Portail Institut Pasteur english version



Le Diagnostic de Laboratoire

filet



Lorsque la prophylaxie n'a pas été appliquée, la rage se développe dans un délai variable (de 15 jours à 3 ans chez l'homme). Elle est caractérisée, chez l'animal et chez l'homme, par l'apparition d'un tableau clinique d'encéphalite. Cependant, les symptômes de l'encéphalite rabique sont très variables selon les individus et les espèces considérés. Le diagnostic différentiel avec d'autres encéphalites virales d'étiologie différente est donc souvent difficile voire impossible. Dans ces conditions, seul l'examen de laboratoire permet de porter un diagnostic de certitude de la rage. Ce diagnostic chez l'animal est aussi un élément essentiel pour la mise en route ou la poursuite du traitement antirabique chez le patient exposé.
A la lumière des progrès des connaissances concernant la structure et le génome du virus, de nouveaux développements diagnostiques ont vu le jour. Ces développements prennent en compte la diversité génétique des virus pour choisir des zones conservées ou au contraire très variables selon l'objectif recherché.



puceLe choix des prélèvements

Le choix des prélèvements conditionne la sensibilité du diagnostic ainsi que les techniques de diagnostic qui seront mises en œuvre :

En phase tardive d'expédition :

Prélèvements Durée d'évolution clinique Température d'expéditions
0-8 jours >8 jours
Salive +++ +++ -20°C
Urine +++ ?? -20°C
Biopsie de peau
(au niveau de la nuque)
+++ ++ -20°C
Sérum + ++ -20°C
Liquide céphalorachidien (+) (+) -20°C


En post-mortem
Biopsie cérébrale (diagnostic de certitude (+4°C ou -20°C)

Règles d'expédition

Expédition avec un récipient agréé (triple emballage)
Classe 6.2 des matières dangereuse, risque 3.
(consulter le site http://www.pasteur.fr/sante/clre/chap/envois/accueil.html)

Chez l'animal, le diagnostic s'effectue uniquement en post-mortem à partir du cortex, de l'hippocampe et du bulbe rachidien.
Chez l'homme, le diagnostic post-mortem s'effectue à partir des mêmes prélèvements. En revanche, le diagnostic intra-vitam porte principalement sur la salive, le sérum, l'urine et des biopsies cutanées (au niveau de la nuque).
Deux techniques de prélèvement rapide de biopsie cérébrale sont applicables à l'homme et à l'animal : la première par voie occipitale, la seconde par voie rétro-orbitaire.
Les sensibilités de ces deux techniques sont identiques à celle de l'ouverture classique de la boîte crânienne.


puceTechniques de routine de diagnostic biologique

Le diagnostic vise à détecter les composants viraux ou les anticorps produits en réponse à ces composants viraux. Les cibles du diagnostic de la rage sont le virus infectieux, la nucléocapside virale qui s'accumule dans le cytoplasme des cellules infectées, les acides nucléiques viraux composés d'acide ribonucléique (ARN génomique, ARN antigénomique et ARN messagers). Les techniques de laboratoire utilisées doivent permettrent de donner un résultat dans un délai bref, compatible avec l'urgence du traitement antirabique, ainsi qu'avec l'application efficace des mesures de prophylaxies sanitaires et médicales chez les animaux exposés. Trois types de techniques sont employés pour le diagnostic de routine (Fig. 2): l'immunofluorescence directe sur empreinte de cerveau qui est la technique de référence, l'isolement du virus rabique sur cellules en culture (neuroblastomes murins) et la troisième technique de diagnostic (RREID pour Rapid Rabies Enzyme Immuno Diagnosis) qui est un ELISA sandwich basé sur l'immunocapture de la nucléocapside du virus rabique.

puceLa sérologie

Le titrage des anticorps rabiques permet d'apprécier le degré de l'immunité chez les sujets en cours de traitement antirabique ou vaccinés préventivement. Les experts de l'OMS considèrent qu'un individu vacciné doit présenter un taux d'anticorps supérieur à 0,5 unités internationales (UI)/ml. La détection des anticorps rabiques n'a en revanche qu'un intérêt limité dans le diagnostic de la rage. En effet les anticorps n'apparaissent qu'en phase ultime de l'évolution de la maladie. Le titrage des anticorps par séroneutralisation s'effectue sur culture cellulaire (épreuve rapide de réduction des foyers fluorescents). Un délai de 24 heures est nécessaire pour l'obtention du résultat. Une technique de titrage des anticorps par ELISA, moins lourde et plus rapide, est très largement utilisée en routine.

puceLe diagnostic biologique portant sur la détections des acides nucléiques viraux

La technique de transcription inverse suivie de l'amplification en chaîne par polymérase (RT-PCR) a aussi été appliquée au diagnostic de la rage. L'amplification du gène N par PCR présente une corrélation parfaite avec les techniques usuelles de diagnostic. Les amorces oligonucléotidiques nécessaires à cette amplification sont définies dans des zones de la séquence présentant une forte conservation afin d'obtenir un spectre d'amplification le plus étendu possible au sein des lyssavirus. Cette technique, de part sa grande sensibilité, est particulièrement adaptée au diagnostic intra-vitam chez l'homme à partir d'échantillons de salive, d'urine, de liquide céphalo-rachidien et de biopsie de peau (au njiveau de la nuque).

puceConclusion

La rage reste donc une maladie d'actualité. L'évolution de l'épidémiologie pose des problémes de diagnostic, de typage et de traitement des patients et à terme de contrôle de l'extension de la rage. Les progrès des protocoles de prise en charge, des produits biologiques de traitement (vaccins et immunoglobulines) ainsi que des techniques de laboratoire permettent de répondre à la plupart de ces problèmes. Néanmoins, le coût de ces mesures reste malheureusement hors d'atteinte d'une partie importante de l'humanité. Un effort conjoint des organismes de recherche, des institutions internationales et organismes non gouvernementaux de protection de la santé et des industriels doit maintenant déboucher vers le développement de protocoles peu couteux de contrôle de la rage humaine et animale.



filet


Debut de Page Sommaire Portail Institut Pasteur

En cas de problèmes, de remarques, ou de questions concernant cette page Web écrire à pweber@pasteur.fr.