Institut Pasteur Rapport d'activité de l'unité Physiologie Cellulaire

CNRS URA 1300


Responsable : SCHWARTZ Maxime (Secrétariat:mferrand@pasteur.fr)

Résumé du rapport

L'Unité de Physiologie Cellulaire s'intéresse à plusieurs phénomènes biologiques impliqués dans la nutrition des microorganismes, leur dissémination et leur interaction avec les milieux environnants. Un groupe étudie les bactéries fixatrices d'azote associées aux plantes; un deuxième, une bactérie cellulolytique impliquée dans le recyclage du carbone de la biomasse et un troisième groupe étudie la sécrétion des protéines extracellulaires chez les bactéries à Gram négatif. Un dernier groupe, qui a récemment rejoint l'Unité, s'intéresse aux mécanismes moléculaires gouvernant la germination des spores chez les champignons filamenteux du genre Aspergillus ainsi qu'à l'utilisation de cribles génétiques pour identifier de nouvelles cibles fongiques. Les quatre groupes utilisent des approches de biologie moléculaire et de biochimie pour comprendre les mécanismes mis en oeuvre.

Abstract

The Cellular Physiology Unit (M. Schwartz) is concerned with several biological mechanisms involved in the nutrition of microorganisms, as well as their spreading and interaction with natural environment. A group studies nitrogen fixation. An other group studies the degradation of cellulose by the anaerobic and thermophilic bacterium Clostridium thermocellum a third group studies protein secretion in Gram-negative bacteria by a signal peptide independent mechanism, dedicated to exoproteins having a C-terminal secretion signal and a last group which rencently joined the Unit is involved in the characterization of the molecular mechanisms that control spore germination in filamentous fungi as well as in the development of novel screens for the identification of antifungal targets. The fours groups use molecular biological and biochemical approaches to understand the mechanisms involved in each case. The Fermentations Laboratory (R. Longin) which is part of the Cellular Physiology Unit, provides cultures for laboratories within and outside Institut Pasteur, and pursues research activities such as optimization of culture conditions and automatized continuous cultures.

Texte du rapport

Fixation biologique de l'azote et environnement. (C. Elmerich)

La fixation biologique de l'azote est la réduction de l'azote atmosphérique en ammoniaque par un complexe enzymatique, appelé nitrogénase. Cette propriété est limitée aux seuls procaryotes et elle est largement répandue dans tous les grands phylum bactériens. Ces bactéries présentent une grande diversité dans leur métabolisme, leur mode de vie et dans leur association avec les végétaux. Les travaux réalisés en 1998 ont porté plus particulièrement sur deux espèces bactériennes associées avec les céréales, Azospirillum brasilense et une souche de Pseudomonas stutzeri. Les travaux portent sur l'étude des fonctions cellulaires qui permettent à ces bactéries de s'adapter et de fixer l'azote dans leur environnement particulier. On s'intéresse à la production d'une phytohormone, l'acide indole acétique, par Azospirillum brasilense, et on a abordé cette année un nouveau thème sur l'utilisation de bactéries fixatrices d'azote dans la lutte contre la pollution par les hydrocarbures. Azospirillum, comme beaucoup d'autres bactéries du sol, produit de l'acide indole acétique (AIA). Cette hormone végétale joue un rôle dans le développement des racines de la plante hôte, et de ce fait favorise l'adsorption de l'eau et des minéraux, ce qui contribue à un meilleur développement de la plante. Il existe différentes voies de synthèse de l'AIA chez les bactéries. Azospirillum possède la voie de l'indole pyruvate, faisant intervenir une indole pyruvate décarboxylase (IPC). L'isolement et l'étude des propriétés d'un mutant du gène de structure de l'IPC, ainsi que la construction de mutants portant également des mutations dans différents gènes de la voie de biosynthèse du tryptophane ont permis de montrer l'existence d'une seconde voie de synthèse de l'AIA qui dépend du tryptophane. La nature de cette voie est à l'étude. Les travaux sur la souche de Pseudomonas stuzeri A1501 ont été essentiellement orientés vers l'étude de la régulation de l'expression des gènes nif. Nous avons entrepris la construction d'une banque de gènes de la souche A1501 afin de cloner les gènes régulateurs nifA et ntrBC. D'autre part nous avons commencé à caractériser la région contenant l'opéron rpoN. Le potentiel de biodégradation des hydrocarbures aliphatiques et aromatiques de différentes souches fixatrices et non-fixatrices d'azote est à l'étude.

