Initiative en vaccinologie et immunothérapie : innovation – candidats vaccins

L’Institut Pasteur s’illustre de longue date dans le développement de vaccins comme moyen d’améliorer la santé dans le monde. Dans ce domaine, il excelle dans la mise au point de nouvelles technologies de conception de vaccins et de vaccination.

|

Plusieurs candidats font actuellement l’objet d’une évaluation clinique, dans le cadre d’un contrat de licence avec des partenaires de développement et de commercialisation ou d’un mécénat de l’Institut Pasteur, parmi lesquels deux candidats vaccins glucidiques synthétiques pionniers.

 

L’essai clinique du candidat vaccin SF2a développé par Laurence Mulard, Armelle Phalipon et Philippe Sansonetti vient de terminer sa phase I, et ses résultats sont très prometteurs. La Fondation Bill et Melinda Gates (BMGF) soutient à présent ses essais cliniques de phase II, ainsi que la mise au point d’un vaccin multivalent indispensable à une protection d’ampleur dans les pays endémiques. Par ailleurs, un vaccin thérapeutique contre le cancer du sein, développé par Sylvie Bay et Claude Leclerc, se trouve dans sa phase I d’essai clinique.

Le vaccin contre le chikungunya basé sur le virus vaccinal de la rougeole (Reisinger et al., Lancet 2018), mis au point par l’équipe de Frédéric Tangy et concédé en licence à Themis Bioscience, compte parmi les candidats avancés sous licence. Themis prépare ce vaccin, le plus avancé au monde contre le chikungunya, pour les essais de phase III grâce au financement de la Coalition for Epidemic Preparedness Innovations (CEPI). La CEPI et l’Union Européenne, par le biais du programme Horizon 2020, apportent également les fonds nécessaires au passage des vaccins contre Lassa (développé par Sylvain Baize) et Zika, basés sur le virus vaccinal de la rougeole, aux phase II et phase I, respectivement. La technologie lentivirale à visée vaccinale thérapeutique contre le VIH conçue par Pierre Charneau est en cours d’étude clinique et a terminé sa phase I. La licence du vaccin a été concédée à Theravectys.

L’Institut Pasteur développe, en outre, une multitude de candidats vaccins dans différents domaines, comme illustré ci-dessous. Pour plusieurs de ces domaines, des approches multiples sont adoptées au plus tôt.

Pipeline

Pipeline of vaccine candidates - Institut Pasteur

Équipes et projets

Rogerio Amino - Infection et immunité paludéenne

Ce laboratoire s’intéresse à l’identification et la combinaison d’antigènes conservés, exprimés aux stades pré-érythrocytaires des parasites du paludisme. Le criblage fonctionnel de 55 antigènes à l’aide d’un modèle de paludisme de rongeurs a mis en évidence 4 antigènes qui, combinés, induisent une réponse stérilisante des cellules T CD8+. Pour compléter le jeu d’antigènes protecteurs, un criblage des antigènes à l’origine d’une réponse humorale protectrice est en cours. À terme, la chimérisation des domaines de protection de ces antigènes est envisagée afin de les combiner.

Accéder au site web

Sylvain Baize - Biologie des infections virales émergentes

L’unité de Sylvain Baize a développé deux approches vaccinales distinctes contre la fièvre de Lassa et d’autres fièvres hémorragiques virales causées par des arénavirus. Les chercheurs ont mis en place une plateforme de vaccins vivants atténués reposant sur le virus Mopeia hyper-atténué, exprimant les glycoprotéines d’arénavirus pathogènes.

Accéder au site web

Roland Brosch - Pathogénomique microbienne intégrée

Accéder au site web

Pierre Bruhns (avec Laurent Reber) - Anticoprs en thérapie et pathologie

Développement d’un vaccin thérapeutique anti-IgE contre les maladies allergiques (en collaboration avec NEOVACS, Paris, France). Les anticorps IgE jouent un rôle clé dans les réactions allergiques et représentent donc des cibles thérapeutiques d’intérêt. Le projet « IgE-VACS » a pour objectif le développement d’un vaccin anti-IgE humain appelé « IgE Kinoid » et la fourniture d’une preuve de concept de la sécurité et de l’efficacité de ce vaccin thérapeutique. Son originalité réside dans l’utilisation d’une conformation spécifique de la chaîne lourde IgE pour induire des anticorps antagonistes et non agonistes contre IgE et ainsi protéger de l’allergie en empêchant la liaison d’IgE à son récepteur.

