L’Institut Pasteur

Si l’Institut Pasteur porte le nom de son illustre fondateur et doit beaucoup au génie scientifique de ce dernier, son histoire est faite de la vie et des découvertes de bien d’autres chercheurs. Autant d’hommes et de femmes, habités par l’esprit humaniste de Louis Pasteur, autant d’avancées scientifiques au service de la santé humaine.

 

L’Institut Pasteur est une fondation privée, à but non lucratif, reconnue d’utilité publique, telle que l’a voulu son fondateur, Louis Pasteur.

 

Fondé par décret du 4 juin 1887, l’Institut Pasteur est inauguré le 14 novembre 1888 grâce au succès d’une souscription internationale, pour permettre à Louis Pasteur d’étendre la vaccination contre la rage, de développer l’étude des maladies infectieuses et de transmettre les connaissances qui en étaient issues.

 

Dès la création de son institut, Louis Pasteur réunit des scientifiques d’horizons divers. Les cinq premiers services ont alors à leur tête deux normaliens :

 

  • Emile Duclaux pour la Microbie générale,
  • Charles Chamberland sera à la tête de la Microbie appliquée à l’hygiène,
  • un biologiste, Elie Metchnikoff, se chargera de la Microbie morphologique,
  • le Dr. Joseph Grancher s’occupera du service dédié à la Rage,
  • le Dr Emile Roux de Microbie technique.

Un an après l’inauguration de l’Institut Pasteur, le Dr. Roux mettra en place le premier enseignement de microbiologie jamais dispensé au monde, intitulé alors " Cours de Microbie technique ".

 

histoire-fondation-institut-pasteur.jpg

 

Diffuser à travers le monde

Très rapidement, des pasteuriens proches du savant comme Alexandre Yersin ou Albert Calmette, que l’on appellera plus tard les lieutenants de Louis Pasteur, vont essaimer à travers le monde. Ils diffuseront la vaccination contre la rage, la sérothérapie antidiphtérique, la vaccination contre la variole selon le principe de Jenner, étudieront les caractères particuliers de maladies exotiques et les soigneront.

 

Ainsi, parallèlement à l’essor de l’Institut Pasteur, se constituera le Réseau international des Instituts Pasteur et Instituts associés qui compte aujourd’hui 32 établissements implantés sur les cinq continents.

 

L’Institut Pasteur est aujourd’hui considéré comme l’un des berceaux de la microbiologie, de l’immunologie et de la biologie moléculaire.

 

Depuis l’origine, les Pasteuriens ont apporté des contributions majeures dans les connaissances sur les structures et les fonctions du vivant, sur les agents infectieux et les maladies qu’ils provoquent.

 

Leurs apports concerneront notamment la rage, la peste, la diphtérie, le tétanos, le typhus, la fièvre jaune, la tuberculose, la poliomyélite, ou encore l’hépatite B et le sida.

 

Des chercheurs s’illustreront par la découverte des anatoxines, du BCG, des sulfamides, des anti-histaminiques. D’autres joueront un rôle fondamental dans la naissance de la biologie moléculaire ainsi que dans celles des neurosciences et du génie génétique.

 

Des découvertes et des travaux qui seront récompensés pour dix de ses chercheurs par le prix Nobel de physiologie ou médecine.

 

Découvrez-les ici.

 

Quelques découvertes des chercheurs de l'Institut Pasteur

  • 1885 Mise au point du vaccin contre la rage

    par Louis Pasteur

     

    Première vaccination de l’homme contre la rage le 6 juillet 1885.

     

  • 1888 Mise en évidence du mode d’action du bacille diphtérique

    par Emile Roux et Alexandre Yersin

  • 1889 Travaux sur l’inflammation et l’immunité

    par Elie Metchnikoff

  • 1894 Mise au point du traitement de la diphtérie...

    ...par la sérothérapie

    Emile Roux, Louis Martin et Auguste Chaillou

  • 1894 Identification du bacille de la peste

    par Alexandre Yersin

  • 1896 Élucidation de mécanismes de fonctionnement du système...