Dégradation de la cellulose (P. Béguin)

La cellulose est le polysaccharide le plus abondant présent dans la biomasse végétale. Sa dégradation par les cellulases constitue l'un des processus majeurs du cycle du carbone dans la biosphère. La cellulose représente également une source potentiellement importante de solvants et de carburants (acétone, butanol, éthanol, acide acétique etc.) pouvant être obtenus par fermentation à partir du glucose résultant de son hydrolyse. De plus, un certain nombre d'applications plus ponctuelles des cellulases sont apparues récemment, telles que le prétraitement des fourrages pour l'ensilage, la clarification des jus de fruits ou l'utilisation comme additif aux lessives. Clostridium thermocellum, bactérie anaérobie thermophile et sporogène étudiée dans l'Unité, synthétise un complexe cellulasique dont l'activité spécifique est très élevée. Ce complexe, dénommé cellulosome, est d'abord localisé à la surface des cellules, où il est responsable de l'adhérence des bactéries au substrat, puis il est relargué dans le milieu de culture. D'une masse moléculaire atteignant 2 - 4 MDa, il comprend au moins quinze sous-unités différentes. On suppose que l'agencement spatial de ces composants contribue de manière essentielle à l'activité vis-à-vis de la cellulose cristalline. Notre travail concernant ce complexe a porté sur trois aspects. En collaboration avec l'Unité de Biochimie Structurale (pour la partie cristallographique), nous avons défini le mécanisme réactionnel d'hydrolyse des liaisons b-glycosidiques par plusieurs types de cellulases et de xylanases présentes dans le cellulosome. Ce travail a abouti à la caractérisation structurale et fonctionnelle des endoglucanases CelA, CelC, CelD et de la xylanase XynZ. Nous avons établi par ailleurs les principes qui gouvernent l'organisation des diverses sous-unités à l'intérieur du cellulosome. Nous avons montré que les sous-unités catalytiques comportent un domaine d'ancrage conservé, constitué d'un segment dupliqué de 22 résidus, appelé domaine dockerine. Ce segment permet la fixation des enzymes sur une protéine d'échafaudage, appelée CipA, qui porte une série de domaines récepteurs (domaines cohésine) complémentaires. La structure tridimensionnelle des domaines cohésine est actuellement connue. Nous avons entrepris, en collaboration avec l'Unité de Biochimie Structurale, de déterminer la structure d'un complexe entre un domaine cohésine et le domaine dockerine de l'endoglucanase CelD. Pour terminer, nous avons étudié des composants de la surface cellulaire de C. thermocellum, afin de tenter de comprendre comment celle-ci est organisée et comment s'y intègre la morphogénèse du cellulosome. Nous avons identifié plusieurs gènes codant pour des polypeptides permettant probablement l'ancrage à la surface de la bactérie de composants catalytiques individuels ou de cellulosomes. En effet, certains de ces polypeptides contiennent un domaine cohésine qui reconnaît le domaine dockerine porté par les (hémi)cellulases individuelles. D'autres comportent un domaine cohésine différent, fixant un domaine dockerine de séquence apparentée mais de spécificité de liaison distincte, porté par CipA. Par ailleurs, ces polypeptides contiennent également un segment tripliqué commun, appelé domaine SLH, qui confère aux protéines qui le portent la capacité de se fixer aux parois bactériennes. En collaboration avec la Station de Microscopie Electronique, nous avons confirmé qu'au moins trois des polypeptides porteurs d'un domaine SLH étaient bien localisés à la surface des cellules de C. thermocellum. Nous avons également montré que la protéine de couche S de C. thermocellum comporte un segment polypeptidique présentant une similitude éloignée avec les domaines SLH. Ce domaine est responsable de l'attachement de la protéine de couche S à la paroi cellulaire. Nous avons tenté de caractériser in vitro l'association entre les domaines SLH et le parois bactériennes. Le site de fixation des domaines SLH n'est pas une protéine, car les polypeptides comportant ces domaines se fixent sur des préparations de parois de C. thermocellum totalement déprotéinisées. Il ne s'agit vraisemblablement pas non plus du peptidoglycane lui-même, car on n'observe pas de fixation sur les parois de Bacillus subtilis. La fixation sur les parois de C. thermocellum est abolie si celles-ci sont traitées à l'acide fluorhydrique, ce qui suggère que le site de fixation pourrait être un polysaccharide secondaire associé à la paroi et absent chez B. subtilis. Des sites de fixation analogues, quoique possédant des affinités différentes pour divers domaines SLH, ont été mis en évidence dans les parois cellulaires de Bacillus anthracis. Dans le cas de cette bactérie, ces sites servent vraisemblablement à fixer les protéines de la couche S, qui possèdent elles aussi des domaines SLH. Par ailleurs, nous avons entrepris récemment d'étudier des bactéries capables de métaboliser ou de co-métaboliser l'éthyl-tert-butyl éther (ETBE) et le méthyl-tert-butyl éther (MTBE). Ces composés sont actuellement ajoutés en grandes quantités à l'essence comme antidétonants. Leur solubilité dans l'eau est relativement élevée, de sorte qu'ils gagnent assez facilement les nappes phréatiques lors de pollutions par l'essence. Nous collaborons actuellement avec l'Institut Français du Pétrole, qui a isolé des souches de Gordona terrae et Rhodococcus equi dégradant ces composés. Notre but est de caractériser les étapes enzymatiques du processus de dégradation et de cloner les gènes codant les enzymes impliqués. Par la suite, nous envisageons de déveloper des sondes d'acides nucléiques dérivées de la séquence de ces gènes afin de suivre l'évolution des populations bactériennes qui les portent dans l'environnement ou dans des microcosmes reconstitués. Un travail similaire est également en cours avec une souche de Mycobacterium sp., isolée à l'Institut Français du Pétrole, et qui est capable d'utiliser les isoalcanes. Ces hydrocarbures, en particulier le 2,2,4-triméthyl pentane ou isooctane connu pour ses propriétés antidétonantes, sont d'habitude assez mal dégradés par la microflore naturelle. Une meilleure connaissance des microorganismes capables de les utiliser et de leurs voies métaboliques devrait contribuer à améliorer le traitement biologique des pollutions contenant ces composés.

