Portail IP bandeau_genéral
  Ccr


  Responsable : Lamassoure Marie Antoinette (amaryan@pasteur.fr )


  resume

 

Les Centres nationaux de référence (CNR) contribuent aux missions de santé publique de l'Institut Pasteur telles qu'elles sont inscrites dans ses statuts. Ils sont désignés pour trois ans par arrêté du Ministère en charge de la Santé pour être des observatoires microbiologiques pour la surveillance de certaines maladies transmissibles.
La plupart sont aussi désignés Centres collaborateurs de l'OMS (CCOMS).
Ils sont gérés et coordonnés par le Service Coordination des Laboratoires de Référence (CLRE).



  rapport

cale

Les Centres nationaux de référence contribuent aux missions de santé publique de l'Institut Pasteur telles qu'elles sont inscrites dans ses statuts. Ce sont des Unités de recherche qui ont été désignées pour trois ans par arrêté du Ministère en charge de la Santé pour être des observatoires microbiologiques pour la surveillance de certaines maladies transmissibles. Ils sont les partenaires de la Direction Générale de la Santé (DGS) et de l'Institut National de la Veille Sanitaire (InVS). La plupart de ces Unités sont aussi désignées CCOMS.

Leurs missions( http://www.pasteur.fr/sante/clre/chap/cnrmiss.html ) sont définies dans l'arrêté du 7 octobre 1996 (J.O. du 25/10/1996). La liste des CNR en France a été renouvelée par l'arrêté du 17 mars 1998 modifié par l'arrêté du 24 novembre 1999.

Ces activités sont gérées et coordonnées par le Service Coordination des Centres de référence (http://www.pasteur.fr/sante/clre/chap/clre.html )

Faits marquants de l'année 2000

Les mandats des CNR ont été reconduits jusqu'au 31 décembre 2001

Sur les 40 centres français, 18 sont situés à l'Institut Pasteur à Paris (http://www.pasteur.fr/sante/clre/cnractiv/liscnr.html ), 3 à l'Institut Pasteur de la Guyane et un, associé à l'Institut Pasteur, est localisé à la faculté de médecine Necker-Enfants malades.

Le CNR des arbovirus et des fièvres hémorragiques virales(http://www.pasteur.fr/sante/clre/cadrecnr/arboFHV-index.html ) .

Début septembre 2000 le CNR a confirmé une épidémie de méningo-encéphalite due au virus West-Nile chez des chevaux de Camargue et en a informé DGS. Celle-ci a aussitôt décidé de mettre en place une surveillance épidémiologique systématique chez l'homme pour tous les cas de patients présentant une encéphalite d'étiologie inconnue et ayant séjourné en Camargue. Le CNR étant bien entendu le laboratoire expert pour les examens découlant de cette surveillance. Aucun cas humain avec suspicion clinique n' a été diagnostiqué. D'autre part, la Commission européenne a décidé le 15 septembre 2000 une surveillance sanitaire des chevaux (sérologies). En application de l'arrêté paru au Journal Officiel, des décisions préfectorales portant restriction de mouvements de chevaux dans les départements touchés ont été maintenues jusqu'à fin novembre 2000.
Dans le cadre de son mandat de CCOMS, le laboratoire a confirmé, avec l'Institut Pasteur de Dakar, l'épidémie de fièvre jaune en Guinée, d'octobre à janvier 2000 (660 cas suspects, 218 morts) et a participé activement au suivi sérologique.

En juillet 2000, le CNR a aménagé dans des laboratoires de niveau de sécurité P3 et P3+ entièrement remis à neuf. Selon les accords passés durant l'année 2000, le CNR va se rapprocher, au cours du 2ème semestre 2001, du pôle lyonnais constitué autour du P4.

Le CNR des Listeria ( http://www.pasteur.fr/sante/clre/cadrecnr/listeria-index.html )
Dans le cadre de sa mission de surveillance microbiologique de la listériose humaine, le CNR des Listeria a fait face, fin 1999 et début 2000, à deux épidémies. La première, constituée de 10 cas, s'est déroulée d'octobre à février, et la deuxième (32 cas) de novembre à février. Les investigations menées par la Direction Générale de la Santé, l'Institut de Veille Sanitaire, la Direction Générale de l'Alimentation et la Consommation, de la Concurrence et de la Répression des Fraudes et le CNR ont permis d'identifier les aliments à l'origine de la contamination des patients: il s'agissait de rillettes pour la première épidémie et de langue de porc en gelée pour la seconde.
Par la caractérisation génétique des souches, le CNR a apporté la preuve microbiologique que les rillettes étaient bien à l'origine de la première épidémie.
En revanche, pour la deuxième épidémie, la souche épidémique n'a pas été isolée de l'aliment incriminé, en dépit des nombreux prélèvements d'aliments réalisés et de plus de 3000 souches étudiées par le CNR.

