Portail IP   bandeau_genéral
imprimer
Imprimer
     Immunopathologie Virale


  Responsable : Rivière Yves (riviere@pasteur.fr)


  resume

 

Résumé: Notre projet de recherche est essentiellement axé sur l'étude du rôle des lymphocytes T cytotoxiques (CTL) dans la pathogénèse des infections virales de l'homme et en particulier de l'infection par virus de l'immunodéficience humaine (VIH-1) et par le virus de l'hépatite C (VHC). Plusieurs approches sont développées in vitro: cartographie des épitopes T et importance des réactivités croisées, présentation de particules virales exogènes aux CTL, contrôle de la réplication virale, et in vivo : reconstitution du système immunitaire dans des cohortes de patients infectés et traités par anti-rétroviraux, importance de l'induction de CTL dans l'efficacité des protocoles de vaccination dans des modèles animaux.



  rapport

cale

A. CTL et infection pédiatrique: F. Buseyne,E.Monchatre N. Bellal,.en coll. avec D.Scott-Algara (I.P) et C.Rouzioux et S. Blanche (Necker), et J LeChenadec, MJ Mayaux,(Inserm, Bicêtre).

Depuis plusieurs années nos efforts sont focalisés sur l'étude d'une cohorte d'enfants infectés par le VIH par voie materno-fœtale. Une partie importante des enfants participent à des protocoles de thérapie anti-rétrovirale combinée avec ou sans anti-protéase. L'efficacité des traitements est évaluée par la mesure de la charge virale (plasmatique, virémie cellulaire et provirus intégré). Pour l'évaluation de l'impact du traitement sur la reconstitution du système immunitaire, les différentes populations lymphocytaires CD4+ et CD8+ (marqueurs d'activation et naif/mémoire) sont étudiées en cytométrie de flux. L'activité fonctionnelle cytotoxique (CTL) est étudiée par la technique conventionnelle de relargage au chrome et par les techniques alternatives (Elispot et tetramères).

Nous avons étudié le rôle des CTL chez les enfants agés de plus de 5 ans. Les activités CTL mémoires circulantes spécifiques des protéines Env, Gag, Nef et Pol ont été déterminées à l'aide d'un test au chrome dans un groupe de 47 enfants infectés et n'ayant pas reçu de multithérapies combinées. Les activités CTL spécifiques de Gag et Pol étaient corrélées positivement au nombre de lymphocytes T4. Les activités CTL spécifiques de Gag, Nef et de Pol étaient inversement corrélées avec la charge virale. La corrélation inverse entre charge virale et les activités CTL spécifiques de Gag étaient indépendantes du nombre de lymphocytes T4. Cette étude démontre un effet bénéfique des activités CTL chez l'enfant infecté agé de plus de cinq ans (Buseyne et Coll., J. Virol., 2002).

Par ailleurs nous avons comparé les techniques Elispot et tétramères chez vingt enfants HLA A201. La réactivité contre deux épitopes A2 (SL9 dans Gag et IV9 dans Pol) a été étudiée dans un test ex vivo à partir des lymphocytes circulants. La comparaison des résultats montre qu'une fraction seulement des lymphocytes CD8+ détectés par tétramères est fonctionnelle en terme de sécrétion d'interféron gamma. De plus la fréquence des cellules CD8+ sécrétant de l'interféron gamma détectée par Elispot était positivement corrélée à la charge virale, ce qui n'était pas le cas pour les cellules CD8+ spécifiques des tétramères. Ces résultats montrent que la présence de la sous-population de lymphocytes CD8+ circulants sécrétant de l'interféron gamma et détectée ex vivo dépend d'une stimulation antigénique continue (Buseyne et Coll., J.I.D, 2002)

B . Présentation de particules virales du VIH exogènes aux lymphocytes CD8+: rôle des particules virales non réplicative dans l'induction d'effecteurs CD8+. F. Buseyne,C. Retiere, M. Nowakowski , coll avec A. Morris, O. Schwartz (I.P) et J.P Abastado (IDM, Paris). Les cellules dendritiques et les macrophages présentent les particules du VIH aux lymphocytes T CD8+ en absence de réplication virale. Le projet a pour objectif de déterminer le rôle des particules du VIH non réplicatives dans l'induction de lymphocytes T CD8+ spécifiques du virus. Pour déterminer le rôle des particules virales non infectieuses dans l'induction de lymphocytes T CD8+ spécifiques du VIH, des cellules dendritiques incubées avec des particules virales non réplicatives exogènes et des cellules dendritiques infectées productivement seront comparées pour leur capacité à induire des lymphocytes T CD8+ anti-VIH in vitro: l'étude portera sur la fréquence des effecteurs obtenus et la nature des épitopes reconnus.

