UNITÉ DE GÉNÉTIQUE MOLÉCULAIRE BACTÉRIENNE

Responsable
COLE Stewart

e-mail : stcole@pasteur.fr


Bâtiment Duclaux
28 Rue du Dr. Roux
75724 PARIS Cedex 15

Tél
01 4568 8446
Fax
01 4061 3583

Secrétariat

FARGUES Anne-Marie, IP

Chercheurs permanents

REYSSET Gilles,IP
DUPUY Bruno, IP
EIGLMEIER Karin, IP
GARNIER Thierry, IP

Stagiaires de recherche

TRINH Stéphanie, Post-doc Boursière Roux
BUCHRIESER-BROSCH Roland, Post-doc
DOMENECH-RUBIO Pilar, Post-doc
GORDON Stephen, Post-doc
GUILLOUARD Isabelle, Thèse

Ingénieurs Techniciens Administratifs

HONORE Nadine, IP
MARASESCU Monica, IP
SAINT-JOANIS Brigitte, IP
BRIOLAT Valérie, IP

Le thème de recherche de l'unité est axé sur l'étude du pouvoir pathogène de deux genres de bactéries à Gram positif, les Mycobactéries et les Clostridies, au moyen des techniques de génomique, de génétique moléculaire, de génétique réverse, et de bio-informatique.



Étude des génomes, de la résistance aux antibiotiques et du pouvoir pathogène des bacilles de la lèpre et de la tuberculose

(Stewart Cole)

Les génomes mycobactériens. L'objectif de ce projet est d'obtenir, à l'aide de l'analyse systématique de leur génome, le plus grand nombre d'informations possible sur les mycobactéries responsables de la lèpre et de la tuberculose, et d'utiliser ces connaissances pour parvenir à combattre ces graves problèmes de santé publique. En 1997 d'énormes progrès ont été réalisés et nous avons d'une part, en collaboration avec le Sanger Centre, terminé la séquence du chromosome de M. tuberculosis et d'autre part, mis en évidence plusieurs régions qui ont subi des remaniements dans le chromosome de la souche vaccinale, M. bovis BCG Pasteur. La comparaison affinée de ces deux chromosomes a conduit à l'identification de plusieurs régions restructurées qui pourraient être responsables de la perte de virulence de M. bovis. Résistance aux agents anti-mycobactériens. L'Unité s'intéresse au dépistage des mécanismes de résistance et surtout à l'agent antituberculeux principal, l'isoniazide, dont la toxicité nécessite une étape de peroxydation qui est catalysée par la catalase-peroxydase. Nous sommes actuellement en train, en collaboration avec l'Unité de Biochimie Structurale, d'élucider la structure tridimensionnelle de cette enzyme. Pouvoir pathogène mycobactérien. Malgré son importance sur le plan médical, on a peu d'informations sur le pouvoir pathogène du bacille tuberculeux. Grâce à des souris " knock-out " dépourvues de différents lymphocytes, la virulence relative d'une série de mutants isogéniques dont les lésions étaient bien connues a été déterminée. Il s'avère que la catalase-peroxydase joue un rôle majeur dans la résistance au burst oxydatif du macrophage.

Étude du génome et du pouvoir pathogène des Clostridies

(Gilles Reysset, Bruno Dupuy)

Clostridium perfringens, bactérie pathogène importante en médecine humaine et vétérinaire, est fréquemment responsable de maladies pouvant aller de la simple intoxication alimentaire à l'entérite nécrotique ou à la gangrène gazeuse. Nos efforts ont porté sur l'étude de l'organisation du génome, le développement d'outils génétiques et l'analyse du pouvoir pathogène. Une étude de l'organisation fonctionnelle de la toxine a, le facteur de virulence principal, a été réalisée à l'aide de la modélisation moléculaire, de la biochimie et de la mutagenèse dirigée. Un site de liaison du calcium a été mis en évidence et le mécanisme d'interaction de cette toxine, dotée d'activité phospholipasique, avec la membrane cellulaire partiellement élucidé. Nous avons également étudié l'uréase produite par certaines souches de C. perfringens et constaté que ses gènes, comme ceux de certaines toxines, sont portés par de grands plasmides. De nouveaux projets sur les bases moléculaires du pouvoir pathogène de C. difficile, agent de la colite pseudomembraneuse, et les mécanismes de résistance aux agents oxydatifs chez C. perfringens, ont été entrepris.



The principal research theme of the unit is the dissection of the pathogenic mechanisms employed by two very different Gram positive bacteria - the Mycobacteria (M. leprae, M. tuberculosis) and the Clostridia (C. difficile, C. perfringens) - through integrated approaches involving genomics, molecular genetics, reverse genetics, biochemistry and bioinformatics.