    ... immunitaire notamment l’implication des anticorps et le mécanisme d’action du complément.

    Jules Bordet

  • 1898 Rôle de la puce dans la transmission de la peste

    par Paul-Louis Simond

  • 1904 Premiers essais de chimiothérapie anti-infectieuse

    A l’Institut Pasteur et à l’Hôpital Pasteur.

  • 1909 Rôle du pou dans la transmission du typhus

    par Charles Nicolle

  • 1910 Démonstration que la poliomyélite est due à un virus filtrable

    par Constantin Levaditi et Karl Landsteiner

     

    Constantin Levaditi, avec Amédée Borrel, un autre pasteurien qui émettra l’hypothèse de l’origine virale de certains cancers, peut être considéré comme l’un des précurseurs de la virologie.

     

  • 1917 Découverte du bactériophage

    par Félix d’Hérelle

     

    Le bactériopage est un virus ne se multipliant qu’à l’intérieur de bactéries.

     

  • 1921 Mise au point du BCG

    par Albert Calmette et Camille Guérin

  • 1922 Découverte des anatoxines...

    ...du principe des vaccinations associées et du rôle de substances adjuvantes de l’immunité.

    par Gaston Ramon

  • 1932 Mise au point d’un vaccin contre la fièvre jaune

    par Jean Laigret

     

    à l’Institut Pasteur de Dakar.

     

  • 1932 Découverte des mécanismes d’action des facteurs de croissance

    par André Lwoff

  • 1936 Découverte de l’action anti-infectieuse des sulfamides

    par Jacques et Thérèse Tréfouël, Federico Nitti

  • 1937 Découvertes sur les antihistaminiques et les curarisants de synthèse

    par Daniel Bovet

  • 1939 Découverte de l’action anti-infectieuse des sulfones

    par Jacques et Thérèse Tréfouël, Noël Rist, Floch

     

    La sulfone mère sera le premier traitement de la lèpre.

     

  • 1954 Mise au point d’un vaccin contre la poliomyélite

    par Pierre Lépine

  • 1955 Travaux sur l’adaptation enzymatique et la biosynthèse induite des enzymes

    par Jacques Monod

  • 1960 Biosynthèse des protéines

    Travaux sur les processus de régulation de la biosynthèse ou de l’activité des enzymes, sur les mécanismes de la biosynthèse des protéines par Jacques Monod et François Jacob

  • 1970 Isolement du premier récepteur à un neurotransmetteur...

    ...le récepteur de l’acétylcholine. L’acétylcholine est un messager chimique qui assure la transmission du signal nerveux entre cellules nerveuses dans le cerveau et entre cellule nerveuse et fibre musculaire.

    Jean-Pierre Changeux

  • 1983 Découverte des virus du sida, VIH1 puis VIH2

    Luc Montagnier, Jean-Claude Chermann, Françoise Barré-Sinoussi et coll.

  • 1985 Mise au point du vaccin contre l’hépatite B

    Pierre Tiollais et coll.

     

    Le vaccin contre l’hépatite B est le premier vaccin humain obtenu par génie génétique à partir de cellules animales.

     

  • 1989 Mise au point d’un test de diagnostic rapide de la tuberculose

    Brigitte Gicquel et coll.

  • 1991 Développement d’un vaccin contre la shigellose

    Philippe Sansonetti et coll.

  • 1991 Mise au point d’un test de détection rapide de la bactérie Helicobacter pylori

    Agnès Labigne et coll.

     

    La bactérie Helicobacter pylori est responsable d’ulcères et de cancers gastriques.

     

  • 1993 Mise au point de tests rapides pour détecter la résistance aux antibiotiques

    ... de la bactérie responsable de la tuberculose

    Stewart Cole et coll.

  • 1995 Identification de gènes responsables de surdités

    Christine Petit et coll.

  • 1995 Un vaccin contre la bactérie Helicobacter pylori, responsable d’ulcères et de cancers gastriques, est efficace chez l’animal.

