Emile Roux, pilier de l'aventure Pasteur

En 1878, Louis Pasteur cherche un médecin pour l’aider dans l’étude des maladies contagieuses. Son collaborateur émile duclaux lui présente un de ses anciens élèves – Emile Roux – qui entre vite dans l’antre d’un savant déjà très réputé. Le jeune médecin a 25 ans, Pasteur 56. Il sera dès lors de toutes les batailles et de toutes les réussites de son maître.

|
Emile Roux - Institut Pasteur
Et parfois à leur origine : c’est en effet Émile Roux, en inoculant à une poule une vieille culture de choléra aviaire, qui met Pasteur sur la piste de la vaccination par des germes à virulence atténuée. Ensemble, ils vivront les succès des premiers vaccins vétérinaires et du vaccin humain contre la rage, puis la fondation en 1887 de l’Institut Pasteur. Émile Roux ouvre le premier cours de l’Institut, le “Cours de microbie technique” surnommé “Cours de Monsieur Roux”, formant des microbiologistes qui essaiment dans le monde entier. En 1894, il lance un traitement majeur contre la diphtérie (voir ci-dessous), rassurant un Pasteur en n de vie, qui constate que la relève est bien là. À la mort du savant l’année suivante, il devient sous-directeur de l’Institut Pasteur, dirigé par Émile Duclaux. Il fonde l’hôpital Pasteur en 1900 et dirige à son tour l’Institut de 1904 à sa mort. Il fut souvent quali é d’ascète, de “moine laïc”, image renforcée par son physique sec, son “regard perçant”, et son installation les quinze dernières années de sa vie dans son “pigeonnier”, une chambre de l’hôpital Pasteur. Son austérité dût beaucoup aux souffrances provoquées par une tuberculose hémorragique et masquait, aux dires de tous, une grande bonté. « Sa vie contient l’histoire de l’Institut Pasteur, comme l’Institut Pasteur a contenu toute sa vie », soulignait sa notice nécrologique en 1933. Aujourd’hui, à travers les grilles de l’Institut Pasteur, au 25, rue du Docteur Roux, on peut apercevoir, à l’ombre des marronniers, la tombe où il repose. Le nom de “ROUX” est éternellement associé à “PASTEUR”.

LE SÉRUM DE ROUX, VAINQUEUR DU "CROUP"

Au milieu du XIXe siècle, la diphtérie, angine avec formation de fausses membranes à l’entrée des voies respiratoires, touchait jusqu’à 30 000 personnes chaque année en France et tuait un enfant infecté sur deux par asphyxie (diphtérie laryngée ou « croup »). Émile Roux, avec un autre pasteurien, Alexandre Yersin, découvre en 1888 que la bactérie en cause sécrète une toxine, la première toxine bactérienne jamais décrite. Quelques années plus tard, Roux et ses collaborateurs Martin et Chaillou évaluent chez des dizaines d’enfants un traitement par du sérum riche en anticorps contre la toxine diphtérique, préparé chez le cheval : la mortalité chute de moitié ! Communiquée au Congrès de Budapest en 1894, cette avancée médicale eut un immense retentissement, faisant de Roux un héros de la science et le « sauveur des enfants ».

> 17 décembre 1853

Naissance à Confolens (Charente).

> 1872-1873

Études médicales à Clermont- Ferrand. Préparateur pour Émile Duclaux, professeur de chimie à la faculté des sciences.

> 1874-1877

Élève à l’École de médecine militaire du Val-de-Grâce. Refuse de soutenir sa thèse en temps voulu. Renvoi.

> 1878

Épouse Rose Anna Shedlock
à Londres, qui décédera de tuberculose en 1885. Entre au laboratoire de Louis Pasteur,
à l’École normale supérieure.

> 1879-1890

Participe aux travaux de Pasteur sur l’atténuation du choléra des poules, puis sur le vaccin contre le charbon du mouton. Soutient sa thèse de doctorat en médecine sur la rage. Devient directeur-adjoint du laboratoire de Pasteur. Participe à une mission sur le choléra, en Egypte.

> 1888-1895

Chef de service à l’Institut Pasteur. Publie avec Alexandre Yersin sur
la diphtérie.

> 1888-1914

Ouvre et dirige, à l’Institut Pasteur, un cours de microbiologie suivi par de nombreux médecins français
et étrangers.

> 1891-1894

Travaux sur le sérum anti-diphtérique.

> 1896-1906

Nommé sous-directeur de l’Institut Pasteur. Mène des recherches sur le tétanos, la tuberculose,
la péripneumonie et, avec Elie Metchnikoff, sur la syphilis.

> 1904-1933

Nommé directeur de l’Institut Pasteur. Cesse toute activité de recherche personnelle.

> 1914-1918

Crée les laboratoires d’armée, dans chacun desquels il envoie trois bactériologistes et un chimiste.

> 3 novembre 1933

Décès à Paris, suivi de funérailles nationales.

 

Retour en haut