Un nouveau candidat-vaccin contre la dengue

Des chercheurs de l'Institut Pasteur et du CNRS viennent de mettre au point et de démontrer la validité d'un nouveau candidat-vaccin pédiatrique contre la dengue. Leurs travaux, publiés dans la revue PLoS Neglected Tropical Diseases* , livrent des résultats prometteurs pour la lutte contre cette maladie qui menace aujourd'hui un tiers de la population mondiale, et contre laquelle il n'existe toujours aucun traitement spécifique.

 

 

Communiqué de presse
Paris, le 12 décembre 2007

 

 

virus de la dengueLa dengue est une maladie virale, transmise par des moustiques, qui sévit principalement dans les zones tropicales. Elle touche chaque année de 60 à 100 millions de personnes, dont un demi-million sont atteintes de formes graves (dengue hémorragique et dengue avec syndrome de choc) potentiellement mortelles, surtout chez les enfants de moins de 15 ans. Au vu de son expansion préoccupante dans différentes régions du monde, la dengue hémorragique est une maladie virale émergente considérée comme hautement prioritaire par les organismes de santé internationaux comme l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

Il existe quatre types - ou sérotypes - du virus de la dengue. Pour protéger efficacement contre la dengue, il faudrait donc un vaccin contre les quatre sérotypes. Le candidat-vaccin conçu par les chercheurs est une construction innovante : elle incorpore un antigène combiné de la dengue de sérotype 1 dans un vecteur dérivé du vaccin contre la rougeole. Une solution particulièrement intéressante, car le vaccin rougeole est l’un des plus sûrs et des plus efficaces utilisés à l’heure actuelle.

L’efficacité de ce nouveau candidat-vaccin vient d’être prouvée par des chercheurs de l’Institut Pasteur, appartenant au laboratoire de Génomique virale et vaccination (CNRS-URA3015), dirigé par Frédéric Tangy, et de l’unité des Interactions moléculaires Flavivirus-hôtes, dirigée par Philippe Desprès, en collaboration avec deux autres équipes de l’Institut Pasteur. Les chercheurs ont démontré que chez la souris, le candidat-vaccin « rougeole-dengue » induit sur le long terme la production d’anticorps qui neutralisent spécifiquement le virus de la dengue.

Ces résultats encourageants vont permettre de tester un candidat-vaccin analogue, qui sera cette fois tétravalent, c’est-à-dire dirigé simultanément contre les sérotypes 1, 2, 3 et 4 du virus de la dengue. « Un vaccin préventif contre la dengue doit pouvoir protéger durablement, en particulier les jeunes enfants, contre ces quatre sérotypes, précise Frédéric Tangy. Avec cette stratégie vaccinale, nous espérons ouvrir la voie à la mise au point d’un vaccin pédiatrique qui immuniserait à la fois contre la rougeole et contre la dengue. Il devra être produit à bas coût, pour être accessible à tous ».

L’utilisation du vecteur rougeole permettrait précisément de remplir ces conditions, puisque le vaccin rougeole est aujourd’hui largement distribué dans le monde entier, notamment dans le cadre du Programme Élargi de Vaccination mis en place par l’OMS.

Le vaccin rougeole a en outre déjà démontré son intérêt en tant que vecteur vaccinal : il a récemment permis à l’équipe de Frédéric Tangy de développer des candidats-vaccins dirigés contre d’autres virus, en particulier contre le VIH-sida, candidat-vaccin pour lequel un développement clinique est en cours.

___________________
* 12 décembre 2007

Sources

« Pediatric measles vaccine expressing a dengue antigen induces durable serotype-specific neutralizing antibodies to dengue virus », PloS Neglected Tropical Diseases, 12/12/2007.

Samantha Brandler (1), Marianne Lucas-Hourani (2), Arnaud Moris (3), Marie-Pascale Frenkiel (2), Chantal Combredet (1), Michèle Février (1), Hugues Bedouelle (4), Olivier Schwartz (3), Philippe Desprès (2), and Frédéric Tangy (1).

(1) Laboratoire de Génomique virale et vaccination, Institut Pasteur, CNRS-URA3015, Paris, France.
(2) Unité des Interactions moléculaires Flavivirus-hôtes, Institut Pasteur, Paris, France
(3) Groupe Virus et immunité, Institut Pasteur, CNRS-URA3015, Paris, France.
(4) Unité de Prévention et thérapie moléculaires des maladies humaines, Institut Pasteur, CNRS-URA3012, Paris, France.

Contact presse

Service de presse de l’Institut Pasteur
Marion Doucet – tel : 01 45 68 89 28
Nadine Peyrolo – tél : 01 45 68 81 47

Service de presse du CNRS
Muriel Ilous – tél : 01 44 96 43 09

En savoir plus

Contacts

 

 

 

Centre médical

CENTRE MEDICAL

209-211 rue de Vaugirard

75015 Paris

01 45 68 80 88

Flux RSS