Portail IP   bandeau_genéral
imprimer
Imprimer
     Epidémiologie des virus oncogènes


  Responsable : GESSAIN Antoine (agessain@pasteur.fr)


  resume

 

Notre groupe travaille sur les rétrovirus oncogènes humains HTLV-1/HTLV-2, sur l'herpèsvirus HHV8 mais aussi sur les virus simiens apparentés (STLV et rhadinovirus). Durant l'année 2003, nous avons poursuivi nos travaux en cours et développé de nouveaux projets dans le domaine d'une part de l'épidémiologie aussi bien clinique que moléculaire de ces virus et d'autre part au niveau de la physiopathologie des maladies associées tumorales (sarcome de Kaposi, leucémie T de l'adulte, lymphome des cavités) et inflammatoires : neurologiques (paraplégie spastique) et musculaires (myosite).



  rapport

cale

L'Unité d'Epidémiologie et Physiopathologie des Virus Oncogènes, créée en janvier 2001, a poursuivi et développé ses travaux dans les domaines suivants :

Epidémiologie de l'infection par l'herpèsvirus humain 8 et HTLV-1 dans les zones de fortes endémies. Ces travaux à long terme qui portent d'une part sur l'étude des modes de transmissions intra-familiales et d'autre part sur la recherche d'une susceptibilité génétique à ces infections virales se poursuivent en Guyane et se développent au Cameroun dans des populations villageoises. Par ailleurs, nous poursuivons en Guyane des travaux d'épidémiologie clinique et analytique des infections par le virus HTLV-1 et les maladies associées leucémiques et neurologiques.

Epidémiologie moléculaire des virus de type HTLV-1/2 et des virus simiens STLV. Nous avons séquencé partiellement (gène env et le LTR) plus de 20 nouvelles souches de STLV-1, originaires d'Afrique Centrale et surtout d'Asie du Sud-Est. Nos résultats suggèrent très fortement, en Afrique Centrale, l'existence de transmission interespèces de STLV-1 des singes aux Hommes, confortant l'origine simienne des HTLV-1 présents dans les populations humaines de ces régions. De plus, les séquences complètes de 2 nouveaux virus de type STLV-3, originaires d'Afrique, ont été réalisées. Enfin, une vaste étude d'épidémiologie clinique et moléculaire HTLV-2 est en cours dans différentes populations (en particulier des Pygmées) vivant en zones forestières au Cameroun.

Variabilité génétique du virus HHV8 et des gamma herpèsvirus simiens apparentés. Nous avons en particulier étudié près de 30 nouvelles souches originaires de Russie et découvert et caractérisé des nouveaux βet γ herpèsvirus simians.

Des travaux concernant la pathogènèse de l'HTLV-1 ont aussi été réalisés : étude immuno-virologique des lésions de patients ayant des TSP/HAM et/ou des myosites à inclusion. D'autre part, nous avons développé un programme visant à mieux comprendre le rôle de l'HTLV-1, en particulier de la protéine Tax, dans la pathogènèse des maladies musculaires associées (polymyosite et myosite à inclusion).

Nous continuons à développer des travaux collaboratifs visant à mieux comprendre les mécanismes de la carcinogenèse médiée par les protéines Tax des virus HTLV-1 et HTLV-2, avec en particulier une étude sur les interactions des protéines Tax des différents sous-types moléculaires (A, B, C, D) du virus HTLV-2 avec la protéine suppresseur de tumeur p53. Une partie de nos travaux a pour but de déterminer : a) le mécanisme par lequel la protéine Tax-2B réprime les fonctions de p53 ; b) puisque la protéine Tax-2A ne réprime pas p53 efficacement, quel est le role la séquence C-terminale de la protéine Tax est elle critique ? ; c) s'il existe des différences de localisation cellulaire entre les protéines Tax-1 et Tax-2. Notre démarche permettra ainsi de mettre en évidence de possibles différences entre les virus HTLV-1 et HTLV-2 qui pourraient expliquer l'absence apparente de leucémie/lymphome T associé à HTLV-2

Clonalité virale et cellulaire in vivo de l'HHV8 dans les différentes tumeurs associées. Ces travaux se poursuivent principalement dans les différentes formes cliniques et épidémiologiques du sarcome de Kaposi et dans les fréquentes formes multifocales de cette maladie ainsi que dans les lymphomes des cavités. Nos travaux renforcent l'hypothèse d'un rôle transformant direct du virus latent dans la pathogenèse de ces tumeurs.

Pour la plupart de ces travaux, les collaborations avec de nombreux collègues du Réseau International des Instituts Pasteur et Instituts Associés (en particulier Guyane, Cameroun et République Centrafricaine) ont été absolument cruciales.

Mots-clés: Rétrovirus, HTLV, STLV, herpèsvirus, épidémiologie, variabilité génétique, pathogenèse



  publications

puce Toutes les publications 2003 sur notre base de données


  personnel

  Secrétariat Chercheurs Stagiaires Autre personnel
  GUESDON-CAYRE Sylviane, cayre@pasteur.fr GESSAIN Antoine, IP, Chef de laboratoire, Chef d'Unité, agessain@pasteur.fr

OZDEN Simona, IP, Chef de Laboratoire, sozd@pasteur.fr

KAZANJI Mirdad, IP, Chargé de Recherche, mkazanji@pasteur-cayenne.fr (détaché aux Etats-Unis)

CECCALDI Pierre-Emmanuel, IP, Chargé de Recherche, ceccaldi@pasteur.fr

MAHIEUX Renaud, INSERM, Chargé de Recherche, rmahieux@pasteur.fr
MEERTENS Laurent, doctorant, meertens@pasteur.fr

DUPREZ Renan, doctorant, rduprez@pasteur.fr

BOULANGER Emmanuelle, doctorant, emmaboul@pasteur.fr

CHEVALIER Sebastien, DEA puis doctorant, schevalier@pasteur.fr

BLAUDIN de THÉ, DRE CNRS, dethe@pasteur.fr

CUERVO Nancy, Post-doc, ncuervo@pasteur.fr
TORTEVOYE Patricia, Ingénieur IP, ptortevo@pasteur.fr

Van BEVEREN Monique, Assistant Ingénieur, CNRS, mbeveren@pasteur.fr

BASSOT Sylviane sybassot@pasteur.fr

Rapports d'activité 2004 - Institut Pasteur
filet

Debut de Page recherche Portail Institut Pasteur

En cas de problèmes, de remarques, ou de questions concernant cette page Web écrire à rescom@pasteur.fr