LABORATOIRE RÉTROVIRUS ET TRANSFERT GÉNÉTIQUE

Responsable
HEARD Jean Michel

e-mail : jmheard@pasteur.fr


CNRS URA 1157

Bâtiment Lwoff, Département du Sida et des Rétrovirus
Institut Pasteur
25/28 Rue du Dr. Roux
75724 PARIS Cedex 15

Tél
01 4568 8248
Fax
01 4568 8940

Secrétariat

COMMUNAL Renée

Chercheurs permanents

HEARD Jean Michel, INSERM
de ROCQUIGNY Hugues, INSERM
SCHWARTZ Olivier, IP

Stagiaires de recherche

BOHL Delphine, Post-doc
BOSCH Assumpcio, Post-doc
DESURMONT Caroline, Thèse
LE GALL Sylvie, Post-doc
RODRIGUES Pierre, Thèse
SALAÜN Christine, Thèse

Ingénieurs Techniciens Administratifs

DAHOUMANE Anne
MARÉCHAL Valérie

Nous étudions les mécanismes d'infection cellulaire par les rétrovirus avec un intérêt particulier pour l'entrée du virus dans la cellule, et les effets de la protéine Nef sur le trafic intracellulaire. Nous développons de nouveaux vecteurs viraux pour le transfert de gène in vivo et de nouvelles procédures pour la thérapie génique des maladies génétiques.



Sans titre

(Responsable non identifié)

Nous étudions le phénomène d'internalisation de la particule rétrovirale dans le cytoplasme de la cellule après sa fixation aux récepteurs de surface. Ces travaux sont menés simultanément sur le VIH (Olivier Schwatrz, Valérie Maréchal) et sur les rétrovirus murins qui servent de vecteurs pour la thérapie génique (Pierre Rodrigues, Christine Salaün). La protéine Nef affecte l'infection cellulaire par le VIH et perturbe les mécanismes d'adressage des protéines CD4 et MHC-I à la surface cellulaire. Les mécanismes moléculaires sont en cours d'élucidation (Sylvie Le Gall, Olivier Schwartz). Les vecteurs dérivés des lentivirus présentent un grand intérêt pour la thérapie génique. Nous cherchons à développer un système vecteur à partir d'un lentivirus de non-primate, le CAEV (Sylvie Le Gall, Christine Salaün, Hugues de Rocquigny). Les modèles de thérapie génique que nous explorons ont trait à la sécrétion de protéines thérapeutiques dans le sérum. Différentes procédures de transfert de gène in vivo, ou utilisant des capsules contenant des cellules génétiquement modifiées, sont évaluées. Les systèmes modèles concernent la ß-thalassémie (Delphine bohl et Anne Dahoumane), les dyslipidémies (Caroline Desurmont), les mucopolysaccharidoses (Assumpcio Bosch).



We study the mechanisms of cell infection with retroviruses with a special focus on retrovirus entry, and the perturbations of intracellular trafficking induced by Nef. We are developing new vectors for in vivo gene transfer and new procedures for a gene therapy of genetic disases like ß-thalassemia, dyslipidemia and mucopolysaccharidosis.