Émile Duclaux, « L’apôtre »

Physicien, chimiste et biologiste, chercheur et enseignant, Émile Duclaux fut un des plus proches et des plus dèles collaborateurs de Louis Pasteur. Au décès de son mentor en 1895, il lui succédera à la Direction de l’Institut Pasteur.

|
emile-duclaux-institutpasteur
Émile Duclaux n’aura de cesse de propager la doctrine de Louis Pasteur dans ses cours, ses conférences ou ses publications au point d’être surnommé le « Saint-Paul de l’Évangile pasteurienne ». En 1862, à 22 ans, il intègre le laboratoire de Pasteur à l’École normale supérieure (où il fait ses études) et participe aux expériences qui invalideront la théorie de la génération spontanée. Il entame en 1865 une carrière universitaire, enseignant à Tours, puis à Clermont-Ferrand, Lyon et, dès 1878, Paris. Il reste néanmoins proche de Pasteur, collaborant à l’étude de la maladie des vers à soie à Pont-Gisquet en 1866 ou aux travaux sur la bière, tandis qu’il accueille la famille Pasteur à Clermont-Ferrand pendant la Guerre de 1870 et la Commune. Esprit curieux, il approche des sujets aussi éloignés que la fabrication du fromage et la météorologie. À la création de l’Institut Pasteur en 1887, il en devient sous-directeur – lance les Annales de l’Institut Pasteur, développe les recherches sur les fermentations –, puis directeur en 1895, à la mort du fondateur. Grâce à de généreux donateurs, il acquiert des terrains, fait construire l’hôpital Pasteur et le bâtiment de Chimie Biologie qui porte aujourd’hui son nom. Remarquable enseignant, chercheur passionné, modeste et bienveillant, il s’illustrera aussi par son humanisme en défendant le capitaine Dreyfus en 1898, déclarant avant même le «J’accuse» de Zola : «Si dans les questions scientifiques, nous dirigions nos instructions comme elles semblent l’avoir été dans cette affaire, ce serait bien par hasard que nous arriverions à la vérité. » Il sera ensuite nommé vice-président de la Ligue des droits de l’homme et du citoyen, dont il fut un des fondateurs. Duclaux écrira avoir eu « le bonheur d’approcher Pasteur et de vivre dans son rayonnement » et mourra d’une hémorragie cérébrale à 64 ans, laissant son vaste Traité de microbiologie inachevé. 

LA LEÇON DE SCIENCE DU PROFESSEUR DUCLAUX

En 1872, un jeune étudiant en médecine, Émile Roux, rend visite à Émile Duclaux, alors professeur à l’université de Clermont‐Ferrand. Il souhaite s’exercer à l’analyse chimique. Duclaux lui donne à analyser une pincée de sel : « Qu’est-ce que ce produit ? » Son expérience faite, Émile Roux répond : « Monsieur, je pense que c’est du sulfate de cuivre. » « Ah vous le pensez ? Vraiment ? Eh bien, il faut recommencer. » Quelques heures plus tard, l’élève revient. « Monsieur, je crois que c’est du sulfate de cuivre. » « Recommencez mon ami ! » La troisième fois, le jeune homme, avec un peu d’irritation dans la voix affirme : « Monsieur, c’est du sulfate de cuivre ! » « En effet mon ami », répond Duclaux. « Mais vous voyez, en chimie, il ne faut ni croire ni penser, il faut savoir ! ». Duclaux présentera plus tard son ancien élève à Pasteur.

Le Docteur Roux deviendra un précieux collaborateur du savant, notamment pour ses travaux sur la vaccination, et dirigera l’Institut Pasteur à la mort de Duclaux, en 1904.

> 24 juin 1840

Naissance à Aurillac (Cantal).

> 1859

Entre à l’École normale supérieure.

> 1862

Agrégé de sciences physiques, entre dans le laboratoire de Louis Pasteur (École normale supérieure). Participe aux expériences contre la théorie de la génération spontanée.

> 1863-1865

Passe trois étés à Arbois (Jura) où Louis Pasteur mène des expériences sur le vin.

> 1865

Thèse de doctorat ès sciences. Professeur au lycée de Tours.

> 1866

Suppléant de la chaire de chimie à la faculté des sciences de Clermont‐Ferrand. Collabore avec Louis Pasteur sur la maladie des vers à soie, à Pont‐Gisquet.

> 1870-1873

Pendant la guerre puis la Commune, accueille Louis Pasteur à Clermont ; travaux sur la bière.

> 1873

Épouse Mathilde Briot (ils auront deux fils).

> 1873-1878

Occupe la chaire de physique de la faculté des sciences de Lyon.

> 1877

Établit une station laitière dans une maison à Fau (Cantal) pour étudier la composition du lait et la fabrication du fromage. Conduit une campagne de vaccination anticharbonneuse.

> 1878

Professeur de météorologie à l’Institut agronomique à Paris ; chargé d’une conférence de chimie biologique à la Sorbonne.

> 1880-1900

Travaux et publications relatifs à l’agriculture, la bactériologie, la chimie, l’étude des vins et du lait, la médecine et l’hygiène, la physique.

> 1887

Fonde les Annales de l’Institut Pasteur.

> 1888

Entre à l’Académie des sciences.

> 1888-1895

Sous‐directeur de l’Institut Pasteur. Entre à l’Académie de médecine (1894).

> 1895-1904

Directeur de l’Institut Pasteur.

> 1896

Publie Pasteur, histoire d’un esprit.

> 1898

Participe à la défense du capitaine Dreyfus ; devient vice‐président de la Ligue des droits de l’homme et du citoyen.

> 1898-1901

Publie les premiers tomes du Traité de microbiologie.

> 02 mai 1904

Décès à Paris.

 

Retour en haut