Accéder au site web

Pierre Charneau - Virologie moléculaire et vaccinologie

Accéder au site web

Chetan Chitnis - Biologie du Plasmodium et vaccins

Le Dr Chitnis est l’inventeur du candidat vaccin PvDBPII contre le paludisme à P. vivax. PvDBPII s’appuie sur le domaine de liaison au récepteur, région II, de la protéine de liaison Duffy de P. vivax, qui interagit avec l’antigène du groupe sanguin Duffy pour médier l’invasion des réticulocytes humains par les mérozoïtes. Formulé avec l’adjuvant GLA-SE, ce candidat s’est révélé sûr et immunogène lors d’un essai clinique de phase I. Son efficacité sera bientôt testée. Ces travaux sont menés en collaboration avec l’ICGEB (International Centre for Genetic Engineering and Biotechnology), New Delhi, Inde. Le Dr Chitnis met également au point des vaccins sous-unitaires contre le paludisme à P. falciparum en utilisant le virus de la rougeole comme plateforme d’administration, en collaboration notamment avec les Dr Frédéric Tangy et Rogerio Amino, et des vaccins conjugués protéiques, en collaboration avec les Dr Sylvie Bay et Laurence Mulard, à l’Institut Pasteur.

Accéder au site web

Salah Mécheri

Rôle du facteur libérant l’histamine (HRF) dans la transmission du parasite Plasmodium et la pathogenèse de la maladie. Ces dernières décennies, le développement d’un vaccin antipaludéen efficace s’est imposé comme la priorité de la lutte contre le paludisme. Différentes stratégies ont été adoptées, comme la conception de vaccins sous-unitaires qui ne sont pas parvenus à induire une immunité stérile et protectrice chez l’Homme, renouvelant l’intérêt pour l’approche globale d’atténuation du parasite. Le groupe de Salah Mecheri a récemment mis en évidence le rôle de la protéine du facteur libérant l’histamine (HRF) du parasite dans la modulation de la réponse immunitaire de l’hôte. La suppression du HRF entraîne une perte de virulence et induit une protection stérile durable chez les souris infectées par Plasmodium berghei via des sporozoïtes ou au stade sanguin, faisant de ce mutant un candidat vaccin potentiel.

Accéder au site web

Laurence Mulard, Sylvie Bay et Françoise Baleux - Chimie des biomolécules

Conjugués destinés au développement de vaccins dans différents domaines thérapeutiques, dont le cancer, Shigella, ETEC, le paludisme et l’immunothérapie.

Accéder au site web

Nathalie Pardigon

Accéder au site web

Armelle Phalipon

Accéder au site web

Javier Pizzarro-Cerda, Christian Demeure et Anne Derbise - Yersinia

Cette unité a développé un vaccin contre la peste en utilisant une bactérie Yersinia pseudotuberculosis vivante atténuée de manière irréversible, qui produit l’antigène capsulaire F1 de Y. pestis (Derbise A. et al., 2015). Une dose orale unique de cette souche (brevetée) appelée VTnF1 protège des formes buboniques ou pulmonaires de la peste causées par Y. pestis de type sauvage (forme endémique) ou F1 négatif (arme bioterroriste potentielle).

Les chercheurs ont également mis au point un vaccin contre la pseudotuberculose des animaux d’élevages et de zoos grâce à une souche d’Y. pseudotuberculosis (IP32680) non virulente. Administrée par voie orale, cette souche protège les cobayes des provocations (Quintard B. et al., 2010).

Accéder au site web

Félix Rey - Virologie structurale

Accéder au site web

Anavaj Sakuntabhai - Génétique fonctionnelle des maladies infectieuses

Il est urgent de mettre au point un vaccin protégeant plus efficacement les individus séronégatifs de tous âges contre les quatre sérotypes de la dengue et capable de prémunir contre le phénomène de facilitation par les anticorps (ADE). Cette équipe développe actuellement un vaccin de nouvelle génération contre la dengue contenant des épitopes de lymphocytes T. Ce vaccin pourrait être utilisé comme tel ou comme rappel d’un vaccin à réponse anticorps pour prévenir le phénomène potentiel d’ADE chez les individus séronégatifs à la dengue.

Accéder au site web

Muhamed-Kheir Taha - Infections bactériennes invasives

Projet en collaboration avec un partenaire industriel

Accéder au site web

Frédéric Tangy et Nicolas Escriou - Genomique virale et vaccination

L’unité Génomique virale et vaccination, dirigée par le Dr Frédéric Tangy, a mis au point un vecteur de réplication de la vaccination dérivé d’un vaccin vivant atténué de la rougeole. Plusieurs candidats vaccins ont déjà été intégrés avec succès à des essais cliniques, comme un vaccin contre le chikungunya qui entre dans sa phase 3 d’évaluation clinique, démontrant la faisabilité et le potentiel de cette plateforme. Des candidats vaccins contre Zika, le paludisme, le VIH, la grippe et d’autres maladies respiratoires sont en cours de développement. Les activités de cette équipe s’étendent de l’identification d’antigènes protecteurs à l’évaluation préclinique / clinique en passant par la conception de vaccins.

Accéder au site webe

Marco Vignuzzi - Populations virales et pathogenèse

Accéder au site web

Cécile Artaud - Centre de recherche translationnelle - Coordination clinique

Accéder au site web

Christiane Gerke - Programmes vaccinaux et développement de l’innovation en matière de vaccins

Accéder au site web

 

 


Abonnez-vous à la newsletter

Retour en haut