Portail IP bandeau_genéral
  Phycell


  Responsable : SCHWARTZ Maxime (maxime@pasteur.fr)


  resume

 

L'unité s'intéresse à la physiologie, au métabolisme, et à la génétique de microorganismes de l'environnement. Un groupe s'intéresse aux interactions entre bactéries fixatrices d'azote et plantes. Un deuxième a récemment entamé l'étude de la biodégradation microbienne de produits pétroliers. Un troisième s'intéresse à la germination des spores chez les champignons filamenteux, l'établissement de cribles génétiques pour identifier des cibles pour des drogues antifongiques et à l'étude du transcriptome chez Candida albicans. L'unité inclut un laboratoire des Fermentations, qui fournit des cultures tant à des laboratoires de recherche qu'à des sociétés industrielles, et qui poursuit la mise au point de la technologie originale des Multi-Micro-Fermenteurs (MMF).



  rapport

cale

Groupe Fixation biologique de l'azote Claudine Elmerich

La fixation biologique de l'azote est la réduction de l'azote atmosphérique en ammoniaque par un complexe enzymatique, appelé nitrogénase. Cette propriété est limitée aux seuls procaryotes et elle est largement répandue dans tous les grands phylums bactériens. Ces bactéries présentent une grande diversité dans leur métabolisme, leur mode de vie et dans leur association avec les végétaux. Nos travaux ont pour objet l'étude de fonctions cellulaires qui permettent à ces bactéries de s'adapter et de fixer l'azote dans leur environnement particulier ainsi que l'identification de gènes bactériens nécessaires dans l'interaction avec la plante hôte. Les travaux poursuivis en 2000 ont porté sur la synthèse d'acide indole acétique chez Azospirillum brasilense et sur la caractérisation des gènes de fixation d'azote chez un Pseudomonas endophyte du riz. De plus on a continué un travail d'écologie sur l'utilisation des alcanes chez des souches pouvant dégrader le pétrole brut.


Synthèse de l'acide indole acétique (AIA)

Azospirillum est une bactérie fixatrice d'azote utilisée comme inoculant pour le maïs et d'autres cultures céréalières parce qu'elle a un effet sur le développement de ces plantes (Plant Growth Promoting). L'AIA est une phytohormone qui favorise le développement des racines des plantes. On a entrepris la caractérisation des voies de synthèse de l'AIA chez cette bactérie. Les travaux réalisés précédemment avaient montré qu'il existait plusieurs voies de synthèse de l'AIA chez Azospirillum. Une de ces voies a l'indole pyruvate comme intermédiaire. Pour identifier les autres voies possibles, on a construit des mutants du gène de structure de l'indole pyruvate décarboxylase portant également des mutations dans différents gènes de la voie de biosynthèse du tryptophane. Ceci a permis de montrer l'existence d'une autre voie de synthèse de l'AIA qui dépend du tryptophane et qui est réprimée quand la source de carbone est le gluconate.
Cette voie a la tryptamine comme intermédiaire. De plus, Azospirillum possède également une voie de synthèse de l'AIA qui met en jeu l'indole acétonitrile (IAN). L'ensemble des résultats obtenus permet de conclure qu'il y a au moins trois voies de synthèse de l'AIA, régulées différemment chez Azospirillum brasilense. Les voies de l'indole pyruvate et de la tryptamine assurent la synthèse d'AIA à partir du tryptophane (voies tryptophane-dépendantes). La voie de la tryptamine est réprimée par le gluconate. En ce qui concerne la troisième voie, qui a l'IAN comme précurseur, on ne peut pas dire pour l'instant avec certitude s'il s'agit d'une voie dépendante ou indépendante du tryptophane.
Ce travail résulte d'une collaboration avec une équipe mexicaine de l'Université de Puebla (Programme ECOS).


Fixation de l'azote chez les Pseudomonas

Pendant longtemps il a été admis qu'il n'existait pas de souches fixant l'azote et appartenant au genre Pseudomonas. La souche de Pseudomonas stutzeri A15 a été isolée à partir d'une rizière en Chine dans les années 80. Cette souche fixe l'azote en microaérobiose avec l'éthanol, le lactate, le glucose ou le succinate comme seul substrat carboné et c'est un endophyte du riz.
On a entrepris une étude des gènes de la fixation de l'azote chez cette souche. Une région d'environ 15 kb portant les gènes de structure du complexe nitrogénase (nifHDK) et les gènes associés a été analysée. On a construit plusieurs mutants de phénotype Nif- par interruption des gènes nif. L'ordre des gènes et ORFs dans cette région est très proche de celui trouvé chez Azotobacter vinelandii. En amont de nifHDK on a trouvé l'équivalent des gènes rnf. Ces gènes, initialement découverts chez Rhodobacter capsulatus, jouent un rôle dans le transfert des électrons à la nitrogénase.

