Portail IP   bandeau_genéral
imprimer
Imprimer
     Vaccinologie parasitaire


  Responsable : LONGACRE, Shirley (longacre@pasteur.fr)


  resume

 

Le Laboratoire de Vaccinologie Parasitaire travaille actuellement sur le paludisme, en ciblant les deux espèces de parasite responsable de la plupart de mortalité et morbidité humaine, Plasmodium falciparum et Plasmodium vivax. Les travaux recents concernent le développement des vaccins à sous-unités à la base de protéines recombinantes produites dans le système d'expression baculovirus, et correspondant aux protéines de surface du mérozoïte du stade erythrocytaire, qui est responsable des symptômes cliniques.



  rapport

cale

Les activités du Laboratoire visent les deux composants de vaccins à sous-unités : des protéines recombinantes et des immuno-stimulateurs ayant un fort potentiel d'utilisation chez l'homme. Nos travaux concernent en priorité des antigènes qui sont des candidats vaccin anti-palustre.

Les antigènes recombinants sont produits dans le système d'expression de baculovirus/cellules d'insectes, qui reproduit des antigènes protéiques avec de très bons rendements tout en gardant leur conformation native complexe. Le système permet également de réaliser des modifications post-traductionnelles eucariotiques fiables, telles que le clivage de la séquence signale. Dans le passé nous avons ciblé la partie C-terminal de la protéine de surface du mérozoïte-1 (MSP1p19), un candidat vaccin antipalustre prometteur. La manufacture de PfMSP1p19 en conditions GMP est en cours, et un essai clinique de phase 1, sponsorisé par l'Institut Pasteur est prévu courant 2006. Plus recemment le laboratoire a commencé à évaluer d'autres protéines recombinantes faites en baculovirus, qui sont aussi des candidats vaccins d'intérêt éventuel.

Les bons stimulateurs d'immunogénicité sont nécessaires afin d'augmenter les réponses immunitaires aux antigènes recombinants hautement purifiés (sujet à des réglementations de plus en plus strictes), et donc généralement peu immunogènes. Recemment le LVP a exploré deux nouvelles approches pour augmenter l'immunogenicity de PfMSP1p19. (1) Le système d'expression baculovirus peut réaliser une modification post-traductionelle d'addition d'une entité glyco-lipidique (glycosyl-phosphatidyl-inositol, GPI) en C-terminal de PfMSP1p19, qui semble conférer une immunogénicité augmentée chez la souris. (2) Un vaccin idéal, ciblant les populations du Tier Monde, devrait conférer une protection durable avec une seule injection. Des mécanismes de délivrance lente permettraient une telle stimulation prolongée du système immun. Une nouvelle technologie utilisant un composant d'haute viscosité (déjà apprové par le FDA comme additive nutritionelle) en combinaison avec des polymères, a démontré une bonne réponse immune de longue durée avec l'antigène PfMSP1p19 chez la souris après une seule injection. Les avantages de cette technologie incluent le coût bas des matériels, la facilité de manufacture à grande échelle, la facilité de formulation avec l'antigène, et une grande stabilité à température ambiante.

Mots-clés: Paludisme, Plasmodium falciparum, Plasmodium vivax, merozoite surface proteins (MSPs), vaccins, baculovirus



  publications

puce Toutes les publications 2005 sur notre base de données


  personnel

  Secrétariat Chercheurs Stagiaires Autre personnel
    LONGACRE, Shirley CNRS DR longacre@pasteur.fr

FALANGA, Pierre Institut Pasteur CR pfalanga@pasteur.fr

POLSON, Hannah Post-doc hpolson@pasteur.fr

JOOS, Charlotte Doctorante (25%)



ROSARIO, Sandrine Technicienne supérieur (IP) sdsantos@pasteur.fr

Rapports d'activité 2005 - Institut Pasteur
filet

Debut de Page recherche Portail Institut Pasteur

En cas de problèmes, de remarques, ou de questions concernant cette page Web écrire à rescom@pasteur.fr