Myanmar

|

Vaccinations recommandées

Systématiquement :

Vaccinations incluses dans le calendrier vaccinal à mettre à jour

Hépatite A

1 injection 15 jours avant le départ, rappel 1 à 3 (5) ans plus tard, enfants : dès l’âge de 1 an.

En fonction des modalités du séjour

Encéphalite japonaise

A partir de l'âge de 2 mois, pour les personnes expatriées ou devant séjourner en zone rurale pendant la période transmission (cf. Avis du Haut conseil de la santé publique du 20 septembre 2013 relatif à la recommandation pour la vaccination contre l’encéphalite japonaise).

2 injections espacées de 7 (adulte 18_65 ans) à 28 jours, rappel 12 à 24 mois plus tard.

Hépatite B

Pour des séjours longs ou répétés : deux injections espacées d’un mois, rappel unique 6 mois plus tard.

Lorsque l’immunité doit être rapidement acquise (en cas de départ imminent),  un schéma accéléré comportant trois doses rapprochées à J0, J7, J 21 et une quatrième dose 1 an plus tard peut être utilisé, uniquement chez l'adulte.

Rage

En cas de séjour prolongé en situation d’isolement (enfants : dès qu’ils marchent) : trois injections à J0, J7, J28 (ou 21)

Typhoïde

En cas de séjour prolongé ou dans des conditions  d’hygiène précaires (enfants : à partir de l’âge de 2 ans) : une injection 15 jours avant le départ.

NB. Un certificat de vaccination antiamarile est exigé à l’entrée du pays, des voyageurs âgés de 1 an et plus de pays où il y a un risque de transmission de la fièvre jaune, y compris les voyageurs ayant transité par un aéroport d’un pays où il y a un risque de transmission de la fièvre jaune.
Durée de validité administrative : à vie.                                                

Paludisme

Incidence très variable dans le pays, mais globalement peu de zones exemptes de transmission. Transmission toute l’année dans les zones rurales reculées des régions de collines boisées ainsi que dans les zones côtières de l’Etat de Rahkine. Les plaines situées au centre du pays et les zones arides sont généralement exemptes de paludisme. Absence de transmission dans les villes et les centres urbains.

Prévention

  • Pas de chimioprophylaxie pour les voyages touristiques traditionnels
  • Chimioprophylaxie par Atovaquone/Proguanil, ou Doxycycline, ou Méfloquine en cas d’exposition au risque, ou risque de forme grave de paludisme.
  • Protection contre les piqûres de moustiques

 

En cas de fièvre survenant pendant le séjour ou dans les mois qui suivent le retour, il convient de consulter un médecin le plus rapidement possible

Traitements préventifs

Consulter la page Recommandations générales du Centre médical de l'Institut Pasteur.

Retour en haut