On a également poursuivi l'étude de la région rpoN. Un mutant rpoN ne fixe pas l'azote, il est affecté dans l'utilisation de certaines sources d'azote et de carbone. De plus rpoN contrôle la synthèse des flagelles et des pilis. La capacité du mutant rpoN à coloniser le riz est très réduite. On a isolé les gènes fleS, fleR du système à deux composants contrôlant la synthèse des flagelles. Les travaux actuels portent sur la construction de mutants fleS, fleR, et sur le rôle de rpoN et des gènes associés dans l'infection systémique du riz par la bactérie. La caractérisation d'autres systèmes à deux composants est également en cours.
Ce travail résulte d'une collaboration avec une équipe chinoise (CAAS, Beijing).


Distribution du gène alkB chez Pseudomonas aeruginosa

On a également poursuivi un travail d'écologie sur une collection de bactéries isolées d'un site pollué par les hydrocarbures au Maroc. On s'est intéressé plus particulièrement à la dégradation des alcanes par les souches de Pseudomonas aeruginosa. La voie de dégradation des alcanes est bien caractérisée chez Pseudomonas putida GPo1 et fait intervenir une dizaine de gènes localisés sur le plasmide OCT. La première étape de la dégradation des alcanes est catalysée par une mono-oxygénase (alcane hydroxylase, produit du gène alkB) qui convertit un méthyle terminal en alcool. En général les souches de P. aeruginosa sont incapables de dégrader les composés comme le pentane, l'hexane ou l'heptane, contrairement à la souche portant le plasmide OCT. Or ces derniers composés, étant hydrosolubles, sont très toxiques pour l'environnement. Parmi les 20 souches étudiées toutes peuvent dégrader les composés hydrophobes à chaîne moyenne, de C8/C10 à C20, et 3 se sont avérées capables de dégrader les alcanes hydrosolubles en plus des alcanes à chaîne moyenne. On a donc recherché la présence du gène alkB chez nos souches de P. aeruginosa.

A l'aide d'oligonucléotides spécifiques du gène alkB porté par le plasmide OCT on a pu montrer que les 3 souches dégradant l'hexane portaient un gène identique au gène alkB du plasmide OCT. On a alors utilisé des oligonucléotides specifique pour le gène alkB1 présent dans la souche de P. aeruginasa PAO1. On a montré que toutes les souches portaient une copie du de alkB1 proche de celui de la souche PAO1. Ces résultats suggèrent fortement que certaines des souches de P. aeruginosa possèdent deux complexes enzymatiques distincts pour dégrader les alcanes. Toutes les souches possèdent une alkane monoxygénase similaire à celle présente chez la souche PAO1 qui permet d'assurer la croissance avec les alcanes à chaîne moyenne. Certaines possèdent en plus un complexe enzymatique assurant la croissance sur les alcanes hydrosolubles.
Ce travail est fait en collaboration avec un chercheur de l'université Moulay Ismail (Meknès, Maroc).


Groupe Dégradation des produits pétroliersPierre Béguin

Le projet du groupe s'inscrit dans le thème général du traitement microbiologique des pollutions de l'environnement. Il s'agit d'étudier des bactéries capables de dégrader certains composants de l'essence qui posent problème lorsqu'ils aboutissent dans l'environnement, en raison de leur forte solubilité dans l'eau ou de leur faible biodégrabilité. Nous avons choisi d'aborder le problème du point de vue de la biologie moléculaire, le premier objectif étant de cloner et séquencer les gènes participant au métabolisme des polluants concernés. D'un point de vue pratique, cette approche fournira des gènes susceptibles d'être introduits si nécessaire dans d'autres bactéries afin d'augmenter le spectre de leurs activités métaboliques. Nous projetons également de développer des sondes d'acides nucléiques dérivées de la séquence des gènes clonés afin de suivre l'évolution des populations bactériennes qui les portent dans des microcosmes reconstitués ou dans l'environnement. Ces sondes fourniraient donc un outil fort utile pour évaluer les capacités de récupération biologique des sites pollués et de mieux gérer ceux-ci.

