Les cancers

Près de 25 millions de personnes dans le monde vivent aujourd’hui avec un cancer, 8 millions en décèdent chaque année. En France, pas moins de 365 000 nouveaux cas annuels sont recensés. L’Institut Pasteur mobilise d’importants moyens contre ces maladies tant redoutées : une vingtaine de ses unités est en effet impliquée dans la recherche contre les cancers. Vous trouverez ici les exemples les plus marquants de leurs travaux et les espoirs qu’ils suscitent.

 

Vers des vaccins thérapeutiques ?

Une importante voie de recherche est en cours à l’Institut Pasteur : celle de la vaccination thérapeutique. De quoi s’agit-il ? Contrairement à un vaccin préventif, qui empêche la maladie, le vaccin thérapeutique serait utilisé quand la maladie est déjà déclarée, en complément de la chirurgie, de la radiothérapie ou de la chimiothérapie : il vise à stimuler les défenses immunitaires des patients contre leurs cellules tumorales. Il présenterait de plus l’avantage de prévenir les rechutes.

 

Claude Leclerc, responsable de l’unité Régulation immunitaire et vaccinologie, vous explique l’enjeu de ses recherches.

 

 

Plusieurs candidats-vaccins anti-cancers

Les espoirs sont importants. Plusieurs candidats-vaccins thérapeutiques ont été développés à l’Institut Pasteur. Deux d’entre eux, contre le mélanome et contre le cancer du col de l’utérus, sont en phase I d’essai clinique chez l’homme. Pour un troisième, le candidat-vaccin « MAG Tn3 », qui pourrait agir contre plusieurs types de cancers (prostate, sein, colon, ovaire…), un essai est actuellement en préparation contre le cancer du sein.

 

Des cancers d’origine infectieuse

Savez-vous que 15% des cancers sont d’origine infectieuse ?

 

L’infection par ces papillomavirus peut conduire au cancer du col de l’utérus.

De nombreux virus provoquant des infections chroniques sont associés à des cancers. C’est le cas de certains « papillomavirus » à l’origine des cancers du col de l’utérus chez la femme, d’un herpès virus présent chez les personnes développant un sarcome de Kaposi, ou des virus des hépatites B et C qui peuvent provoquer chez les personnes chroniquement infectées un cancer du foie.

 

Côté bactéries, seule l’une d’entre elles est associée à un cancer :

Helicobacter pylori, impliquée dans le cancer de l’estomac. Ces virus et bactérie à l’origine de cancers font l’objet de recherches à l’Institut Pasteur.

 

Légende photo : L’infection par ces papillomavirus peut conduire au cancer du col de l’utérus.

 

Leucémies, lymphomes : mieux les comprendre pour mieux les combattre

Plusieurs équipes à l’Institut Pasteur étudient des cellules impliquées dans les leucémies et les lymphomes, avec des applications potentielles pour la lutte contre ces cancers. L’une d’elles s’attache par exemple à comprendre les mécanismes par lesquels les cellules lymphocytaires de notre système immunitaire acquièrent des aberrations génomiques et deviennent cancéreuses. Elle espère pouvoir établir une « carte oncogénomique » pour de multiples types de leucémies et lymphomes. L’objectif est de découvrir de nouveaux marqueurs tumoraux pour établir un diagnostic plus précoce de ces cancers et de mettre en évidence de nouvelles cibles thérapeutiques pour pouvoir élaborer des traitements plus efficaces.

 

Tumeurs du cerveau : réduire la gravité des gliomes

 

Les gliomes, deuxième cause de cancer chez l’enfant, sont des tumeurs cérébrales particulièrement graves, qui trouvent leur origine dans certaines cellules du cerveau comme les astrocytes. En cas de gliome, ces astrocytes s’orientent et migrent très rapidement dans le cerveau, dans toutes les directions, de façon anarchique. Une équipe à l’Institut Pasteur est précisément spécialisée dans leur étude. Les chercheurs ont déjà identifié plusieurs gènes impliqués dans le contrôle des astrocytes, et donc des cibles thérapeutiques potentielles. A terme, l’étude des gènes impliqués permettra de faire du criblage de molécules capables de bloquer la migration des astrocytes. Un test pronostic qui permettrait de prédire la gravité d’un gliome et d’orienter le traitement est également à l’étude en collaboration avec des cliniciens.

 

Légende photo : Les travaux de Sandrine Etienne-Manneville, responsable de l’Unité de Polarité Cellulaire, Migration et Cancer, visent le développement de moyens de luttes contre des tumeurs du cerveau, les gliomes.

 

 

Les travaux ici mentionnés ne sont que quelques exemples des recherches sur les cancers menées à l’Institut Pasteur.


Merci d’aider nos chercheurs à poursuivre ces travaux essentiels en faisant un don.

 

 

 

Mis à jour le 24/04/2014

En savoir plus

Musée Pasteur

musee-institut-pasteur.jpg

 

Le musée Pasteur est situé à l'Institut Pasteur, au 25 rue du Docteur Roux, 75015 Paris
 

Le musée Pasteur

A quoi servent vos dons ?

Explication et réponse en vidéo

 

a-quoi-servent-vos-don.jpg

 

Service Donateurs

Nous sommes à votre écoute
pour toute question

 

par téléphone
01 40 61 33 33
 

par email
dons@pasteur.fr