Découverte d'une protéine qui empêche l'expression des gènes  chez l'homme. De nouvelles voies de recherche sur les cancers et les maladies génétiques

Des chercheurs de l'INRA, de l'Institut Pasteur, du CNRS et de l'Inserm viennent d'identifier et de caractériser une protéine humaine qui a un rôle décisif dans le compactage de l‘ADN et donc le verrouillage de l'expression des gènes. Cette découverte ouvre de nouvelles voies de recherche sur le cancer et les maladies héréditaires. Ces travaux sont publiés dans les comptes rendus de l'Académie des sciences américaines (PNAS).

 

 

Communiqué de presse
Paris, le 16 septembre 2009

 

 

Toutes les cellules de notre corps contiennent le même patrimoine génétique. Elles n’utilisent pourtant qu’une partie des gènes portés par l’ADN, ce qui leur permet d’acquérir des fonctions différentes et de former des tissus aussi variés que la peau, le tissu nerveux, musculaire ou intestinal. Mais comment font les cellules pour choisir quels gènes utiliser ? On sait qu'intervient ici la chromatine, formée par l’assemblage de l’ADN et de protéines dans le noyau des cellules. La structure de la chromatine a un rôle primordial sur la façon dont les gènes se comportent. Ainsi, la compaction de la chromatine désactive les gènes, car elle rend l’ADN peu accessible aux enzymes qui permettent leur expression.

Il est crucial d’identifier les facteurs qui « commandent » l'activation ou la désactivation de certains gènes dans la cellule car leur altération peut conduire à des maladies génétiques ou à des cancers. Une étude menée par Hélène Bierne, directrice de recherche à l’INRA au sein de l’Unité des Interactions Bactéries-Cellules (Institut Pasteur, Inserm U604, INRA USC2020) dirigée par Pascale Cossart, en collaboration avec d'autres équipes de l'Institut Pasteur et des chercheurs CNRS de l'Institut Gustave Roussy, a permis de découvrir comment la protéine humaine BAHD1 est capable de stimuler la compaction de la chromatine au niveau de certains gènes. En mettant en œuvre un complexe de protéines qui condensent la chromatine, BAHD1 désactive plusieurs gènes impliqués dans la multiplication ou la survie des cellules. Or, l’expression anormale de ces gènes contribue à des anomalies congénitales ou à l'apparition de cancers.

Cette découverte apporte donc un nouvel espoir dans la compréhension des processus de cancérisation et la recherche de nouvelles thérapies anti-cancer. Ainsi BAHD1, qui contrôle la compaction de ces gènes, pourrait être un nouveau marqueur pronostique de l'évolution de certains cancers en servant à repérer les patients susceptibles de développer des métastases.

Source

« Human BAHD1 promotes heterochromatic gene silencing », Hélène Bierne, To Nam Tham, Eric Batsche, Anne Dumay, Morwenna Leguillou, Sophie Kernéis-Golsteyn, Béatrice Regnault, Jacob-S Seeler, Christian Muchardt, Jean Feunteun and Pascale Cossart. PNAS, 2009, vol. 106 _ no. 33 pp. 13826–13831.

Contacts presse

Service de presse de l’Institut Pasteur
Nadine Peyrolo ou Marion Doucet : 01 45 6 81 47 – presse@pasteur.fr

Service de presse de l’INRA
Mathilde Maufras : 01 42 75 91 69 – presse@inra.fr