Parmi les composés de l'essence, nous nous intéressons aux éthers carburants comme l'éthyl-tert-butyl éther (ETBE) et le méthyl-tert-butyl éther (MTBE).Ces composés sont actuellement ajoutés en grandes quantités à l'essence comme antidétonants. Leur solubilité dans l'eau est élevée, de sorte qu'ils gagnent assez facilement les nappes phréatiques lors de pollutions par l'essence. Nous collaborons actuellement avec l'Institut Français du Pétrole, qui a isolé diverses bactéries participant à la dégradation des éthers carburants. Ces souches appartiennent en général au groupe des Actinomycètes. Certaines sont capables d'utiliser l'ETBE comme seule source de carbone, en clivant la liaison éther et en métabolisant le groupement éthyle libéré. Le groupement tert-butyle n'est pas métabolisé et s'accumule sous forme d'alcool tert-butylique (TBA). D'autres souches ne clivent pas la liaison éther, mais sont capables de métaboliser le TBA.

Nous avons entrepris de cloner les gènes impliqués dans le clivage des éthers carburants et dans le métabolisme du TBA. Un groupe de gènes impliqué dans la dégradation de l'ETBE a été cloné et séquencé chez une souche de Rhodococcus ruber isolée à l'IFP. Ces gènes sont flanqués par deux séquences d'insertion de type transposon parfaitement identiques. Cette structure se retrouve chez plusieurs autres souches dégradant l'ETBE. Elle est particulièrement favorable à des événements de recombinaison conduisant à la perte des gènes situés entre les deux transposons, ce qui entraîne la perte de la capacité à métaboliser l'ETBE.

En ce qui concerne la dégradation des isoalcanes, nous étudions une souche bactérienne de l'espèce Mycobacterium austroafricanum, également isolée à l'Institut Français du Pétrole. Cette souche est capable d'utiliser le 2,2,4-triméthylpentane ou isooctane, connu pour ses propriétés antidétonantes, ainsi que le pristane, un hydrocarbure branché à longue chaîne. Un fragment d'ADN contenant une partie des gènes codant pour les protéines cytoplasmiques induites en présence d'isooctane a été cloné et séquencé.

Par ailleurs, l'isooctane induit chez M. austroafricanum la biosynthèse d'une protéine de surface majoritaire de 30 kDa, apparentée aux antigènes ag85 caractérisés chez plusieurs autres Mycobactéries. On sait que ces protéines sont des mycolyl transférases qui participent à l'incorporation des acides mycoliques dans la paroi des Mycobactéries. Les acides mycoliques étant des molécules très hydrophobes, ils pourraient contribuer chez M. austroafricanum 2173 à l'adsorption des bactéries à l'interface entre la phase aqueuse et la phase hydrocarbure et par là faciliter l'absorption du substrat. Nous avons entrepris le clonage du gène codant la protéine de 30 kDa dont la synthèse est induite par l'isooctane chez M. austroafricanum IFP 2173. De fait, l'analyse par empreinte Southern montre que la bactérie possède plusieurs gènes de mycolyl transférases dont les séquences sont très voisines. Deux d'entre eux ont été clonés et séquencés. La suite du travail consistera à isoler et caractériser les autres gènes de la famille, puis à déterminer lesquels sont réellement induits en présence d'isooctane.


Groupe Génétique Fongique Christophe d'Enfert

Le Groupe Génétique Fongique développe un certain nombre d'approches dont l'objectif est une meilleure compréhension du fonctionnement de la cellule fongique afin d'élaborer des stratégies de contrôle de la croissance chez les champignons filamenteux.


