Les maladies infectieuses émergentes

Ces cinquante dernières années, nous avons pu constater une croissance alarmante de l’émergence de nouveaux agents infectieux au sein des populations humaines. La lutte contre ces infections émergentes constitue une mission historique de l’Institut Pasteur et un héritage scientifique exceptionnel.

|

Beaucoup de maladies infectieuses émergentes sont des zoonoses dont l’agent d’origine animale, le plus souvent un virus, a franchi la barrière d’espèces pour atteindre l’homme :   SIDA, Ebola, SRAS, grippe aviaire, chikungunya, Zika... Parfois, un réarrangement de gènes ou des mutations du génome microbien génèrent de nouveaux agents capables de se transmettre d’homme à l’homme. Enfin, la perturbation des écosystèmes peut favoriser la ré-émergence de parasites et de pathogènes bactériens ou fongiques connus, entraînant l’apparition d’épidémies synergiques. Certains vecteurs de ces maladies, tels que le moustique Aedes, sont désormais implantés dans les régions tropicales et tempérées du globe, favorisant la propagation des « arbovirus ».

Fort de plus d’une centaine d’unités de recherche, de 14 centres nationaux de référence, de 6 centres collaborateurs de l’OMS et de ses liens avec les 32 instituts de son réseau international, l’Institut Pasteur est idéalement positionné pour répondre à ces menaces.

OBJECTIFS

  1. Analyser les déterminants biologiques et épidémiologiques de l’émergence des maladies infectieuses au sein des populations humaines.
  2. Mettre au point de nouveaux outils d’identification et de caractérisation de pathogènes en situations d’épidémies ou de maladies d’origine inconnue.
  3. Étudier les facteurs associés à la susceptibilité individuelle aux infections, notamment le rôle des gènes, de l’immunité et du microbiote.
  4. Comprendre les interactions hôte-microbe et identifier de nouvelles cibles à des fins de diagnostic, de vaccination et de traitement.
  5. Étudier la biologie des vecteurs et les interactions vecteur-pathogène pour définir des stratégies de lutte sans danger et respectueuses de l’environnement.

ACTIONS

  1. Recruter au moins deux groupes de recherche à cinq ans (G5 ou unités) avant 2023.
  2. Créer un insectarium de pointe pour la recherche vectorielle.
  3. Fonder une communauté avec le Réseau International des Instituts Pasteur en vue de générer, partager et analyser les données de séquençage issues de pathogènes émergents ou ré-émergents.
  4. Renforcer notre impact en vaccinologie en fédérant les différentes expertises de l’Institut Pasteur.
  5. Fonder une structure d’identification et de développement d’anticorps monoclonaux humains à des fins de recherche et de traitement.
  6. Concevoir une taxonomie génomique de souches microbiennes.

COORDINATEURS PRINCIPAUX

Caroline Demangel, responsable de l’unité Immunobiologie de l’infection

Arnaud Fontanet, responsable de l’unité Épidémiologie des maladies émergentes et directeur du département Santé globale

Programmes connexes

 

ÉQUIPES DÉDIÉES

Six thématiques (88 entités au total, dont des unités de recherche, G5, centres collaborateurs de l’OMS, plateformes technologiques, collections et centres de référence nationaux).

 


Abonnez-vous à la newsletter

Retour en haut