Biochimie et de Biologie Moléculaire des Insectes


  RESPONSABLEDr ROTH, Charles / croth@pasteur.fr
  MEMBRESCHERTEMPS Thomas / Dr CHOUMET Valérie / DEHOUX Pierre / Dr EIGLMEIER Karin
HOLM Inge / Dr PAUL Richard / Dr ROSINSKI-CHUPIN Isabelle

  Rapport d'activité

Notre Unité se concentre sur trois thèmes de recherche ayant des liens avec la glande salivaire : 1) l’annotation du génome d'Anopheles gambiae, 2) le transcriptome et le protéome de la glande salivaire et leur variation en présence des parasites 3) les effets de la salive dans la transmission de Plasmodium entre le moustique et l’hôte animal. Notre but est de mieux comprendre comment les parasites du paludisme interagissent avec leurs insectes hôtes, afin de trouver d'éventuelles solutions pour interrompre ou réguler cette interaction.

Introduction :Anopheles gambiae, vecteur de la Malaria chez l’humain

La femelle du moustique Anopheles gambiae, le plus important vecteur de la malaria en Afrique sub-saharienne, à la recherche d’un repas de sang lui permettant de produire des œufs. Avant la piqure, la trompe rejette de la salive en vue de lubrifier la peau pour la transpercer.

Si le moustique est infecté par les parasites de la malaria, la forme sporozoitaire murit dans la glande salivaire migre vers la peau humaine via la salive excrétée lors de la piqure. Les parasites migrent ensuite vers le foie humain où ils se développent pour infecter les cellules des globules rouges et causer la malaria. Notre laboratoire étudie le rôle de la salive et des glandes salivaires dans la transmission du parasite de la malaria.

Approche transcriptionnelle

Dirigée par Isabelle Rosinski-Chupin

Le laboratoire a étudié la transcription du gène dans des glandes salivaires saines et infectées pour mesurer les changements du à l’infection du plasmodium en utilisant la technique SAGE. En utilisant cette technique, cinquante sept gènes d’Anopheles différemment exprimés ont été détectés et quatre ont été étudiés en détail. De même, soixante six nouveaux ARN messagers de Plasmodium ont été identifiés. Plusieurs de ces gènes ont été ensuite étudiés pour déterminer leur rôle dans l’invasion des glandes salivaires et l’infection des mammifères.

Approche protéomique

Dirigée par Valérie Choumet

L’analyse transcriptionnelle est complétée par l’analyse protéomique des glandes salivaires et de la salive. 131 protéines de glandes salivaires ont été identifiées dont 89 pour la première fois. Une analyse protéomique différentielle a permis de mettre en évidence un changement d’expression de plusieurs protéines salivaires en présence du parasite Plasmodium. Une étude fonctionnelle qui vise à identifier les molécules salivaires impliquées dans l’interaction avec l’hémostase et le système immunitaire du mammifère est en cours.

Approche génomique

Dirigée par Karin Eiglmeier

Tout en continuant notre participation dans le projet génomique d’Anopheles, nous avons poursuit notre collaboration avec le Génoscope, le Centre National Français du Séquençage.

Environ 100.000 ADNc « pleine longueur » de moustiques à différents stades du développement ont été synthétisés, séquencés et annotés. Nous avons également participé au séquençage international du génome Aedes aegypti et le projet d’annotation. Ce projet ADNc était en collaboration avec l’équipe de l’Université de Sao Paulo, Brésil.

Etude sur le terrain

Dirigé par Richard Paul

Chez les personnes vivant dans des régions où il y a transmission saisonnière de la malaria, les formes sexuelles du parasite P. falciparum sont trouvées à de bas niveaux pendant la période sèche quand les moustiques sont rares. Au début de la saison des pluies, quand A. gambiae revient dans la région et qu’il peut transmettre le parasite, le nombre de formes sexuelles chez des individus infectés augmente de façon considérable. Nous avons travaillé au Sénégal pour tester l’hypothèse que la salive de moustique lors des piqûres au début de la saison stimule les parasites de la malaria pour produire beaucoup plus de formes sexuelles et donc augmente les risques de la transmission de la malaria.

roth.jpg

Anopheles gambiae, the vector of human malaria.



  Site Web de l'unité

Plus d' informations sur notre site web


  Publications de l'unité

Toutes les publications 2006 sur notre base de données




Rapports d'activité 2006 - Institut Pasteur
En cas de problèmes, de remarques, ou de questions concernant cette page Web écrire à rescom@pasteur.fr