Germination des spores chez Aspergillus nidulans

Les champignons filamenteux du genre Aspergillus sont connus tant pour leurs applications biotechnologiques que pour les pathologies dont ils sont responsables. La germination des spores (conidies) représente une étape clef dans le cycle de développement du champignon et constitue la première étape dans la colonisation d'un nouvel environnement. Les recherches effectuées visent la caractérisation des évènements moléculaires et biochimiques intervenant au cours des phases précoces de la germination et en particulier la compréhension du signal déclenchant le processus germinatif et sa transduction au niveau cellulaire.
Nos travaux antérieurs sur le métabolisme du tréhalose chez A. nidulans avaient permis de postuler un rôle pour la signalisation par l'AMPc lors de l'initiation de la germination. Cette hypothèse a maintenant pu être confirmée par la construction et l'analyse de souches mutantes de A. nidulans dépourvues de l'adénylate cyclase (CyaA) et/ou de la sous-unité catalytique de la kinase AMPc-dépendante (PkaA). Il apparaît que la synthèse d'AMPc et la kinase PkaA sont requises pour le bon déroulement des étapes précoces de la germination. Toutefois nos résultats montrent que 1) l'AMPc a d'autres cibles que PkaA; 2) PkaA est soumise à d'autres contrôles que celui de l'AMPc; et 3) une seconde kinase (SchA) homologue de PkaA agit en parallèle de PkaA. Nos travaux ont aujourd'hui pour objectif de préciser la nature des cibles de l'AMPc lors de la germination par la construction de nouvelles souches mutantes et l'étude de l'impact des mutations sur le transcriptome de A. nidulans et sur différents évènements biochimiques et cellulaires.
En parallèle de cette étude, les travaux sur le métabolisme du tréhalose et du glycérol chez A. nidulans ont été poursuivis dans le cadre d'un programme européen BIOTECH. Nous avons pu ainsi montrer que le rôle majeur du tréhalose, disaccharide accumulé dans les spores et en réponse à un stress thermique ou oxydatif, est d'assurer la survie du champignon lors d'une exposition modérée et prolongée à ce même type de stress. D'autre part, l'analyse de souches mutantes de A. nidulans dépourvues de glycérol 3-phosphate déshydrogénase a montré que le glycérol 3-phosphate intervient dans le contrôle de la biosynthèse pariétale chez A. nidulans et que la synthèse du glycérol emploie une voie parallèle. Cette voie a maintenant été caractérisée au niveau moléculaire, ce qui devrait permettre d'évaluer le rôle joué par l'accumulation intracellulaire du glycérol lors des phases précoces de la germination.


Mutagenèse insertionnelle chez le champignon pathogène Aspergillus fumigatus

Aspergillus fumigatus est actuellement le principal champignon filamenteux pathogène de l'homme, responsable d'infections systémiques fatales (aspergillose invasive) chez le patient immuno-déprimé, infections pour lesquelles on ne dispose pas de traitement à la fois efficace et avec peu d'effets secondaires. Les approches de génétique réverse ciblées sur différentes protéines dont on pouvait postuler une implication dans le processus infectieux ne s'étant pas révélées fructueuses, il semble nécessaire de développer de nouvelles stratégies plus exhaustives permettant l'identification de gènes essentiels à la croissance du champignon en culture ou uniquement lors de la colonisation de l'hôte.
Dans cette optique, nous avons construit des souches de A. fumigatus qui permettent de tester le caractère essentiel d'un gène de A. fumigatus en culture. En collaboration avec l'Unité des Aspergillus, nous avons utilisé ce système pour montrer que le gène fksA impliqué dans la synthèse des béta-1,3-glucanes est un gène essentiel chez A. fumigatus. Ce système permet de développer une recherche exhaustive de gènes essentiels par mutagenèse insertionnelle. Des régions génomiques porteuses d'un gène essentiel ont ainsi été identifiées suite à une mutagenèse insertionnelle utilisant l'électroporation d'une molécule d'ADN hétérologue. La mise au point d'un système de mutagenèse insertionnelle basé sur l'utilisation du transposon impala du champignon Fusarium oxysporum, dont nous avons mis en évidence la transposition chez A. fumigatus, devrait faciliter cette approche.


