Portail IP bandeau_genéral
  Esv


  Responsable : RODHAIN François (frodhain@pasteur.fr)


  resume

 

L'activité de l'Unité a trait aux divers aspects des relations existant entre agents infectieux et arthropodes et donc au fonctionnement des systèmes parasites-vecteurs dans les environnements naturels et anthropisés. Le développement de nos recherches actuelles répond à plusieurs objectifs : une meilleure approche des modalités épidémiologiques de la transmission par vecteur, une connaissance approfondie des relations parasites-vecteurs permettant d'envisager des modes d'action sur la capacité vectorielle. Pour la réalisation de ces objectifs, certains programmes de recherche permettent de développer une approche à l'échelle moléculaire ou cellulaire, d'autres s'intéressant de préférence aux relations inter-organismes considérées dans leur globalité au niveau des écosystèmes naturels. Nos programmes concernent ainsi certains aspects des relations Anopheles-Plasmodium (1), la génétique des populations d'Aedes domestiques et la variabilité de leur réceptivité orale vis-à-vis des virus de la dengue (2), enfin l'épidémiologie de la borréliose de Lyme (3).



  rapport

cale

1. Analyse de la compétence vectorielle des Anophèles vis-à-vis de Plasmodium falciparum (Catherine Bourgouin)

Chez Anopheles gambiae, vecteur majeur du paludisme en Afrique sub-saharienne, notre analyse de la compétence vectorielle consiste à caractériser les facteurs tenant au moustique et intervenant dans la réalisation de la phase précoce du cycle sporogonique du parasite, tout particulièrement au cours de la formation des ookinètes et de leur migration à travers la paroi intestinale du moustique, paroi qui constitue une barrière que le parasite doit franchir afin de poursuivre son développement. Nous avons sélectionné par " differential display " des gènes exprimés dans le tube digestif d'An. gambiae, et dont l'expression est régulée par la présence, dans le repas sanguin, de gamétocytes et/ou de formes asexuées ne se développant pas chez le moustique. Les résultats d'analyse RT-PCR semi-quantitative suggèrent que certains de ces gènes correspondent soit à des gènes impliqués dans la réaction de défense du moustique, soit à des gènes dont le produit pourrait être essentiel au développement du parasite. Les c-DNA complets de trois de ces gènes ont été isolés et leur rôle dans le développement de P. falciparum chez le moustique est en cours d'analyse. D'autre part, la comparaison de l'expression de certains de ces gènes avec celle de gènes de la réponse immune permet de proposer une hypothèse selon laquelle les gamétocytes seraient capables d'éviter la réponse immunitaire de leur hôte naturel, traduisant ainsi l'adaptation de P. falciparum à son vecteur.


2. Génétique des populations d'Aedes et compétence vectorielle vis-à-vis des virus de la dengue (Anna-Bella Failloux)

Les modifications épidémiologiques actuelles des maladies de transmission vectorielle sont, en partie, liées aux changements dans la structuration des populations de vecteurs. C'est ainsi qu'Aedes aegypti a su tirer bénéfice du développement du monde urbain pour s'y implanter durablement et y maintenir une circulation d'agents pathogènes dont il est le vecteur. A l'exception de l'Afrique de l'Ouest, la dengue est en voie de ré-émergence dans une bonne partie de la ceinture tropicale du globe. L'étude de la structure génétique ainsi que celle de la réceptivité naturelle des populations de moustiques aux virus de la dengue ont permis de définir l'organisation des populations de moustiques dans différentes situations épidémiologiques. C'est ainsi que les activités humaines au travers des modifications de l'environnement urbain, de l'usage d'insecticides, de l'intensification des moyens de transports rapides, bouleversent l'épidémiologie de la dengue dans des régions telles que la Thaïlande, le Cambodge, le Vietnam ou encore la Guyane française où seule sévit la forme domestique d'Aedes aegypti. Par ailleurs, en Afrique de l'Ouest, seule la forme primitive d'Ae. aegypti très faiblement réceptive aux virus de la dengue est décrite. Par analyse phylogénétique au travers de l'étude de variants mitochondriaux et nucléaires, on tente de retracer l'histoire évolutive des espèces de moustiques du genre Aedes.
De plus, le moustique Aedes albopictus, très récemment introduit en France, fait l'objet de toute notre attention. En plus d'étudier l'organisation de ses populations à une échelle continentale, une étude de structure des populations a été réalisée sur l'Ile de la Réunion, un modèle insulaire qui permet une meilleure appréciation des mouvements passifs des populations de moustiques liés aux transports humains. Les résultats mettent en évidence le rôle de facteurs environnementaux tels que le climat ou le niveau d'urbanisation, et de facteurs intrinsèques propres aux caractéristiques écologiques de l'espèce dans la structuration des populations. De plus, le développement de marqueurs d'analyse des populations tels que les microsatellites a permis de définir une image fine et précise de l'organisation génétique des populations d'Ae. aegypti au sein de l'agglomération de Ho Chi Minh Ville.


3. Eco-épidémiologie de la borréliose de Lyme (Claudine Pérez-Eid)

Parmi les maladies transmises par les tiques à l'homme, la plus fréquente est la borréliose de Lyme avec une estimation de plus de 10 000 cas annuels en France. Cette maladie polysystémique, notamment en Europe, a trois principales formes cliniques dont la symptomatologie spécifique paraît liée à l'organotropisme préférentiel des différentes espèces de Borrelia. La tique, Ixodes ricinus, peut être porteuse de la douzaine d'espèces de borrélies qui constituent le groupe Borrelia burgdorferi sensu lato, dont trois seulement sont pathogènes pour l'homme : B. burgdorferi, B. garinii, B. afzelli. Nos travaux actuels concernent l'étude de la prévalence des différentes espèces du groupe burgdorferi dans les populations naturelles de tiques. A partir de collectes de tiques réalisées en France dans des zones géographiques différentes : ouest (Ille-et-Vilaine), centre (Indre) et centre-nord (Ile-de-France), nous avons pu montrer qu'en moyenne 54% des tiques infectées étaient porteuses de l'une au moins des trois espèces pathogènes.



  publications

puce Toutes les publications sur notre base de données


  personnel

  Secrétariat Chercheurs Stagiaires Autre personnel
 

DELACOURTIE Claudine cdelac@pasteur.fr

BOURGOUIN Catherine cabourg@pasteur.fr

FAILLOUX Anna-Bella afaillou@pasteur.fr

PEREZ-EID Claudine cperez@pasteur.fr

RODHAIN François frodhain@pasteur.fr.

BONNET Sarah (thèse)

HUBER Karine (thèse)

LAVAZEC Catherine (thèse)

PAUPY Christophe (thèse)

TAHAR Rachida (Post-doc)

VASSALLO-PAUL Marie (thèse)

AYAD Nadia, BRION Myriam, FERQUEL Elisabeth, JACQUES Jean-Claude, LESTRADE Anne-Marie, MOUSSON Laurence, PEYRAUD Nathalie, THIERY Isabelle, THOUVENOT Catherine, VAZEILLE Marie, VILLERET Régine


filet

Debut de Page recherche Portail Institut Pasteur

En cas de problèmes, de remarques, ou de questions concernant cette page Web écrire à rescom@pasteur.fr.