Salmonellose

Les salmonelloses sont des maladies provoquées par des entérobactéries du genre Salmonella. La plupart des Salmonella sont hébergées dans l'intestin des animaux vertébrés et sont le plus souvent transmises à l'homme par le biais d'aliments contaminés. En pathologie humaine, les salmonelloses comprennent deux principaux types d'affections : gastro-entérites et fièvres typhoïde et paratyphoïdes.

 

 

 

 

Les gastro-entérites
Symptômes et traitement
> Epidémiologie
> Prévention


Fièvres typhoïde et paratyphoïdes
Symptômes
> Epidémiologie
Traitement
Prévention
> A l'Institut Pasteur
> Les équipes mobilisées

 

Les gastro-entérites


Symptômes et traitement

Les gastro-entérites sont provoquées par des bactéries du genre Salmonella ubiquistes, présentes chez l’homme et les animaux. La durée d’incubation est généralement de 1 à 2 jours et dépend de la dose ingérée, de la santé de l’hôte et des caractéristiques de la souche de Salmonella. Les salmonelloses se manifestent par une fièvre, une diarrhée, des vomissements et des douleurs abdominales. Chez des adultes de condition physique normale, une gastro-entérite disparaît sans traitement après 3 à 5 jours en moyenne. En revanche, une antibiothérapie doit être prescrite chez les personnes âgées, les nourrissons, ou les personnes immuno-déprimées chez lesquels l’infection peut être plus sévère, voire mortelle.


Epidémiologie

Vu le large spectre d’animaux pouvant être porteurs de Salmonella, une grande variété de produits alimentaires, consommés crus, peu cuits ou ayant fait l’objet d’une contamination post-cuisson, peut être à l’origine d’une contamination humaine : viande, et particulièrement volaille, produits carnés, œufs et produits laitiers. Plus rarement la contamination peut avoir pour origine un contact direct avec un animal malade ou porteur sain par l’intermédiaire des mains (il faut rappeler à ce propos que la grande majorité des reptiles sont des porteurs sains de Salmonella).

 

Les salmonelloses d’origine alimentaire peuvent donner lieu à des foyers très importants, qui peuvent atteindre une échelle nationale voire internationale si un aliment commercialisé à large diffusion se trouve contaminé. En 1994 aux Etats-Unis, par exemple, une épidémie provoquée par une crème glacée a touché 224 000 personnes. En France, une des plus importantes épidémies, dont la source n’a pu être identifiée, survenue fin 1985, aurait touché 25 000 personnes d’après l’estimation la plus faible.

 

En France toujours, entre 2006 et 2008, 3127 foyers de toxi-infection alimentaire collective (TIAC), maladie à déclaration obligatoire, concernant 33404 patients ont été déclarés par les médecins, les biologistes, les responsables d’établissements ou les particuliers aux Autorités de Santé. La moitié des foyers de TIAC dont l’agent infectieux a pu être déterminé était dû aux bactéries du genre Salmonella. Le Centre National de Référence des Escherichia coli, Shigella et Salmonella (CNR), à l’Institut Pasteur, qui est en charge de la surveillance microbiologique des salmonelloses humaines répertorie entre 10000 et 11000 isolements annuels de Salmonella chez l’homme. Le sérotype majoritaire est Typhimurium (ubiquitaire), suivi par le sérotype Enteritidis (filière œuf) qui a tendance à diminuer gràce aux mesures sanitaires sur la filière poule pondeuse en Europe. Très récemment, un variant monophasique de Typhimurium (formule antigénique 4,5,12:i:-) émerge dans le monde. Egalement retrouvé de manière ubiquitaire dans les filières agro-alimentaires, il a probablement disséminé via la filière porcine. Ces trois sérotypes représentent 70% de tous les isolements de Salmonella. Il était jusqu’à présent assez difficile d’avoir une idée du nombre réel de cas annuels (TIAC + cas sporadiques) mais une enquête nationale (Institut Pasteur-Afssaps-InVS) auprès de 3375 laboratoires de biologie médicale a révélé environ 17000 cas humain annuels confirmés de salmonellose dans notre pays pour l’année 2008.

