L'histoire des populations de Pygmées et d'agriculteurs bantous d'Afrique Centrale

Des chercheurs du CNRS et de l'Institut Pasteur (1), en collaboration avec une équipe pluridisciplinaire et internationale (2), ont étudié l'histoire démographique et génétique des Pygmées et des agriculteurs bantous de l'Afrique centrale. Leur étude suggère que les deux groupes ont commencé à diverger à partir d'une population ancestrale commune il n'y a pas plus de 70 000 ans, puis qu'ils sont restés isolés les uns des autres, avant d'échanger à nouveau des gènes, à partir d'il y a 40 000 ans, par l'intermédiaire de mariages de femmes pygmées avec des hommes agriculteurs. Une fois confirmés par d'autres marqueurs génétiques indépendants, ces résultats serviront de base à l'étude de l'impact de la sédentarisation sur l'évolution du génome et en particulier sur la vulnérabilité ou la résistance à certains agents pathogènes.

 

 

Communiqué de presse
Paris, 4 février 2008

 

 

Des généticiens des populations, du CNRS et de l’Institut Pasteur (1) , se sont associés à d’autres chercheurs en bioinformatique, en ethnolinguistique et en épidémiologie (2) pour étudier les populations de Pygmées (chasseurs-cueilleurs nomades) et de villageois bantous (agriculteurs et éleveurs sédentaires) qui vivent en Afrique Centrale. L’objectif : déterminer dans quelle mesure des facteurs sociaux, culturels et démographiques ont influencé le patrimoine génétique de ces populations.

Ils ont travaillé sur l’ADN mitochondrial (ADNmt) (3), transmis seulement par la voie maternelle. Leur échantillon de population était composé de 1500 individus issus de 20 populations d’agriculteurs villageois bantoues et de 9 populations de Pygmées chasseurs-cueilleurs du Gabon, du Cameroun, de la République Centrafricaine et de la République démocratique du Congo.

Les chercheurs ont identifié une lignée d’ADNmt ancestrale et autochtone de l’Afrique centrale autrefois partagée par les Pygmées de l’Ouest et les agriculteurs. Cette lignée a évolué en une seule lignée chez les Pygmées de l’Ouest actuels et en une grande diversité de lignées chez les agriculteurs. De façon générale, la variabilité de l’ADNmt chez les Pygmées est beaucoup plus faible que chez les agriculteurs : le pool génique maternel des Pygmées actuels dérive d’un faible nombre d’ancêtres communs.

Cette étude suggère le scénario suivant : les Pygmées ont commencé à diverger de la population ancestrale il y a, au plus, 70 000 ans. Après une période d’isolement, pendant laquelle les différences phénotypiques actuelles entre Pygmées et agriculteurs se sont accumulées, des femmes pygmées ont commencé à se marier avec des hommes agriculteurs (mais pas l’inverse), il y a au maximum 40 000 ans et ceci a continué jusqu’à il y a au moins quelques milliers années. Par la suite, le pool génique des Pygmées n’a pas été enrichi par des apports externes, contrairement à celui des agriculteurs, lors des « expansions bantoues », un événement qui correspond aux changements technologiques, démographiques et linguistiques de l’âge de Pierre tardif.

Les chercheurs vont maintenant étudier l’ADN nucléaire, notamment le chromosome Y pour vérifier ces conclusions. Ils ont choisi l’Afrique de l’Ouest, car c’est l’une des seules régions où cohabitent des populations nomades et sédentaires. In fine, ils souhaitent étudier les relations entre le génome et la vulnérabilité ou la résistance des populations aux agents pathogènes. Or, le passage à la sédentarité s’accompagne de trois facteurs qui ont un impact important vis-à-vis des agents pathogènes : la croissance démographique, qui leur permet de mieux se propager, la présence de déchets sur le lieu de vie, qui constituent également des vecteurs pour les maladies et des animaux domestiques, dont les maladies sont plus susceptibles de se transmettre à l’homme.

Cette étude a été financée par les programmes « Origine de l’homme, des langues et du langage » (CNRS), EUROCORES « Origin of Man, Languages and Language» de la European Science Foundation et ACI Prosodie « Histoire et diversité des Pygmées de l’Afrique Centrale et de leurs voisins » du ministère de la recherche.

__________________________________________
(1) laboratoire Hôtes, vecteurs et agents infectieux : biologie et dynamique, Equipe « Génétique Evolutive Humaine » (CNRS/Institut Pasteur)
(2) laboratoire Eco-anthropologie et ethnobiologie (CNRS/Muséum d’histoire naturelle/Université Paris) et Dynamique du langage (CNRS/Université Lyon 2), en collaboration avec les Universités de Barcelone, de Haifa, de St Jacques de Compostelle et de Yale, le Centre d’Etudes du Polymorphisme Humain (CEPH-Fondation Jean Dausset) à Paris et le CIRMF de Franceville.
(3) Les mitochondries sont des organites cellulaires qui permettent aux cellules de respirer. Elles possèdent leur propre ADN, dit ADN mitochondrial.

Source

Maternal traces of deep common ancestry and asymmetric gene flow between Pygmy hunter-gatherers and Bantu-speaking farmers.
Quintana-Murci L, Quach H, Harmant C, Luca F, Massonnet B, Patin E, Sica L, Mouguiama-Daouda P, Comas D, Tzur S, Balanovsky O, Kidd KK, Kidd JR, van der Veen L, Hombert JM, Gessain A, Verdu P, Froment A, Bahuchet S, Heyer E, Dausset J, Salas A, Behar, Proc Natl Acad Sci USA 105 :1596-601 (numéro de février, publié le 04/02/2008).

Contacts presse

- Service de presse, Institut Pasteur : Corinne Jamma ou Nadine Peyrolo –
01 40 61 33 41 – cjamma@pasteur.fr

- Service de presse, CNRS : Muriel Ilous - 01 44 96 43 09 – muriel.ilous@cnrs-dir.fr

En savoir plus

Nous suivre

fb_icon_325x325.png twitter-icone02.jpeg logo-google-plus.jpg You Tube - Institut Pasteur

Contacts

 

 

 

Centre médical

CENTRE MEDICAL

209-211 rue de Vaugirard

75015 Paris

01 45 68 80 88

Flux RSS