Albert Calmette, un pionnier

De Nice à Lille, en passant par Hô Chi Minh-Ville et Phnom Penh, nombreux sont les établissements scolaires, les hôpitaux et les rues à porter le nom de Calmette. Et pour cause, ce sont autant d’endroits où Albert Calmette a œuvré pour l’hygiène et la santé. 

|
albert-calmette-institutpasteur
Après avoir suivi les cours d’Émile Roux à l’Institut Pasteur, Albert Calmette est missionné en 1890, en sa qualité de marin, par Louis Pasteur pour aller créer le premier Institut Pasteur hors métropole, à Saïgon. Très vite, on vient s’y faire soigner contre la rage depuis la Cochinchine, les États malais, Hong Kong et Chang-Haï. La variole fait alors rage en Indochine. Albert Calmette organise la production de vaccins adaptés au climat local. Il met également au point un traitement contre les morsures de serpents venimeux par sérothérapie. Les cobras tuent à cette époque 21 000 personnes en Inde et de nombreuses personnes en Cochinchine lorsque, fuyant les inondations, les cobras trouvent refuge dans les maisons. 
De retour en France, Émile Roux et Louis Pasteur lui confient la création d’un Institut Pasteur à Lille, inauguré en 1899, où il restera 25 ans. Son travail sur l’hygiène publique (assainissement des logements ouvriers, lutte contre les taudis, épuration biologique des eaux usées) contribuera à assainir la ville. Il créera des dispensaires pour les ouvriers. Albert Calmette est un pionnier de la médecine sociale. Son travail sur la tuberculose passe par des recherches sur la maladie elle-même, mais également sur l’éducation sanitaire. C’est en 1921 qu’avec Camille Guérin, il aboutit à un vaccin contre la tuberculose à par tir d’un bacille bovin atténué découvert en 1908, le « bacille de Calmette et Guérin », ou BCG. La vaccination par le BCG connaîtra une extension mondiale contribuant à faire nettement reculer la maladie. 

LE PRÉCURSEUR

Émile Roux rendait hommage à Albert Calmette en ces termes : « C’est par l’extraordinaire puissance de travail dont il fit preuve, que, dans son séjour de deux ans et demi en Indochine, Calmette montrera les grands services que la microbiologie peut rendre dans ce pays. La fondation de Calmette a servi de modèle aux Instituts Pasteur qui, depuis, ont été créés dans tous les territoires d’Outre-Mer placés sous l’influence de notre pays. » 
À sa suite de nombreux pasteuriens créeront des Instituts partout dans le monde : en Turquie en 1893, en Chine en 1895, aux Indes en 1896, au Sénégal en 1896, au Brésil en 1901, en Algérie en 1902, au Congo en 1906… Aujourd’hui, il y a 32 Instituts dans le Réseau des Instituts Pasteur dans le monde.

> 12 juillet 1863

Naissance à Nice (Alpes-Maritimes) Son père est préfet. Études secondaires à Clermont-Ferrand, Saint-Brieuc, Brest et Paris.

> 1881-1887
Élève de l’École de médecine navale à Brest. Sert dans le Service de santé de la marine et participe à la campagne de Chine, puis à la campagne du Gabon-Congo.

> 1886
Thèse de doctorat sur le paludisme.

> 1890-1893
Stage de bactériologie accordé par Émile Roux au sein de l’Institut Pasteur. Chargé en 1891 de créer un Institut Pasteur à Saïgon où il organise la production de vaccins contre la rage et contre la variole. Se consacre à la toxicologie, étudie le venin des serpents et aboutit à un sérum efficace contre toutes
les morsures.

> 1893-1895
Revenu en France, il poursuit ses recherches à l’Institut Pasteur sur la sérothérapie antivenimeuse et sur un sérum contre la peste bubonique (en collaboration avec Yersin).

> 1895-1920
Fonde et dirige l’Institut Pasteur de Lille, inauguré en 1899. Il prône la médecine sociale. Pendant la guerre, il est chargé d’organiser les hôpitaux militaires auxiliaires.

> 1909 et 1920
Participe à la fondation de l’antenne d’Alger et de l’antenne d’Athènes.

> 1919 et 1927
Élu à l’Académie de médecine et à l’Académie des sciences.

> 1919-1933
Reconstitue à Paris une équipe de travail sur le bacille tuberculeux et le BCG.

> 1921
Guérin et Calmette mettent au point le vaccin BCG (Bacille de Calmette et Guérin).

> 1933
Décès à Paris.

 


Abonnez-vous à la newsletter

Retour en haut