Sécrétion des protéines extracellulaires chez les bactéries à Gram négatif par les ABC transporteurs (C. Wandersman)

>Parmi les différentes stratégies développées par les bactéries à Gram négatif pour sécréter des protéines dans le milieu extracellulaire à travers les deux membranes qui délimitent ces organismes, il existe une voie réservée à des protéines dépourvues de peptide signal N-terminal caractérisée par la présence, dans le transporteur, d'une ATPase membranaire. Ces ATPases ont un domaine N-terminal hydrophobe peu conservé et un domaine cytoplasmique hydrophile portant le site de fixation de l'ATP très conservé constituant en quelque sorte une cassette protéique constante d'où le nom de protéines ABC (pour ATP Binding Cassette). Elles forment une des plus grandes familles de protéines du monde vivant. Présentes aussi bien dans les membranes plasmiques que dans les membranes d'organelles, elles interviennent dans toutes sortes de transports parfois essentiels à la survie de l'organisme. Les plus connues sont la protéine MDR de mammifère qui confère une multirésistance aux drogues, le produit du gène humain CFTR qui forme un canal à chlore et dont le dysfonctionnement est responsable de la mucoviscidose, et également les protéines TAP1 et TAP2 du système MHC-I responsables de la translocation des peptides endogènes à travers le réticulum endoplasmique. Il s'agit d'une énumération tout à fait restrictive, car la liste des maladies génétiques graves liées à des altérations de protéines ABC s'allonge sans cesse. Le groupe étudie ces protéines ABC en ce qui concerne la sécrétion de protéines chez les bactéries à Gram négatif et a contribué à montrer que cette voie de sécrétion était présente chez plusieurs espèces bactériennes et qu'elle permettait la sécrétion de nombreuses protéines comme des toxines, des protéases, des lipases et des hémophores Les recherches du groupe se focalisent sur 1) les mécanismes de la sécrétion, 2)le rôle des protéines chaperons dans ce processus et 3) la fonction des hémophores sécrétés par cette voie dans la capture de l'hème exogène libre ou bien lié à des hémoprotéines telles que l'hémoglobine. Les protéines empruntant cette voie, n'ont pas de peptide signal N-terminal et ont, dans la majorité des cas, un signal C-terminal d'environ 50 acides aminés nécessaire et suffisant pour promouvoir la sécrétion de la protéine ou d'un polypeptide passager placé à l'extrémité N-terminale de l'hybride. Nous avons comparé les différents transporteurs entre eux et établi que le transporteur est toujours constitué de trois protéines: la protéine ABC localisée dans la membrane interne qui interagit avec deux autres protéines auxiliaires, l'une localisée aussi dans la membrane interne l'autre dans la membrane externe. L'étude de transporteurs hybrides fonctionnels a permis de montrer que le signal reconnaît la protéine ABC et que l'activité ATPasique de celle-ci est modulée par son interaction avec les substrats. Par chromatographie d'affinité, il a été possible de copurifier ces substrats en association avec les trois protéines constituant le transporteur. Ainsi nous avons pu montrer que l'association est ordonnée et qu'elle nécessite une interaction "in vivo" entre la protéine ABC et son substrat, l'exoprotéine. Cette interaction pourrait conduire à une modification conformationnelle de la protéine ABC lui permettant de s'associer aux deux autres protéines du transporteur. L'ATP semble requis pour cette deuxième étape d'association. Nous tentons de déterminer la nature de la modification de l'ABC protéine induite par l'interaction avec le substrat. Nous avons mis en évidence le rôle essentiel des chaperons cytoplasmiques dans ce processus de sécrétion, et montré que, suivant les substrats sécrétés, les besoins en chaperons étaient distincts. Ainsi, la sécrétion de l'hémophore HasA de Serratia marcescens requiert le chaperon SecB alors que la sécrétion de l'hémolysine d'Escherichia coli et des protéases d'Erwinia chrysanthemi requiert le chaperon DnaJ. SecB est un chaperon spécialisé impliqué dans la translocation des protéines possédant un peptide signal N-terminal. Il permet l'adressage