C . Inhibition de la réplication virale par les lymphocytes CD8+. M. Février. L'objectif du travail était de déterminer si la fonction de contrôle de la réplication de VIH, sans cytolyse, était exercée spécifiquement par un des sous-types de cellules CD8+: Tc0, Tc1 ou Tc2. Des clones T CD4+ et CD8+ ont été établis à partir de cellules du sang périphérique de sujets séronégatifs et séropositifs pour VIH. La classification en type cellulaire a été faite sur la détection de la production des cytokines prototypes (IFN et IL4) par marquage intracytoplasmique. Des cellules T CD4+ [de type Th0, Th1 et Th2] ont été infectées avec un virus R5 (YU2b) ou un virus X4 (LAI) et mises en coculture avec les différents sous-types de cellules T CD8+. Il ressort de cette étude que YU2b est beaucoup moins bien contrôlé que LAI quel que soit le type de cellules CD4+ infectées (si on regarde la fréquence des clones qui contrôlent); tous les sous-types de cellules T CD8+ sont capables de contrôler LAI quel que soit le type des cellules infectées (Th0, Th1 ou Th2) (Février t al, J. Clin.Immunol., sous presse).

D. Modèles animaux: immunisation à base d'ADNs chez le macaque. coll A.L Puaux et M.L. Michel (INSERM U163, Institut Pasteur), R.Legrand (CEA, Fontenay) et AM Aubertin, (INSERM, Strasbourg).

Comme approche vaccinale pour lutter contre l'infection par le VIH-1 deux stratégies sont combinées : d'une part, pour favoriser la réponse humorale et cellulaire, un système de présentation d'épitopes utilisant comme molécule porteuse l'antigène de surface du virus de l'hépatite B (AgHBs); d'autre part, pour stimuler la réponse cytotoxique, une vaccination à base d'ADN utilisant des vecteurs codant pour des domaines antigéniques de SIV et de VIH-1 fusionnés à cet antigène. Le macaque est le modèle animal utilisé dans cette étude puisqu'il présente l'avantage de pouvoir être éprouvé par infection avec un virus chimérique SHIV portant l'enveloppe de VIH-1. L'immunogénicité de nouveaux vecteurs ADN codant pour des domaines antigéniques de l'enveloppe de VIH-1, de la capside et de la protéine nef de SIV est en cours. Une épreuve virulente a été effectuée avec un virus chimère SHIV portant l'enveloppe d'un isolat bitropique.

E- Role des effecteurs CD8 chez des sujets exposés au VHC et non infectés. G. Janvier, Coll avec S. Pol, Hépatologie JL Bresson C.I.C Hôpital Necker)

Le but du travail est d'évaluer l'importance des activités CD8+ spécifiques du VHC chez des sujets exposés au VHC et non infectés. Nous utilisons des techniques de Elispot associées à l'utilisation de peptides synthétiques et de vecteurs vaccines exprimant les séquences peptiques virales ainsi que des techniques de marquage intracellulaire d'interféron couplé à des marquages de surface.

Mots-clés: Présentation antigénique, CTL, VIH-1, Enfant, Reconstitution immunitaire, VHC



  publications

puce Toutes les publications 2003 sur notre base de données


  personnel

  Secrétariat Chercheurs Stagiaires Autre personnel
  Evelyne TALPIN (etalpin@pasteur.fr) BUSEYNE Florence, IP (florence@pasteur.fr)

FEVRIER Michèle, CNRS (mfevrier@pasteur.fr)

RIVIERE Yves , IP (riviere@pasteur.fr)
BELLAL Nassima médecin stagiaire

DECALF Jérémie stagiaire DEA (decalf@pasteur.fr)

JOLY Etienne , stagiaire CR INSERM

RETIERE Christelle, stagiaire post doctoral (retiere@pasteur.fr)
JANVIER Geneviève, technicienne (gjanvier@pasteur.fr)

MONCHATRE Elisabeth, technicienne (emonchat@pasteur.fr)

NOWAKOWSKI Mireille, technicienne (mnowak@pasteur.fr)

ROCHAS Caroline stagiaire ESTBA (crochas@pasteur.fr)

Rapports d'activité 2003 - Institut Pasteur
filet

Debut de Page recherche Portail Institut Pasteur

En cas de problèmes, de remarques, ou de questions concernant cette page Web écrire à rescom@pasteur.fr