Choc anaphylactique : les principaux acteurs identifiés

Des chercheurs de l’Institut Pasteur et de l’Inserm viennent d’identifier, dans un modèle animal, les acteurs majeurs et jusque-là insoupçonnés responsables du choc anaphylactique. S’ils se confirment dans les études cliniques à venir, ces résultats pourraient avoir des conséquences très importantes sur la prise en charge de cette urgence médicale grave et potentiellement mortelle.

 

 

Communiqué de presse
Paris, le 24 mars 2011

 

 

L’anaphylaxie est une réaction allergique hyper-aiguë. Elle peut engendrer un état de choc et entraîner la mort en quelques minutes. Elle peut être induite par de nombreuses substances. Les médicaments figurent au premier rang, suivis par les aliments qui sont de plus en plus fréquemment impliqués, puis par les venins d’insectes et, dans les chocs per-opératoires, par le latex.

On pensait jusqu’à présent que l’anaphylaxie était due à l’activation, par des anticorps très peu abondants, les IgE, de cellules très rares, les mastocytes et les basophiles, capables de libérer en quelques minutes de puissants médiateurs pro-inflammatoires, dont l’histamine et le PAF (Platelet Activating Factor).

En utilisant un modèle expérimental mimant l’anaphylaxie médicamenteuse observée chez l’homme, les chercheurs de l’Institut Pasteur et de l’Inserm ont démontré la contribution majeure des anticorps les plus abondants, les IgG, et des globules blancs les plus nombreux dans le sang, les polynucléaires neutrophiles.

Pierre Bruhns et Marc Daëron, de l’unité d’Allergologie moléculaire et cellulaire (Institut Pasteur – Inserm U.760) et leurs collaborateurs ont démontré que l’activation des neutrophiles par les IgG, est à la fois nécessaire et suffisante pour induire une anaphylaxie. L’administration de neutrophiles provenant de souris normales, ou même de neutrophiles humains, restaure en effet l’anaphylaxie, chez des souris résistantes au choc, et la destruction des neutrophiles prévient la réaction anaphylactique et la mort associée au choc.

Les chercheurs ont également montré que le principal médiateur responsable du choc anaphylactique est le PAF : l’injection d’antagonistes du PAF empêche la mort tandis que des antihistaminiques n’ont pas d’effet. Des observations chez l’homme ont montré que la quantité de PAF circulant est corrélée avec la sévérité du choc anaphylactique ; une réalité clinique en accord avec les résultats des scientifiques.

S’ils sont confirmés chez l’homme, ces résultats devraient ouvrir la voie au développement de nouveaux moyens thérapeutiques de l’anaphylaxie.

- -
Illustration : Neutrophiles inflammatoires (noyaux en bleu). © F.Jönsson/Institut Pasteur

Source

Mouse and Human Neutrophils induce Anaphylaxis, The Journal of Clinical Investigation, publié en ligne le 23 mars 2011.
Friederike Jönsson* (1,2), David A. Mancardi* (1,2), Yoshihiro Kita (3), Hajime Karasuyama (4,5), Bruno Iannascoli (1,2), Nico Van Rooijen (6), Takao Shimizu (3), Marc Daëron** (1,2) and Pierre Bruhns** (1,2)

* ont contribué de manière équivalente à ce travail **co-auteurs seniors

(1) Institut Pasteur, Département d’Immunologie, Unité d’Allergologie Moléculaire et Cellulaire, Paris, France.
(2) INSERM, U.760, Paris, France.
(3) Department of Biochemistry and Molecular Biology, Faculty of Medicine, The University of Tokyo, Tokyo, Japan.
(4) Department of Immune Regulation,
(5) JST, CREST, Tokyo Medical and Dental University Graduate School, Yushima, Bunkyo-ku, Tokyo, Japan.
(6) Department of Molecular Cell Biology, VU Medical Center, Amsterdam, The Netherlands.

Contact presse

Service de presse de l’Institut Pasteur
Marion Doucet - 01 45 68 89 28 - marion.doucet@pasteur.fr
Nadine Peyrolo - 01 45 68 81 47 - nadine.peyrolo@pasteur.fr