 

Prévention

La meilleure protection contre le risque de salmonellose est une bonne cuisson des aliments, en particulier des viandes, à au moins 65°C pendant 5 à 6 minutes. Pour le steak haché congelé ou surgelé, la cuisson doit être effectuée sans décongélation préalable car elle augmente le risque de multiplication bactérienne. Le froid bloque le développement des bactéries mais ne les tue pas.

 

De 1985 à 1997, le nombre d’infections liées au sérotype Enteritidis avait fortement augmenté en France : ce sérotype contamine les élevages de volaille et a la particularité d’être présent non seulement à la surface de la coquille de l’oeuf, mais dans le contenu même d’oeufs intacts. Il est pour cette raison conseillé de conserver les oeufs au réfrigérateur, de maintenir au froid les préparations à base d’oeufs sans cuisson (mayonnaise, crèmes, pâtisseries ...) et de les consommer le plus près possible de leur fabrication. De plus, les personnes les plus vulnérables (personnes âgées, malades, nourrissons, femmes enceintes) devraient éviter la consommation d’oeufs crus ou peu cuits. Enfin, il est conseillé de se laver les mains après contact avec un animal vivant (en particulier les reptiles) voire d’éviter les contacts avec les reptiles de compagnie pour toutes les personnes vulnérables (nourrissons, femmes enceintes, immunodéprimés, etc.).

 

Fièvres typhoïde et paratyphoïdes

 

Symptômes

Une à trois semaines après la contamination survient une fièvre continue accompagnée de maux de tête, d'anorexie, d'abattement, de douleurs abdominales avec diarrhée ou constipation.

 

Dans les formes bénignes, l’état reste stationnaire pendant une quinzaine de jours puis la convalescence dure plusieurs semaines. Dans les formes plus graves où des complications peuvent survenir au niveau de l’intestin, du cœur ou de la vésicule, la fièvre typhoïde peut être fatale en l’absence de traitement.

 

Epidémiologie

Les Salmonella responsables des fièvres typhoïdes et paratyphoïdes ayant l’homme pour seul réservoir, la contamination se fait par ingestion d’eau ou d’aliments ayant subi une contamination fécale d’origine humaine. Comme toutes les maladies à transmission oro-fécale, ces fièvres surviennent le plus souvent dans des zones où l’hygiène est précaire, et frappent principalement les pays en développement en Asie, en Afrique ou en Amérique Latine.

 

Les données mondiales les plus récentes font état de plus de 20 millions de cas annuels de fièvre typhoïde, et de plus de 200 000 morts. La maladie est toujours présente dans les pays industrialisés. En France métropolitaine, en 1997, une épidémie qui a nécessité l’hospitalisation de 26 personnes est survenue à Utelle, dans les Alpes-Maritimes, probablement due à la consommation de charcuterie lors d’un banquet préparé par un porteur du bacille. Une autre épidémie est intervenue en 1998 à Villeneuve St Georges où, après consommation d’un repas commun, 20 personnes ont présenté une typhoïde et 95 une gastro-entérite précoce. En 2003 et 2006, deux foyer de sept à 10 cas groupés liés à un lieu de restauration, ont été détectés à Paris. La source de la contamination a été identifiée pour les deux épisodes, il s’agissait à chaque fois d’un porteur sain travaillant en cuisine.