Analyse transcriptionnelle chez la levure pathogène de l'homme, Candida albicans

Ce projet a pour objectif l'établissement d'un outil d'analyse du transcriptome chez la levure dimorphique Candida albicans. Ce champignon bien qu'habituellement commensal est néanmoins responsable des infections fongiques les plus fréquentes chez l'homme à l'heure actuelle. Ces infections affectent généralement les muqueuses, et peuvent évoluer en infections systémiques fatales chez les immunodéprimés. Bien que des traitements faisant appel à des dérivés tri-azolés soient disponibles, leur efficacité reste limitée et l'apparition de souches résistantes rend nécessaire l'élaboration de molécules antifongiques originales. La compréhension très imparfaite de la physiopathologie des infections à Candida est un handicap pour l'élaboration de nouvelles stratégies thérapeutiques. La possibilité d'étudier simultanément à l'aide de la technologie des "puces à ADN" l'activité transcriptionnelle d'un nombre important de gènes d'un organisme peut contribuer à une meilleure compréhension de la fonction de ces gènes et des mécanismes d'adaptation mis en jeu dans différentes situations physiologiques, en particulier l'interaction hôte-pathogène. C'est pourquoi nous avons entrepris dans le cadre du Réseau Infections Fongiques ( http://www.pasteur.fr/RIF ) puis poursuivi dans le cadre du Réseau Européen Galar Fungail ( http://www.pasteur.fr/Galar_Fungail ) la mise au point d'un outil d'analyse du transcriptome de C.albicans.
L'utilisation de la séquence génomique de C. albicans disponible dans le cadre du programme de séquençage mené à l'Université de Stanford ( http://www-sequence.stanford.edu/group/candida ) nous a permis, en collaboration avec l'Unité de Génétique Moléculaire des Levures et l'INRA, d'identifier dans un premier temps environ 3000 gènes puis de réaliser en collaboration avec Eurogentec des macro-réseaux permettant d'évaluer l'activité transcriptionnelle de 2000 gènes de C. albicans. Ces macro-réseaux sont en cours d'utilisation dans les laboratoires des participants aux réseaux français et européen. Leur utilisation a permis l'identification de nouvelles cibles transcriptionnelles du répresseur CaTup1 qui a en particulier été impliqué dans la transition levure-hyphe, phénomène clef de la virulence de C. albicans. De plus, cette analyse a permis de montrer que les protéines affines de l'ADN CaMig1 et CaNrg1 permettent le contrôle par CaTup1 de l'expression de gènes impliqués respectivement dans le métabolisme ou dans la formation des hyphes et la virulence (Collaboration University of Aberdeen).
En parallèle, l'analyse des données les plus récentes du génome de C. albicans a été entreprise et nous devrions disposer de macro- ou micro-réseaux couvrant la quasi-totalité des gènes de C. albicans et d'une base de donnée associée dans le courant de l'année 2001.
Enfin, une nouvelle méthode de typage des souches de C. albicans a été établie et devrait permettre de démarrer prochainement différentes études épidémiologiques.


Activités de service et de recherche appliquée Robert Longin

Le Laboratoire des Fermentations ( http://www.pasteur.fr/recherche/unites/fermentations ) a poursuivi ses activités de service qui consistent notamment à fournir des cultures microbiennes à des laboratoires de l'Institut Pasteur ou externes. Pour l'année 2000, le laboratoire a réalisé 79 cultures en fermenteurs de 2, 15 ou 300 litres, pour 12 unités de l'Institut Pasteur et 4 laboratoires extérieurs, publics ou privés. Cinquante-trois cultures de souches recombinantes d'Escherichia coli (classe 1, groupe I, confinement L1) ont été conduites dans différents milieux, à faible, moyenne ou haute concentration cellulaire ou en milieu minimum contenant des éléments marqués. Les conditions utilisées ont permis d'obtenir une très bonne production des protéines. Les autres cultures sont réalisées sur Bacillus cereus, Pseudomonas oleovorens, Saccharomyces cerevisiae. Le laboratoire est aussi spécialisé dans la culture de souches exigeant des conditions particulières (milieux minimaux, anaérobiose stricte, thermophilie, fixation de l'azote, bactéries luminescentes...). Le laboratoire prend en charge certains traitements de la biomasse produite comme le cassage ou certaines étapes de purification. Il est fortement engagé dans une démarche Assurance Qualité.

Des contrats de R &D conclus avec des sociétés de Biotechnologie ont été menés avec succès. Ils portaient sur l'optimisation des milieux et conditions de culture pour la production de cellules, de spores ou de protéines recombinantes.

