Santé / Info-HPV / Si je suis infecté(e) ? / Les condylomes
Date de dernière mise à jour : 30 juin 2011

Les condylomes



L’infection par certains papillomavirus (HPV 6 et 11 le  plus souvent) peut entraîner l’apparition de condylomes ou verrues génitales qui ressemblent le plus souvent  à des excroissances en forme de chou-fleur.

La durée entre la contamination et l’apparition des premières verrues varie de un à huit mois. Il est donc difficile de savoir précisément quand et comment on a attrapé le virus.

Ces verrues sont généralement indolores, elles créent parfois des démangeaisons, des irritations et de l’inconfort. Elles sont très contagieuses.

Chez les femmes, les condylomes peuvent se former sur la vulve, dans le vagin et sur le col de l’utérus ou autour de l’anus. Chez les hommes, ils peuvent se former sur le pénis, sur le scrotum ou autour de l’anus.

Les condylomes vont le plus souvent diminuer et disparaître sans aucune intervention, mais le médecin peut proposer un traitement. On peut utiliser la podophylline (ou podophyllotoxine) ou l’acide trichloracétique pour traiter les condylomes génitaux externes et périanaux.
vignette_coton_azote
La cryothérapie, avec une cryosonde, l’azote liquide ou la neige carbonique est la technique la plus utilisée lorsqu’elle est disponible. La cryothérapie n’est pas toxique, elle ne nécessite pas d’anesthésie et ne laisse pas de cicatrice.

On peut aussi renforcer localement le système immunitaire de façon à combattre le virus à l’aide de médicament comme l’imiquimod.

Actuellement, il existe un vaccin contre les papillomavirus 6 et 11, le Gardasil®, qui devrait permettre de réduire considérablement la survenue des verrues.