    Agnès Labigne et coll.

  • 1996 Caractérisation d’une molécule (chimiokine) capable de bloquer l’infection des lymphocytes par le VIH

    Jean-Louis Virelizier et coll.

  • 1996 Séquence complète du génome de la levure Saccharomyces cerevisiae

    Programme européen

    Bemard Dujon et coll.

  • 1996 Élucidation des mécanismes permettant à la bactérie Listeria...

    ... d’entrer dans les cellules

    Pascale Cossart et coll.

  • 1997 Mise au point d’un test de détection de la bactérie Escherichia coli en 2 heures

    (au lieu des 2 ou 3 jours nécessaires habituellement), permettant une meilleure surveillance des eaux de baignade, de l’eau du robinet et de l’alimentation.

    Patrick Grimont et coll.

  • 1997 Découverte d’un gène de la dépendance à la nicotine

    Jean-Pierre Changeux et coll.

  • 1998 Premier isolement d’un gène de virulence chez Mycobacterium tuberculosis

    Brigitte Gicquel et coll.

  • 1998 Première localisation chez l’homme d’un gène de prédisposition aux papillomavirus

    Étude d’un lien éventuel avec le psoriasis.

    Gérard Orth et coll.

  • 1998 Séquençage total du génome de Mycobacterium tuberculosis

    Stewart Cole et coll.

  • 1999 Identification d’un type de récepteur nicotinique...

    ...nécessaire à l’action analgésique de la nicotine.

    Jean-Pierre Changeux et coll.

  • 2000 Identification d'un mécanisme de diversité des gènes de virulence chez le Plasmodium...

    ... agent du paludisme.

    Artur Scherf et coll.

  • 2006 Identification de l'origine de l'épidémie de Chikungunya ...

    ... dans l'Océan indien à partir du séquençage des génomes de souches du virus.

    Sylvain Brisse, Isabelle Schuffenecker et coll.

  • 2007 Explication du mécanisme par lequel le système immunitaire ...

    ... des "contrôleurs du VIH" séropositifs ne développant pas la maladie, réussit à maîtriser le virus du sida.

     

    Gianfranco Pancino et coll.

  • 2008 Une nouvelle source de neurones est identifié dans le cerveau adulte

    Alonso et coll.

  • 2010 Le lieu de naissance des cellules souches hématopoïétiques(à l'origine de toutes les cellules sanguines et immunitaires de l'organisme) est identifié

    par Karima Kissa & Philippe Herbomel

    Elles se forment  partir des cellules de la paroi de
    l’aorte de l’embryon.**
     

  • 2011 Les foetus développent spontanément, « par avance », un système de défense immunitaire

    Sawa et coll.

  • 2012 Les cellules souches du muscle survivent 17 jours post-mortem

    Cette découverte laisse envisager une nouvelle source et surtout de nouveaux moyens de conservation des cellules souches à usage thérapeutique pour un certains nombres de pathologies. C’est le cas par exemple de la leucémie qui nécessite une greffe de moelle osseuse pour restaurer les cellules sanguines et immunitaires des malades détruites par chimiothérapie ou radiothérapie. En prélevant après leur mort des cellules souches de moelle osseuse sur des donneurs consentants, les médecins pourraient pallier la pénurie de tissus et cellules. Une piste thérapeutique qui nécessite encore de nombreuses validations avant d’être réellement mise en application, mais très prometteuse dans le cadre de la thérapie cellulaire.

  • 2013 Sida : 14 patients adultes contrôlent leur infection VIH plus de sept ans après l’arrêt de leur traitement

    Sáez-Cirión et coll.

Mis à jour le 24/04/2014

En savoir plus

Musée Pasteur

musee-institut-pasteur.jpg

 

Le musée Pasteur est situé à l'Institut Pasteur, au 25 rue du Docteur Roux, 75015 Paris
 

Le musée Pasteur

Zoom sur

Les conférences culturelles du musée Pasteur
 

Consulter la page des conférences