UNITÉ D'EXPRESSION DES GÈNES EUCARYOTES

Responsable
ZAKIN Mario

e-mail : mzakin@pasteur.fr


CNRS URA 1129

Département de Biochimie et génétique Moléculaire
Institut Pasteur
25/28 Rue du Dr. Roux
75724 PARIS Cedex 15

Tél
01 4568 8378
Fax
01 4061 3110

Secrétariat

CROULLEBOIS Élisabeth, IP

Chercheurs permanents

BARON Bruno, IP
BRUNEL Franck, IP
DUCHANGE Nathalie, INSERM
LAMAS Eugénia, INSERM

Stagiaires de recherche

BAROUKH Nadine, Thèse
CASSIA Raul, Post-doc
PETROPOULOS Isabelle, Post-doc
TERENZI Hernan, Post-doc
VERGNES Laurent, Thèse

Ingénieurs Techniciens Administratifs

DEBACKER Cécile, IP
PY Marie-Claire, IP

Chaque type cellulaire n'utilise qu'une infime partie du potentiel génétique contenu dans le génome animal. Il est ainsi caractérisé par des gènes actifs et d'autres inactifs. Les différences entre les types cellulaires dépendent donc del'expression de gènes particuliers, définis comme tissu-spécifiques. L'Unité étudie les mécanismes responsables de la régulation de l'expression tissu-spécifique des gènes. Ces études aident également à comprendre le rôle et l'importancedu produit de chaque gène analysé, aussi bien dans un contexte normal que pathologique.



Études sur le gène de la transferrine (Tf)

(Responsable non identifié)

La Tf est la protéine plasmatique chargée du transport du fer. Nous avons préalablement déterminé que son expression exige des combinaisons différentes de facteurs transcriptionnels dans les systèmes hépatique, testiculaire et nerveux. Pour analyser l'expression du gène in vivo nous avons généré des souris transgéniques par microinjection de la région -4000/+39 du gène de la Tf humaine (hTf) cloné en amont du gène lacZ.. Afin d'établir une comparaison, nous avons également analysé l'expression de la hTf et celle de la Tf de souris (sTf). Le gène de la hTf s'exprime dans le foie foetal et adulte, tandis qu'une expression plus faible est observée dans le cerveau foetal et adulte ainsi que dans la rate foetale. La sTf est exprimée par le composant endodermique du sac vitellin ainsi que par le primordium hépatique. La Tf est donc un marqueur précoce de la différenciation hépatique. Les ARNm de la Tf sont également détectés dans le foie pendant la vie foetale et chez les animaux adultes. Ils commencent à être détectés dans le système nerveux central (SNC) à partir du cinquième jour après la naissance, tout d'abord dans la moelle épinière. Au jour 10 l'expression est observée dans le bulbe et dans les jours suivants dans le cerebellum et le cortex cérébral. Cette expression suit le développement postnatal des oligodendrocytes dans le SNC. Les résultats avec les souris transgéniques montrent que la région 5' de la hTf analysée est suffisante pour une expression correcte du gène dans le foie des animaux adultes et qu'un enhancer foie-spécifique est actif in vivo. Par contre, la séquence -4000/+39 confère au gène indicateur une expression ectopique dans le SNC et ne contient pas les informations nécessaires pour une expression normale pendant le développement embryonnaire. Nous analysons actuellement les éléments régulateurs de l'expression du gène présents dans des clones d'environ 80 kb.

Études sur le gène de la mélanotransferrine (Mtf)

(Responsable non identifié)

Les antigènes tumoraux correspondent à des protéines de surface surexprimées dans certains types de cancer. Ces antigènes représentent des modèles intéressants pour étudier la modification des voies de régulation lors du processus de transformation d'un type cellulaire donné. La MTf a été identifiée comme un antigène tumoral des mélanomes et vient d'être caractérisée comme un marqueur potentiel de la maladie d'Alzheimer. Exprimée de façon abondante dans la quasi totalité des mélanomes, cette protéine n'est détectée qu'à l'état de trace dans la plupart des tissus adultes. Nous avons caractérisé plusieurs régions ouvertes de la chromatine au niveau du gène, dont l'une correspond à un enhancer, et montré l'existence d' une interaction ternaire entre les facteurs de transcription AP1 et NF-AT au niveau d'un motif composite de cet élément régulateur. Au vu de l'importance fonctionnelle du complexe NF-AT pour l'expression mélano-spécifique de la MTf, nous cherchons à étudier les voies de signalisation activant ces facteurs dans les cellules de mélanomes ainsi qu'à déterminer la présence éventuelle d'un facteur original dans ces cellules. L'objectif final est de mesurer le rôle de ces protéines pour l'expression du gène en relation avec le processus de transformation.

Études sur le groupement des gènes codant pour les apolipoprotéines (apos)

(Responsable non identifié)

A-I, C-III, A-IV La concentration plasmatique des lipoprotéines de haute densité (HDL) est un facteur de risque dans l'athérosclérose. Deux des protéines des HDL sont les apos A-I et A-IV, dont les gènes sont localisés avec le gène de l'apoC-III dans un groupement situé sur le chromosome humain 11. Divers désordres génétiques à l'origine de l'athérosclérose sont associés à des altérations dans la séquence de ce groupement de gènes. À ce jour, la plupart des travaux sur ce groupement ont été concentrés sur ses membres individuels. Nous analysons actuellement la fonction et la régulation de la totalité du groupement pour déterminer son impact sur le transport du cholestérol et sur l'athérosclérose. Outre des expériences effectuées sur des systèmes cellulaires, ceci est réalisé avec des animaux transgéniques. Ces animaux expriment à des degrés divers les apos humaines A-I, C-III et A-IV. Des souris transgéniques sont actuellement utilisées pour des expériences à jeun ou sous différents régimes alimentaires. Nous analysons les variations de la concentration des apos endogènes et transgéniques, de cholestérol total, de cholestérol nonHDL, de cholestérol HDL. Après un régime alimentaire athérogénique, les effets de l'athérosclérose sur l'aorte seront quantifiés.