L’Institut Pasteur et Inria créent une structure commune de recherche

Communiqué de presse
|

Le centre de recherche Inria Saclay – Île-de-France et l’Institut Pasteur viennent d’annoncer la création d’une structure commune de recherche, InBio. Son objectif est de développer des méthodes expérimentales et informatiques pour aider à la compréhension du fonctionnement des systèmes vivants au niveau cellulaire.

 

Aujourd'hui, biologie et sciences numériques vont de pair. Mieux comprendre le fonctionnement des systèmes biologiques au niveau cellulaire, guider le développement de molécules ou de cellules thérapeutiques, et optimiser les traitements médicaux sont des enjeux importants de la biologie moderne qui intéressent au premier plan l'Institut Pasteur. Ces thèmes de recherche sont fortement soutenus à l'Institut Pasteur notamment via la création récente d'un centre de bio-informatique, biostatistique et biologie intégrative (C3BI) doté de moyens significatifs.

De leur côté, plusieurs équipes-projets Inria ont acquis une solide expertise sur les problèmes méthodologiques et computationnels non-triviaux soulevés par les questions d'analyse de données et de modélisation, de conception et d'optimisation en biologie moléculaire et en biologie cellulaire.

Etablir des collaborations entre les deux instituts pour travailler en synergie sur ces questions est donc très naturel.

 

Développer des recherches interdisciplinaires

En pratique, les problèmes rencontrés dans ces domaines sont complexes et leur résolution efficace nécessite le plus souvent une recherche réellement interdisciplinaire, dans laquelle approches expérimentales et développements méthodologiques sont finement couplés.

Dans ce contexte, la possibilité pour des chercheurs Inria d'effectuer leurs recherches au sein du C3BI sur le site de l'Institut Pasteur est une opportunité importante. Une étape supplémentaire est franchie vers l'interdisciplinarité lorsque des chercheurs ont la possibilité de faire au sein d'une même structure à la fois des recherches expérimentales et des recherches théoriques, comme c'est le cas avec InBio.

Permettre cette dualité d’activités complémentaires au sein d'une même structure offre des conditions optimales pour faire avancer les recherches à l'interface entre disciplines.

 

Les objectifs d’InBIo

L’objectif principal d'InBio est de développer aussi bien des plates-formes expérimentales, des méthodes mathématiques, du logiciel que des approches de clonage moléculaire, pour rationaliser et automatiser le processus de découverte en biologie.

Pour cela, deux tâches doivent être automatisées et intégrées. La première est de concevoir l’expérience la plus informative possible en fonction des connaissances acquises sur le système étudié et de l’ensemble des souches cellulaires disponibles. La seconde est de réaliser l’expérience choisie, d’exploiter les données nouvelles qui en émergent et de mettre à jour les connaissances courantes sur le système. La connaissance du système est formalisée par un ensemble de modèles en compétition incorporant les incertitudes sur les valeurs des paramètres. 

 


 

À propos de l’Institut Pasteur

Fondation reconnue d’utilité publique, créée en 1887 par Louis Pasteur, l’Institut Pasteur est aujourd’hui un centre de recherche biomédicale de renommée internationale, au cœur d’un réseau regroupant 33 instituts présents sur les cinq continents. Pour mener sa mission dédiée à la prévention et à la lutte contre les maladies, en France et dans le monde, l’Institut Pasteur développe ses activités dans quatre domaines : recherche scientifique et médicale, santé publique et veille sanitaire, enseignement, valorisation économique et transfert technologique. Depuis sa création, 10 chercheurs travaillant au sein de l’Institut Pasteur ont reçu le Prix Nobel de Médecine, les derniers en 2008 à titre de reconnaissance de leur découverte en 1983 du virus de l’immunodéficience humaine (VIH) responsable du sida.

 

À propos d’Inria

Inria, institut national de recherche dédié au numérique, promeut « l'excellence scientifique au service du transfert technologique et de la société ». Inria emploie 2600 collaborateurs issus des meilleures universités mondiales, qui relèvent les défis des sciences informatiques et mathématiques. Son modèle ouvert et agile lui permet d’explorer des voies originales avec ses partenaires industriels et académiques. Inria répond ainsi efficacement aux enjeux pluridisciplinaires et applicatifs de la transition numérique. Le pôle « Santé, biologie et planète numériques » constitue l’un des cinq domaines de recherche d’Inria qui rassemble une cinquantaine d’équipes. 

Inria a contribué à façonner le monde numérique que nous connaissons aujourd’hui et est à l'origine de nombreuses innovations créatrices de valeur et d'emplois. En 2017, Inria célèbre son cinquantième anniversaire et s’attache à relever les défis des sciences du numérique du XXIe siècle.

 

 

Retour en haut