Portail IP bandeau_genéral
  Imvir


  Responsable : Jean-Louis VIRELIZIER (virelizi@pasteur.fr)


  resume

 

L'unité d'Immunologie Virale concentre ses efforts sur les interactions du VIH avec les membranes cellulaires, pour éclairer notre compréhension de la stratégie de persistance du virus, et de nombreux aspects mal compris de la pathogénie de l'infection VIH : mécanismes de la contamination d'origine, échappement aux chimiokines antivirales, utilisation par le virus de réservoirs cellulaires latents, induction de signaux modifiant l'état de différentiation et la viabilité cellulaire.



  rapport

cale

1- Contrôle post-traductionnel de l'expression de SDF-1 et de son récepteur CXCR4. Responsables :F. Arenzana, Agustin Valenzuela, T. Planchenaut, I. Straropoli. Collaborations : F.Baleux (IP), M. Chignard / D.Pidard (IP), H. Lortat-Jacob (Grenoble).

Certaines chimiokines sont transcrites de novo après induction active, alors que d'autres (comme SDF-1) le sont de façon constitutive. Pour les premières, l'arrêt de l'induction suffit à interrompre la production, tandis que pour les secondes, il faut postuler un mécanisme de terminaison de leur fonction, par inactivation de la chimiokine ou de son récepteur. Nous avons préalablement montré (EMBO J., 1997) que la delétion des 2 derniers aa de l'extrémité N-terminale de SDF-1 suffit à inactiver ses fonctions chimiotactiques et antivirales. L'extrémité N-ter de CXCR4 est également nécessaire à l'interaction à haute affinité de la chimiokine SDF-1.En utilisant ne chimiokine biotinylée et des anticorps monoclonaux que nous avons développés contre l'extremité N- et C-terminale de SDF-1, nous avons montré que la chimiokine subit une protéolyse tres sélective correspondants aux derniers résidus N-terminaux, identifiée en HPLC et spectrométrie de masse. L'activité protéolytique présente dans les surnageants de leucocytes périphériques est due à l'élastase produite par les polynucléaires , et elle termine les fonctions de SDF-1, mais aussi la capacité de CXCR4 d'interagir avec la chimiokine.

2- Dynamique du regroupement dans et hors microdomaines membranaires des récepteurs du VIH Responsables : Françoise Bachelerie, Yann Percherancier, Thierry Planchenault. Collaborations : Hoessli (Genève), J-L Galzi (Strasbourg), H. Lortat-Jacob (Grenoble), A. Lopez, Toulouse)

L'association spatiale des molécules impliquées dans l'entrée du VIH reste mal comprise, et pourtant ce phénomène tres dynamique est au centre des tentatives d'intervention visant à bloquer ce stade critique du cycle viral. L'enveloppe virale induit à travers les co-récepteurs viraux des signaux dépendant des protéines G. Toutefois, nos travaux viennent de montrer que la réplication virale ne dépend pas des protéines G, puisque des lymphocytes T génétiquement incapables d'exprimer le co-récepteur CCR5 endogène (sujets D32/D32) et transfectés par un gène CCR5 muté n'interagissant pas avec ces protéines, répliquent parfaitement les virus VIH-R5 (A.Amara, en préparation). Par ailleurs, nous montrons que la molécule CCR5 est palmitoylée sur 3 cystéines de son extrémité N-terminale. La mutation sélective de ces 3 résidus diminue profondément l'expression membranaire du mutant, qui s'accumule dans des compartiments lysosomiaux et subit une dégradation précoce, de façon indépendante du protéasome (Percherancier et al, J. Biol. Chem., 2001).

3- Conformation de l'enveloppe du VIH et fusion avec les cellules T au repos Responsables : Ralf Altmeyer, Pierre-Yves Lozach, Chantal Chanel, Brunilde Gril

Nous étudions le rôle des thiol disulfide oxido-reductases (TPDO) dans la conformation de la gp120 dépendant des ponts disulfures, hautement conservés dans les enveloppes des rétrovirus. Nos résultats indiquent qu'une activité TPDO membranaire modifie la conformation de l'enveloppe par oxidation de ponts disulfures dans la gp120 et la gp41. Nous avons développé un test de fusion quantitatif, par mesure cytofluorographique, permettant de tester strictement le stade de fusion, indépendamment de la lecture de la transcription du virus après fusion (technique FLASH). Cette méthode permet enfin de tester la capacité du VIH à fuser avec des lymphocytes au repos. Des lymphocytes T circulants, sans marqueurs d'activation, ont été utilisés. Ils ont permis la fusion virale par le VIH-R5, de façon dépendante de CCR5, malgré une expression de ce récepteur au-dessous des limites de sensibilité de détection en fluorescence. Ceci indique que le phénomène de fusion virale ne nécessite que très peu de molécules membranaires de CCR5, et suggère que le VIH peut utiliser ce mécanisme pour créer des réservoirs pour son matériel génétique dans des cellules au repos, non permissives à la réplication active.

4- Création de microarrays, analyse de nouvelles banques de gènes et exploration génomique des réponses lymphocytaires à la stimulation par SDF-1. Responsables : F.Arenzana-Seisdedos, Eric Cabannes, Lysiane Laurent.

. Collaboration : Génopole du CEA (Evry)

Cette approche est basée sur la collaboration interactive entre les technologies de génomique développées au CEA (robotique, bioinformatique, design, construction et validation de microarrays originaux) et les competences de notre laboratoire (systemes cellulaires pertinents, signalisation induite par les chimiokines, manipulation en laboratoire P3). L'approche choisie combine l'analyse en microarrays et la SSH (suppression substractive hybridisation) , se validant mutuellement. Nous utilisons une banque originale de DNA, en cours de séquençage, qui s'additionne aux 16000 clones non redondants du Centre National Français de Séquençage. Nos résultats commencent à identifier des gènes, souvent inattendus, induits par la stimulation de leucocytes périphériques au repos par SDF-1, et ces travaux sont étendus à la stimulation par des particules VIH.



  publications

puce Toutes les publications sur notre base de données


  personnel

  Secrétariat Chercheurs Stagiaires Autre personnel
 

Goupil Marie-Laure , goupil@pasteur.fr

Arenzana-Seisdedos Fernando , INSERM , DR1, farenzan@pasteur.fr

Altmeyer Ralf , I.Pasteur , CR , altmeyer@pasteur.fr

Amara Ali, INSERM , CR1 , aamara@pasteur.fr

Bachelerie Françoise, INSERM , CR1 , fbachele@pasteur.fr

Chakrabarti Lisa, I.Pasteur, CR, chakra@pasteur.fr

Virelizier Jean-Louis, Pr. I. Pasteur,/ DRE INSERM, virelizi@pasteur.fr

Cabannes Eric , post-doc, cabannes@pasteur.fr

Valenzuela Agustin, post-doc , avalenzu@pasteur.fr

Percherancier Yann, étudiant PhD , ypercher@pasteur.fr

Staropoli Isabelle, ingénieur, IP, istaro@pasteur.fr

Laurent Lysiane, technicien, IP, lyslaure@pasteur.fr

Planchenault Thierry, technicien, IP, tplanche@pasteur.fr


filet

Debut de Page recherche Portail Institut Pasteur

En cas de problèmes, de remarques, ou de questions concernant cette page Web écrire à rescom@pasteur.fr.