> Pathogénie microbienne moléculaire - INSERM U389
• Résumé
• Saga Shigella
• Génétique
• Biologie Cellulaire
• Inflammation
• Immunologie
• Vaccins
ANALYSE GLOBALE DE LA PATHOGENIE MOLECULAIRE DE SHIGELLA :
DE LA MICROBIOLOGIE CELLULAIRE A LA MICROBIOLOGIE TISSULAIRE
(1990- maintenant).
La création, en 1989, de l’Unité de Pathogénie Microbienne Moléculaire avec Nancy Guillen, Armelle Phalipon, Claude Parsot et Guy Tran Van Nhieu a représenté une chance de focaliser notre recherche sur deux microorganismes entéroinvasifs modèles, responsable de dysenterie : Shigella et l’amibe pathogène Entamoeba histolytica. Les travaux sur E.histolytica ne seront pas mentionnés ici car Nancy Guillen a récemment pris la direction de sa propre Unité de Bioloogie Cellulaire du Parasitisme (sr référer à la page Web de son Unité).
Les principaux objectifs de recherche de PMM sont (i) d’identifier le répertoire des gènes codant pour le phénotype invasif de Shigella, de comprendre la régulation de ces gènes et l’organisation fonctionnelle de l’appareil d’invasion de ce microorganisme ; (ii) de déchiffrer le dialogue moléculaire établi entre la bactérie et sa cible cellulaire eucaryote, aboutissant à son internalisation, à son mouvement intra-cellulaire et passage de cellule à cellule ; (iii) d’établir des modèles in vitro et in vivo permettant d’identifier et d’analyser les mécanismes de rupture, d’invasion et de destruction inflammatoire de l’épithélium intestinal ; (iv) enfin d’identifier et analyser les mécanismes inducteurs et effecteurs de la réponse immunitaire innée et adaptative contre Shigella et d’utiliser l’ensemble de ces connaissances afin d’améliorer les stratégies vaccinales en cours.