 

Les fièvres typhoïde et paratyphoïdes sont causées par des sérotypes de Salmonella strictement adaptées à l'homme, majoritairement Salmonella Typhi, puis Salmonella Paratyphi A, certaines souches de Salmonella Paratyphi B et Salmonella Paratyphi C. Ce sont des maladies à déclaration obligatoire en France. Depuis 2003, 100 à 250 cas d’infections à Salmonella Typhi, isolées en France (mais contractées en zone d’endémie), sont répertoriés chaque année au CNR. Ces souches proviennent quasi-exclusivement de cas importés (Afrique et sous-continent Indien). L’incidence annuelle des cas en France est environ de 0,2 pour 100 000 habitants.

 

Traitement

Le taux de mortalité est de 10% en l’absence de traitement antibiotique efficace comparé à moins de 1% pour les autres formes de salmonellose.

 

Une antibiothérapie appropriée abaisse le risque de mortalité à moins de 1%, mais on isole de plus en plus de souches résistantes aux antibiotiques : en Asie du Sud-est et dans le sous-continent Indien, plus de 90 % des souches isolées sont ainsi de sensibilité diminuée aux fluoroquinolones, antibiotiques classiquement utilisés, contre moins de 1% en Afrique.

 

Une particularité épidémiologique de ces infections est qu’il existe des porteurs sains de ces bactéries. En effet, après guérison d'une fièvre typhoïde chronique 2 à 5% des individus continuent à héberger des Salmonella Typhi (essentiellement au niveau de la vésicule biliaire) qui sont excrétées épisodiquement dans les selles et qui peuvent être donc à l’origine de cas secondaires.

 

Prévention

La prévention repose sur la surveillance épidémiologique et la lutte contre le « péril fécal ». La dissémination des bactéries peut être enrayée par : une distribution d’eau de qualité, bactériologiquement contrôlée, le traitement des eaux usées, la généralisation du tout-à-l’égout, le contrôle des zones de récolte des coquillages, la pasteurisation des aliments, beurre et lait en particulier et le respect strict des règles d’hygiène pour tous les travailleurs du milieu de la restauration. Un vaccin anti typhoïdique bien toléré, ne nécessitant qu’une seule injection, peut être administré aux voyageurs se rendant dans des régions à risque. L’effet protecteur dure 3 ans et le taux de protection en zone d’endémie est de 60%.

 

A L'Institut Pasteur

Le Centre National de Référence des Escherichia coli, Shigella et Salmonella (CNR), situé dans l’Unité de recherche et d’expertise des bactéries pathogènes entériques à l'Institut Pasteur (co-dirigé par François-Xavier Weill et Simon Le Hello), participe à la surveillance des salmonelloses. Chaque année le CNR expertise de 8000 à 10 000 souches de Salmonella provenant d’environ 1400 laboratoires français (laboratoires d’analyses de biologie médicale et laboratoires de centres hospitaliers).

 

Il a un rôle de premier plan en cas d'épidémie, alertant la Direction Générale de la Santé et l’InVS dès qu'un excès de cas est détecté et en participant à l’enquête épidémiologique en effectuant le typage moléculaire des souches bactériennes, il analyse le suivi de la sensibilité aux antibiotiques des Salmonella au cours du temps, il développe de nouveaux outils moléculaires pour le suivi des souches bactériennes et collabore avec le réseau national de l’Anses (agence de sécurité alimentaire) et le réseau européen de surveillance épidémiologique des maladies infectieuses alimentaires et hydriques de l’ECDC.

 

--
Illustration - Copyright Institut Pasteur
Légende - Adhérence de Salmonella typhimurium (en rouge) sur l'épithélium intestinal de souris


--
Mai 2013

 

 

Les équipes de l'Institut Pasteur mobilisées sur le sujet

 

> Entités de recherche


Unité des Bactéries pathogènes entériques
dirigé par François-Xavier Weill

> Surveillance et santé publique


Centre national de référence des Salmonelles
Co-dirigé par François-Xavier Weill et Simon Le Hello

 

En savoir plus

Contacts

 

 

 

Centre médical

CENTRE MEDICAL

209-211 rue de Vaugirard

75015 Paris

01 45 68 80 88

Flux RSS