Brevets et inventions

Brevets et inventions

Le service des brevets et inventions met en œuvre les stratégies de protection des inventions appropriées. Il gère le dépôt des demandes de brevets, le suivi des procédures, ainsi que la défense des titres devant les Offices de brevets du monde entier, Europe et États-Unis compris. Il mène des études de brevetabilité et des recherches de liberté d’exploitation et participe à des avant-projets de dépôts prioritaires, ainsi qu’à des procédures d’examen et d’opposition. La diversité des inventions représente un actif global protégé par l’Institut Pasteur pour encourager le développement et le transfert de nouvelles technologies.

 

La protection en chiffres

À titre d’information, le service des brevets et inventions traite plus de 50 déclarations d’invention (DI) chaque année. Il gère, étoffe et conserve un portefeuille de plus de 500 brevets prioritaires (environ 2500 brevets dans le monde). Chaque année, ce portefeuille est partiellement renouvelé grâce au dépôt de plus de 20 nouvelles demandes de brevets prioritaires. Le service recourt à d’autres formes de protection, telles que le dépôt de matériels biologiques auprès de la Collection nationale de cultures de micro-organismes (CNCM) et le dépôt de demandes de protection de logiciels. À ce jour, l’Institut Pasteur totalise 1479 dépôts auprès de la CNCM, 42 dépôts de demandes de protection de logiciels et 112 dépôts de demandes de protection de savoir-faire.

 

Chiffres clés

protection_chiffres.png

 

 

Principaux partenaires

 

principaux_partenaires-industriels-Institut-Pasteur.png

 

1425 brevets du portefeuille font l’objet d’une copropriété avec, principalement, le CNRS (300) et l’INSERM (228). Certains de ces brevets présentent même plus de deux titulaires, ce qui témoigne de la coopération scientifique entre de nombreux organismes de recherche.

Par ces brevets, l’Institut Pasteur contribue également à diffuser de nouvelles connaissances et technologies.

 

Exemples d’inventions brevetées

 

WO2012/069657 (DI 2010-48)

 

IDENTIFICATION D’UN GYROVIRUS HUMAIN ET APPLICATIONS

Résumé : La présente invention concerne principalement l’identification d’un gyrovirus humain (HGyV) lié au virus de l’anémie du poulet (VAP). Elle aborde également de nouvelles protéines codées par HGyV, des homologues de protéines du VAP. Parmi ces nouvelles protéines, l’apoptine H revêt un intérêt particulier car elle est détectée pour la première fois dans un virus humain et qu’elle peut être utilisée pour traiter le cancer. Des méthodes de dépistage du virus HGyV dans des échantillons biologiques sont également fournies.

 

 

 

 

La Figure 6 illustre une comparaison entre l’apoptine du VAP et celle du HGyV au niveau des acides aminés. L’apoptine du HGyV a été alignée sur son homologue du VAP (numéro d’acquisition P54094).

 

 

PCT/EP2012074986 (DI 2012-13)

 

Immunodosage multiplex visant à détecter la présence ou l’absence d’anticorps cibles dans des échantillons biologiques

 

Résumé : La présente invention concerne une immunoanalyse permettant la détection rapide et simultanée d’anticorps à une multitude de pathogènes infectieux dans les liquides biologiques de patients infectés. Cette immunoanalyse implique le couplage covalent et orienté de protéines hybrides comprenant une enzyme et un antigène viral sur un support solide identifiable (par ex. des microsphères fluorescentes) préalablement recouvert du substrat enzymatique. Ce couplage est induit par la réaction irréversible de l’enzyme sur son substrat. Les microsphères couplées à des antigènes ainsi obtenues montrent une capture supérieure d’anticorps spécifiques par rapport à des microsphères couplées à des antigènes produites selon des procédures de couplage d’amines standard. Ce système permet le multiplexage et la limitation du volume d’échantillon biologique et offre une sensibilité et une spécificité vis-à-vis des anticorps cibles supérieures à celles des tests ELISA ou de radio-immunoprécipitation classiques. Ce nouvel immunodosage multiplex est particulièrement utile dans le dépistage clinique et sanguin de virus, tels que le VHB, le VHC, le VIH1, le VIH2 et le virus du Nil occidental, et la préparation de plaques spécifiques pour les maladies émergentes, comme illustré dans la figure ci-dessous.

 

La Figure 11 montre un exemple de plaque de 96 puits contenant les microsphères recouvertes d’antigènes de l’invention adaptée à une utilisation sur système Luminex.

 

 

 

Mis à jour le 31/07/2014

En savoir plus

Contact et adresse


Laure Tribout 

Service de transfert de technologie et entrepreneuriat

Institut Pasteur

28 rue du Docteur Roux

75724 Paris Cedex 15 – France

Document à télécharger

MTA