CNR des Leptospires (http://www.pasteur.fr/sante/clre/cadrecnr/lepto-index.html
)
Il est le seul laboratoire en France métropolitaine à pratiquer de façon étendue (16 antigènes) la technique de référence permettant un le diagnostic épidémiologiquement pertinent des leptospiroses. Une étude épidémiologique cas-témoins destinée à préciser, par analyses uni et multivariées, les facteurs de risque de leptospirose, a été coordonnée par l'Institut de Veille Sanitaire (http://www.invs.sante.fr ). Elle a été effectuée par des médecins de l'Institut de Médecine Agricole en interrogeant les malades identifiés par le CNR avec un tri de sa base de données sur critères sérologiques. Les résultats seront disponibles en 2001.*

CNR des Méningocoques http://www.pasteur.fr/sante/clre/cadrecnr/meningo-index.html

Une épidémie de méningites cérébrospinales est survenue chez des voyageurs de retour de pèlerinage de La Mecque en 2000. Vingt quatre cas d'infections systémiques à N. meningitidis du sérogroupe W135, du sérotype 2a, du séro-sous-type P1-2,5 ont été diagnostiqués entre le 28 mars et le 31 juillet 2000. Le typage moléculaire des souches a montré qu'il s'agissait d'un clone unique apparenté au complexe clonal ET-37. La dissémination d'un clone de N. meningitidis W135, en relation des pèlerins (revenant de La Mecque) vaccinés contre les méningocoques des sérogroupes A et C, faisait craindre la sélection d'un nouveau variant génotypique par altération des gènes de la capsule. Cependant, des souches de méningocoque de la formule W135 :2a :P1.2,5, apparentées au complexe clonal ET-37 sont isolées en France depuis 1994.
La dispersion mondiale de ce clone fait craindre l'apparition d'épidémies, notamment en Afrique, et des mesures vaccinales nouvelles seront à mettre en place.

Le CNR des Vibrions et du Choléra ( http://www.pasteur.fr/sante/clre/cadrecnr/vibrions-index.html )
La mission de conseiller technique des CNR pour le Ministère en charge de la santé, a particulièrement été démontrée par celui-ci en 2000. La survenue de plusieurs cas de choléra à Mayotte, durant le premier semestre 2000, a conduit le CNR à alerter la DASS de Mayotte et la Direction Générale de la Santé d'un risque d'épidémie de choléra pouvant survenir à court terme sur ce territoire français. A la suite de cette alerte, la décision de vacciner la totalité de la population de Mayotte a été prise par le gouvernement français en juin 2000. A la demande des autorités sanitaires de Mayotte, le directeur du CNR a effectué sur place une mission d'une semaine fin octobre 2000. Au cours de cette mission, il a rencontré plusieurs personnalités de l'île et effectué une série de conférences visant à convaincre les acteurs de santé locaux, ainsi que le personnel enseignant, de l'intérêt et de l'innocuité du vaccin utilisé.
Cette mission a contribué de façon déterminante au succès de cette campagne de vaccination qui a concerné 115 000 personnes sur une population totale estimée à 150 000 personnes.
Ce fait souligne également la nécessité pour un CNR d'étendre ses activités au niveau international particulièrement pour des pathologies, comme le choléra, qui sont pour la France et la plupart des pays développés, essentiellement des maladies d'importation.

Les Centres Collaborateurs de l'Organisation Mondiale de la Santé (CCOMS) http://www.pasteur.fr/sante/clre/cnractiv/liscoms.html sont des Unités de Recherche désignées par l'OMS pour exercer un rôle de référence et de conseiller pour l'OMS et les Centres nationaux de référence des pays membres de l'OMS http://www.pasteur.fr/sante/clre/chap/comsmiss.html . Ils font partie d'un réseau international de laboratoires experts.
Le CCOMS sur la Poliomyélite ( http://www.pasteur.fr/sante/clre/cadrecnr/polio-index.html )dédie son activité au programme OMS pour l'éradication globale de la poliomyélite et participe au réseau mondial des Laboratoires spécialisés pour les virus de la poliomyélite.

Sollicitée, son expertise s'est avérée précieuse lors de deux évènements :


  • à Strasbourg, le CCOMS a pu apporter la preuve d'une banale contamination de laboratoire, là où d'autres expertises évoquaient une pollution de l'eau potable.

  • A Haïti, République Dominicaine lors d'une épidémie due à un virus dérivé du virus vaccinal polio oral, le CCOMS est intervenu à la demande de l'OMS Genève et Région Europe.


Par ailleurs, on peut noter au titre de l'année 2000 :


  • La publication en mars 2000, dans la collection de manuels techniques, (http://www.pasteur.fr/infosci/manuels/index.html ) éditée par l'Institut Pasteur, sous la responsabilité du service CLRE, du manuel bilingue "Leptospirose et Borreliose de Lyme" (D. Postic, F. Merien, P. Perolat et G. Baranton).* ( http://www.pasteur.fr/infosci/manuels/index.html ) conçu par les responsables du CNR des Leptospires, également responsables du Centre collaborateur de FAO/OMS pour l'épidémiologie de la leptospirose. C'est d'ailleurs à ce titre que les auteurs ont été contactés par le rédacteur du prochain guide pour le diagnostic de la leptospirose de l'OMS afin d'utiliser la version anglaise de la partie technique de ce manuel. Cette autorisation a été accordée avec les réserves d'usage.

  • Le développement important de la rubrique dédiée aux CNR et aux CCOMS sur le site Internet de l'Institut Pasteur, de. Conçue principalement pour répondre aux besoins des professionnels de la Santé correspondants des centres, elle apporte les informations essentielles sur les missions des centres et leurs activités. Elles sont disponibles à l'adresse : "http://www.pasteur.fr/sante/clre/chap/sommair1.html"



  site web

puce Plus d' informations sur notre site web


  publications

puce Toutes les publications sur notre base de données


  personnel

  Secrétariat Chercheurs Stagiaires Autre personnel
 

Cottet Martine, mcottet@pasteur.fr

Rozenberg Sylvia, sylrozen@pasteur.fr

     

filet

Debut de Page recherche Portail Institut Pasteur

En cas de problèmes, de remarques, ou de questions concernant cette page Web écrire à rescom@pasteur.fr.