des précurseurs qu'il maintient dépliés vers l'appareil de sécrétion et plus particulièrement vers l'ATPase SecA. DnaJ, par contre, n'a pas de fonction spécifique. En association avec l'ATPase cytoplasmique DnaK, il empêche l'agrégation des protéines dénaturées. Nous tentons actuellement de déterminer si SecB et DnaJ ont des fonctions d'adressage vers la protéine ABC du transporteur et dans quelle mesure le dépliement doit être complet pour permettre la sécrétion. L'étude de la fonction d'une protéine sécrétée par la voie ABC nous a permis d'identifier un nouveau système d'acquisition de l'hème présent chez de nombreuses espèces bactériennes (S. marcescens, Pseudomonas aeruginosa, Pseudomonas fluorescens et Yersinia pestis) et qui a la particularité de faire intervenir une hémoprotéine extracellulaire capable de capter l'hème et de le délivrer à un récepteur spécifique de membrane externe. En reconstituant chez E. coli ce système d'acquisition de l'hème de S. marcescens, nous avons montré que la protéine extracellulaire capture l'hème de diverses protéines et le délivre à un recepteur de membrane externe qui, tout seul, permet déjà le transport de l'hème libre ou lié à l'hémoglobine. Mais ce transport est rendu beaucoup plus performant par la sécrétion conjointe de l'hémoprotéine réduisant d'un facteur 100 la concentration minimale d'hémoglobine requise pour la croissance bactérienne. Ainsi la protéine extracellulaire affine pour l'hème exerce une fonction de sidérophore de nature protéique ce qui nous a conduit à lui donner le nom d'hémophore. L'hémophore a été purifié. Ses propriétés biochimiques ont été déterminées (monomère, stoechiométrie de 1, constante de dissociation inférieure à 10-8 M). Les structures 2D par RMN et 3D par cristallographie ont été déterminées et indiquent en particulier les résidus en interaction avec le groupement prosthétique. L'hème est lié à une histidine (32) et à une tyrosine (75). Alors que les simples mutants des codons correspondant aux résidus 32 et 75 ont toujours une très bonne affinité pour l'hème, le double mutant en est dépourvu. Nous avons pu montrer que la liaison au récepteur ne se fait pas par l'hème mais implique une interaction protéine-protéine avec des affinités semblables pour l'apo et l'holoprotéine. En accord avec ce résultat, nous venons de montrer que le double mutant His32-Tyr75 se fixe encore sur le récepteur et inhibe la fonction de la protéine HasA non mutante. A l'aide de protéines tronquées et de chimères entre différents hémophores nous tentons de localiser le domaine de l'hémophore responsable de l'interaction avec le récepteur. Il semble assez proche de l'extrémité C-terminale de la protéine. Nous étudions actuellement les sources d'énergie nécessaires à l'extraction de l'hème de HasA et à son transfert sur HasR puis à son internalisation à travers la membrane externe. Ces étapes dépendent d'une protéine de la membrane interne spécifique présentant de l'homologie avec la protéine TonB d'Escherichia coli, protéine connue chez E. coli pour transduire l'énergie provenant du gradient de protons d'une membrane à l'autre. Ces systèmes dépendant d'hémophores représentent une des nombreuses stratégies développées par les microorganismes pour s'approprier du fer (ici sous la forme d'hème), un métal très précieux car essentiel à de nombreuses réactions enzymatiques et cependant très peu soluble sous forme oxydée. Les autres systèmes bactériens les plus répandus sont les systèmes faisant intervenir des sidérophores et les systèmes d'interactions directes entre récepteurs de surface cellulaire et hème ou protéines porteuses de fer ou d'hème. Alors que les sidérophores sont internalisés avec leur ligand, seul le fer ou l'hème des protéines porteuses est internalisé et non les apoprotéines. Tous les mécanismes d'acquisition du fer, qu'il soient directs ou véhiculés par des sidérophores ont un rôle essentiel dans l'infection bactérienne en permettant le ravitaillement en fer "in vivo". Nous testons actuellement le rôle des systèmes dépendant d'hémophore dans le pouvoir pathogène des espèces plus ou moins virulentes chez lesquelles des hémophores ont été identifiés.

