LABORATOIRE DES LYSSAVIRUS

Responsable
TORDO Noël

e-mail : ntordo@pasteur.fr


Institut Pasteur

Institut Pasteur
25/28 Rue du Dr. Roux
75724 PARIS Cedex 15

Tél
01 4061 3134
Fax
01 4061 3256

Secrétariat

NEZOT Nicole, IP

Chercheurs permanents

JACOB Yves, IP
TORDO Noël, IP

Stagiaires de recherche

BADRANE Hassan, Thèse 02/97
BAHLOUL Chokri, Thèse 10/97
DRINGS Astrid, Thèse 02/98
DEMEZIERES Emmanuel, DEA
JENANIE Ali-Reza, Vétérinaire IP Téhéran
KALLEL Héla, Post-doc
KOUZNETZOFF Anne, Thèse 12/97
LECOINTE Violaine, BTS
LE MERCIER Philippe, Thèse 04/98

Ingénieurs Techniciens Administratifs

FORTEVILLE Yvette, IP
JALLET Corinne, IP
NEZOT Nicole, IP
PERRIN Pierre, IP

Le Laboratoire des Lyssavirus étudie la génétique et la vaccinologie du virus de la rage et des virus apparentés. La génétique tente de mieux comprendre les interactions fonctionnelles entre les protéines et les gènes viraux ainsi que les relations avec l'hôte. Un outil de génétique inverse vient d'être obtenu. De nouvelles stratégies vaccinales sont développées qui tiennent compte de la diversité des Lyssavirus ainsi que du fait que la rage devient tous les jours davantage spécifique du monde en développement.



Obtention d'un Lyssavirus recombinant: génétique inverse et vecteur viral

(P. Le Mercier)

Un génome de lyssavirus minimal capable d'être transcrit, répliqué et encapsidé a été construit. Il est pourvu d'un lieur multisites pour insérer soit un gène rapporteur (virus recombinant déféctif) soit l'ensemble des gènes viraux (virus recombinant infectieux). Par transcription dans le cytoplasme en présence des protéines virales requises pour son expression, ce (mini)génome permet l'étude fonctionnelle des gènes par génétique inverse et constitue l'ossature d'un futur vecteur d'expression neurotrope.

Etude de l'encapsidation de l'ARN génomique

(N. Tordo)

L'encapsidation de l'ARN génomique par la nucléoprotéine N a été étudiée par retard sur gel, pontage au LASER, empreinte aux nucléases, digestion protéasique. Les 11 premiers nucléotides de l'extrémité 5' du génome constituent un site de très forte affinité spécifique pour la N. Il est suivi d'un domaine accessoire riche en adénines. Un peptide central dans une région très conservée entre protéines N constitue le domaine de liaison à l'ARN.

Interactions entre protéines du complexe de transcription/réplication

(Y. Jacob)

L'expression des gènes viraux est assurée par un complexe comprenant l'ARN génomique encapsidé par la protéine N, la polymérase L et la phosphoprotéine P. Les interactions entre les protéines N et P et différents domaines de la polymérase L ont été étudiées dans le système "double-hybride" (GAL4). Les protéines N et P s'homo- et s'hétérodimérisent. Les régions responsables de chaque intéraction ont été cartographiées.

Épidémiologie moléculaire des Lyssavirus

(N. Tordo)

La pérennité de la rage repose sur la coadaptation entre chaque variant de Lyssavirus et son animal "vecteur". L'analyse de la diversité génétique des Lyssavirus permet d'établir les relations phylogénétiques entre variants. Elle suggère que les chauves-souris seraient les hôtes les plus anciens à partir desquels les Lyssavirus se seraient transmis aux carnivores. Sur le plan pratique, dans les régions du monde où coexistent plusieurs cycles épidémiologiques,des outils moléculaires ont été développés pour en distinguer aisément les variants.

Potentiel en vaccinologie des antigènes viraux

(P. Perrin)

Afin d'étudier leur complémentarité voire leur synergie, les antigènes viraux majeurs G, N de deux génotypes divergents (1=rage ; 3=Mokola) ont été produits dans le système d'expression baculovirus et partiellement purifiés. Si la G reste la seule à induire des anticorps neutralisant le virus, un effet adjuvant de la N a été observé.

Immunisation génique: vers un vaccin anti-Lyssavirus

(P. Perrin)

Le gène de la protéine G a été mis sous le contrôle du promoteur I.E. du cytomégalovirus. L'injection intramusculaire du plasmide à la souris conduit à une réponse immune rapide et complète (anticorps neutralisants, cellules T "auxiliaires" et "cytotoxiques"). Une glycoprotéine hybride composée de deux moitiés provenant des deux génotypes les plus divergents permet d'accroître le spectre de protection aux 6 génotypes de lyssavirus.

Immunodépression et pathogénie

(P. Perrin)

La pathogénicité pour la souris des différents génotypes de lyssavirus est variable. Les virus des génotypes 1-4-5-6 sont pathogènes par voie périphérique et cérébrale, ceux des génotypes 2-3 par voie cérébrale seulement. Des mutations expliquant cette différence de pathogénicité ont été déterminées sur la protéine G. Les virus pathogènes par les deux voies provoquent une suppression des réponses immunitaires à médiation cellulaire spécifiquement dirigées contre le virus due à un dérèglement des fonctions cérébrales suite à l'infection.

Méthodes de diagnostic différentiel des virus respiratoire responsables d'infections graves: RSVA, RSVB, PIV3

(N. Tordo)

Une méthode puissante permettant en une seule étape de détecter puis de caractériser l'ensemble des virus à l'origine de bronchiolytes graves, notamment chez les nouveau-nés (RSV type A et B, PIV 3) a été développée. Étant donné la divergence entre ces virus, les amorces ont été définies dans les régions très conservées de la polymérase. La distinction entre les différents virus se fait par RFLP ou hybridation différentielle. Un brevet a été pris.

Enseignement

Le Laboratoire participe au cours de Virologie Fondamentale (Pasteur/Paris 6/ Paris 7/ Nice) dont Noël TORDO est le Directeur Adjoint.



The Lyssavirus Laboratory is interested by genetics and vaccinology of rabies and rabies-related viruses. Genetics is developed to understand the functional interactions between viral genes and proteins as well as the virus/host relationships. A method to perform reverse genetics has been recently established. New vaccinal strategies are currently developed, taking into account both the Lyssavirus diversity and the observation that rabies is more and more restricted to developing countries.