UNITÉ D'HISTOPATHOLOGIE

Responsable
HUERRE Michel

e-mail : mhuerre@pasteur.fr


Institut Pasteur
25/28 Rue du Dr. Roux
75724 PARIS Cedex 15

Tél
01 4568 8661
Fax
01 4061 3155

Chercheurs permanents

SARON Marie-Françoise
FIETTE Laurence

Stagiaires de recherche

HAILE Solomon
SALEZ L.
RAHARISOLO Cl.

L'Unité d'Histopathologie est constituée de deux groupes : l'Histopathologie proprement dite et la Virologie Expérimentale. le laboratoire étudie l'immunopathologie de l'infection de la souris par le LCMV et ses adaptations notamment à la vaccinologie. Il assure le diagnostic du LVMC et l'enquête épidémiologique et animale inhérente aux cas de méningite ou d'animaux infectés.



Groupe de Virologie expérimentale

(Responsable non identifié)

Le modèle d'infection virale expérimentale de la souris par le virus de la chorioméningite lymphocytaire (LCMV) est à l'origine de nombreuses découvertes fondamentales en immunopathologie. Depuis la découverte des épitopes dominants des lymphocytes T CD8+ cytotoxiques (CTL) ce modèle permet d'étudier le potentiel vaccinal de candidats-vaccins. En 1997, le laboratoire a montré le pouvoir vaccinal de complexes protéiques de bactéries et de virus (collaboration C. Leclerc -Unité de biologie des relations immunitaires-) contenant un épitope CTL dominant du LCMV. Des souris infectées par ces candidats vaccins ont survécu à une infection d'épreuve par le LCMV, ont éliminé le virus et possèdaient des CTL. Cette étude à montrer leur capacité à vacciner l'hôte en présentant efficacement un épitope au système immunitaire engendrant une réponse adéquate permettant d'éliminer le virus inoculé en épreuve. La connaissance précise de ce modèle immunopathologique permet de répondre aussi à des questions d'immunologie fondamentale. Ainsi en 1997, nous avons montré que des souris déplétées d'une des chaînes non dominantes du complexe majeur d'histocompatibilité (CMH) restent capables de répondre au LCMV mais que sans aucune des chaînes majeures, elles ne répondent plus (collaboration avec F. Lemonnier et B. Perarneau -Unité d'immunité cellulaire antivirale-) indiquant qu'il n'y a pas de chaînes mineures qui prennent le relai. Ces résultats permettent donc d'envisager l'utilisation des souris sans CMH murin mais possédant des CMH humains comme modèles animaux d'infection et de vaccination.

Diagnostic

(Responsable non identifié)

Le laboratoire est responsable du séro et viro-diagnostic humain et animal de la chorioméningite lymphocytaire. Comme l'infection humaine par le LCMV est une zoonose, le laboratoire assure également le piégeage des petits mammifères dans les zones potentiellement à risque ainsi que leur étude virologique.