Génétique fongique: germination des spores et cibles antifongiques (C. d'Enfert)

Les champignons filamenteux du genre Aspergillus sont connus tant pour leurs applications biotechnologiques que pour les pathologies dont ils sont responsables. La germination des spores (conidies) représente un étape clef dans le cycle de développement du champignon et constitue la première étape dans la colonisation d'un nouvel environnement. Les recherches effectuées visent la caractérisation des événements moléculaires et biochimiques intervenant au cours des phases précoces de la germination et en particulier la compréhension du signal déclenchant le processus germinatif et sa transduction au niveau cellulaire. Un des événements majeurs de la germination est la dégradation rapide du disaccharide de réserve des conidies, le tréhalose, et l'apparition concomitante d'un pool de glycérol qui pourrait être responsable d'une élévation de la pression osmotique interne lors de la germination. La caractérisation des enzymes impliqués dans la dégradation du tréhalose et l'établissement des mutants correspondant chez l'espèce modèle A. nidulans suggèrent la participation d'un signal AMPc dans l'activation de la germination. Les gènes de A. nidulans codant pour les enzymes de biosynthèse du tréhalose ou du glycérol ont été clonés et des souches mutantes seront construites et analysées dans le cadre d'un programme européen BIOTECH dont l'un des objectifs majeurs est d'évaluer comment des altérations du métabolisme du tréhalose ou du glycérol pourraient être mise à profit pour limiter la croissance des champignons ou améliorer les flux métaboliques. Les gènes de la voie de signalisation AMPc ont aussi été clonés et une approche génétique est développée pour identifier les voies de transduction du signal impliquées au cours des phases précoces de la germination. Par ailleurs des approches génétiques sont développées pour identifier de nouvelles cibles antifongiques chez le champignon pathogène de l'homme, Aspergillus fumigatus.