Dans le cadre d'activités de recherche et développement, le laboratoire a mis au point et breveté un module original et performant de mesure en continu de la turbidité. Ce module permet d'effectuer des mesures en ligne allant de 0,05 à plus de 300 unités de densité optique, pour des souches d'Escherichia coli, de Saccharomyces cerevisiae ou de bactéries lactiques. Ce système est associé à des batteries de micro-fermenteurs (Multi-Micro-Fermenteurs ‘'MMF'' de 10 à 60 ml), développés par le laboratoire. Un capteur de lumière et de fluorescence (Biolux) a également été mis au point pour l'étude de l'expression de gènes rapporteurs comme lux ou GFP. De nouveaux développements ont été réalisés pour la mesure et la régulation des principaux paramètres de croissance (pH, pO2...). Cet appareillage est automatisé et informatisé. Il permet de cultiver divers types de cellules eucaryotes ou procaryotes, en cultures discontinues ou continues (batch, fed-batch, chemostat, turbidostat, cultures cycliques...). Il a ainsi été possible de sélectionner différentes souches présentant des propriétés nouvelles. Des cultures de souches recombinantes d'E. coli en eau lourde ou en milieu à Haute Concentration Cellulaire ont permis de confirmer le grand intérêt des MMF en microbiologie et en biotechnologie. Ainsi, des cultures de 60 ml en MMF ont permis d'obtenir 4 fois plus de protéine recombinante qu'avec 1000 ml de culture en flacon. Le système Biolux permet de quantifier en ligne et d'optimiser la synthèse industrielle de protéines recombinantes difficiles à analyser. Dans le cadre d'une collaboration entre notre laboratoire et le laboratoire de Génétique Moléculaire des Microorganismes de l'INSA de Lyon (Philippe Lejeune), se sont poursuivies des études sur la formation de biofilms par Escherichia coli K12, avec différentes souches sauvages ou mutées dans des gènes impliqués dans l'adhérence aux surfaces.

Le concept MMF de cultures en parallèle standardisées apporte de nouvelles possibilités de recherche fondamentale ou appliquée : études physiologiques, amélioration des milieux de culture, optimisation des paramètres de fermentation, métabolisme en milieu minimum, cultures de souches difficile à cultiver, criblage à haut débit de substances d'intérêt pharmaceutique, évolution et sélection de souches, le tout associé à un équipement automatisé, miniaturisé et évolutif.


Photo : Schéma des voies de synthèse de l'acide indole acétique chez Azospirillum brasilense.
1: voie de l'indole pyruvate (IpyA), 2: voie de la tryptamine (TAM), 3: voie de l'indole acétonitrile IAN, Trp: tryptophane, IAald: indole acétaldéhyde, AIA: acide indole acétique



  site web

puce Plus d' informations sur notre site web


  publications

puce Toutes les publications sur notre base de données


  personnel

  Secrétariat Chercheurs Stagiaires Autre personnel
 

MEUNIER Yolande, Secrétaire de Direction IP (commun Unité des Membranes Bactériennes)

BEGUIN Pierre, Chef de laboratoire, Institut Pasteur

CHAUVAUX Sylvie, Chargée de Recherche, Institut Pasteur

d'ENFERT Christophe, Chargé de Recherche, Institut Pasteur

ELMERICH Claudine, Chef de laboratoire, Institut Pasteur

SCHWARTZ Maxime, Directeur de Recherche CNRS en détachement, Professeur Institut Pasteur

ANTCZAK Ariane, Etudiante

BOUGNOUX Marie-Elisabeth, Maître de Conférence, Université Paris V

DE VRIES Ronald, Stagiaire post-doctoral

FILLINGER Sabine, Stagiaire post-doctorale

FIRON Arnaud, Etudiant Doctorat Université Paris 7

FRANCOIS Alan, Etudiant Doctorat Institut National Agronomique Paris Grignon

KULA Christelle, Etudiante Doctorat

MANGIN Fabien, stage DESS

RODRIGUEZ-ARNAVIELHE Sylvie, Stagiaire post-doctorale

TREZZANI Isabelle, Etudiante Doctorat en Génie des Procédés, Université Lyon I

Ingénieur :

BELLALOU Jacques, Ingénieur posit.2 I.P.

GUGLIELMI Gérard, Ingénieur d'Etude 2 CNRS

LONGIN Robert, Ingénieur posit.3 I.P.

MEIER Alain, Ingénieur posit. 1 I.P.

Technicien :

CHAVEROCHE Marie-Kim, Techn.Sup. 1er degré I.P.

DESNOUES Nicole, Techn.Sup. 2ème degré I.P

FRACHON Emmanuel, Techn. Sup. 2ème degré I.P.

MIRAS Isabelle, Techn.Sup. 2ème degré I.P

Laboratoire de préparation :

IDJA Andrée, Aide de Laboratoire I.P.


filet

Debut de Page recherche Portail Institut Pasteur

En cas de problèmes, de remarques, ou de questions concernant cette page Web écrire à rescom@pasteur.fr.