chez l'adulte.

Méningite à méningocoques

En cas de séjour prolongé en contact étroit avec la population locale, ou en période d’épidémie : une injection au moins 10 jours avant le départ ;   

Rage

En cas de séjour prolongé, en situation d’isolement (enfants : dès qu’ils marchent) : trois injections à J0, J7, J28 (ou 21)

Typhoïde

En cas de séjour prolongé ou dans des conditions d’hygiène précaires (enfants : à partir de l’âge de 2 ans) : une injection 15 jours avant le départ.

Paludisme

Risque de transmission le long des fleuves dans la région centre de la Guyane (entre Saül et Maripasoula) ainsi que la région du bas Oyapock et de l’Approuague, ce qui inclut les communes de Régina et Saint-Georges de l’Oyapock. Absence de transmission sur la zone côtière, le Bas Maroni et le Haut Oyapock.

Prévention :

 

En cas de fièvre survenant pendant le séjour ou dans les mois qui suivent le retour, il convient de consulter un médecin le plus rapidement possible.

Traitements préventifs

Consulter la page Recommandations générales du Centre médical de l'Institut Pasteur.

Retour en haut