Activité de service et de recherche appliquée

Le Laboratoire des Fermentations (R. Longin), qui fait partie de l'Unité de Physiologie Cellulaire, a poursuivi ses activités de service qui consistent notamment en cultures en fermenteur pour des laboratoires de l'Institut Pasteur ou des laboratoires extérieurs, et des activités de recherche et développement -avec des contrats européen ou industriels-, telles que : optimisation des conditions de cultures et de production, cultures continues automatisées etc. Pour l'année 1998, le laboratoire a réalisé : 92 cultures (64 de 2 litres, 27 de 15 l, 1 de 300 l), pour 15 Unités de l'Institut Pasteur et 7 Laboratoires extérieurs publics ou privés. Les 67 cultures d'Escherichia coli recombinants (classement en L1) ont été conduites en conditions normales, à moyenne ou haute densité optique (DO 40 à 80) ; une trentaine de cultures ont porté sur la production d'enzymes industriels. Les autres cultures ont porté sur Bacillus thuringiensis, Bacillus cereus, Lactococcus lactis, Pseudomonas oleovorens. Le laboratoire est spécialisé dans la culture de souches exigeant des conditions particulières (anaérobiose stricte, thermophilie, fixation de l'azote, bactéries luminescentes...). Un contrat Eurofan commencé en 1996 s'est terminé en mai 98. Il a consisté à comparer à l'aide de cultures cycliques automatisées les propriétés de croissance de souches sauvages et mutantes de Saccharomyces cerevisiae dont le génome complet vient d'être séquencé. Un module original et performant de mesure de la turbidité en continu a été mis au point et a été breveté. Il permet de mesurer entre 0,25 et plus de 75 unités de DO. Par ailleurs, le laboratoire a continué à mettre au point des systèmes de cultures automatisées de petits volumes (10 à 60 ml) permettant la sélection, l'enrichissement, l'évolution ou l'étude physiologique de souches microbiennes (croissance sur de nouveaux substrats, à des températures non permissives, résistance à des produits toxiques, obtention de souches floculantes...). Dans le cadre d'une collaboration entre notre Laboratoire et le Laboratoire de Génétique Moléculaire des Microorganismes de l'INSA de Lyon (Philippe Lejeune), un mutant d'E. coli K12 isolé à partir de la paroi d'un fermenteur de cultures cycliques a été caractérisé. Cette souche est capable, en 24 heures, de développer des biofilms visibles à l'oeil nu sur n'importe quel type de surface inerte. La mutation (adr101) touche un gène de régulation (ompR) et provoque la surproduction de pili particuliers : les "curli". Il a été possible d'inactiver la production de curli (par insertion d'un transposon dans le gène de structure) et donc de supprimer le phénotype d'adhérence.

MOTS CLES :
Fixation de l'azote
Dégradation de la cellulose
ABC Sécrétion des protéines
Génétique fongique
Fermentations

Personnel de l'unité

Secrétariat de l'unité

FERRAND Monique, IP

Chercheurs de l'unité

BEGUIN Pierre, IP
CHAUVAUX Sylvie, IP
D'ENFERT Christophe, IP
DELEPELAIRE Philippe, CNRS
ELMERICH Claudine, IP
GHIGO Jean-Marc, IP
WANDERSMAN Cécile, IP
ZAMAROCZY (de) Miklos, CNRS

Stagiaires de l'unité

BINET Rachel, Thèse
CARRENO LOPEZ Ricardo, Thèse
COUSSON Pascal, stage
FILLINGER Sabine, Post-doc
FLESSELLES Laure, stage
GAILLON Laurent, stage
GUO Xianwu, Post-doc
KULA Christelle, DEA
LEIBOVITZ Emmanuelle, Thèse
LETAIN Tracy, Post-doc
MA Luyan, Post-doc
MATUSCHEK Markus, Post-doc
MICHEL-REYDELLET Nathalie, Thèse
SAPRIEL Guillaume, DEA
TREZZANI Isabelle, Thèse

Autre personnel de l'unité

CHAVEROCHE Marie-Kim, IP
DESNOUES Nicole, IP
GUGLIELMI Gérard, CNRS
LECUBARRI (de) Raphaël, IP
LETOFFE Sylvie, IP
LONGIN Robert, IP
MEIER Alain, IP
MIRAS Isabelle, IP
PAQUELIN Annick, CNRS

Publications de l'unité

Notices Medline
98148673
98294051
98241526
98385818
98334111
98422458
98129094
98222537
98313430
001309162 Biosis
001415323 Biosis
98130585
98343805
98377426
98439355

Références

Beguin P. Chauvaux S. Chaveroche MK. Guglielmi G. Kataeva I. Leibovitz E. Miras I. The cellulosome : A versatile system for coupling cellulolyttic enzymes and attaching them to the cell surface. In: Proceedings of the Tricel'97 meeting, Ghent. Carbohydrates from Trichoderma reesei and other microorganisms. Structures, Biochemistry, Genetics and Applications. M. Claeyssens, W. Nerinckx, K. Piens (eds.) The Royal Society of Chemistry, Cambridge, pp. 66-72. Mai 1998

Kaminski P.A. Batut J. Boistard P.
A survey of symbiotic nitrogen fixation by Rhizobia. In: "The Rhizobiaceae".
HP. Spaink, A. Kondorosi, and PJJ. Hooykaas (eds.), Kluwer Academic Press, pp. 431-460. Mai 1998

En cas de problèmes ou de remarques concernant ce serveur Web, écrire à info@pasteur.fr. Cette page a été modifiée pour la dernière fois le Mercredi 12 Mai 1999 à 13 h 57 (Temps Universel) .