Ressources humaines

Aménagement et réduction du temps de travail

Après la signature d'un protocole d'accord, le 15 décembre 1999, l'année 2000 a été celle du passage effectif aux 35 heures. Les 6 axes de l'accord sont les suivants :

réduction à 35 heures du travail hebdomadaire ;

maintien de rémunération accompagné d'une modération salariale ;

extension des heures d'ouverture du campus ;

mise en place d'un horaire individualisé ;

expérience du temps de travail des cadres en jours travaillés ;

effet emploi se traduisant, d'une part, par la création en 2000 de 10 postes de scientifiques et, d'autre part, par l'affirmation d'un objectif de maintien du niveau des postes budgétaires pour les 3 ans à venir.

Tout au long de l'année, une commission a veillé à l'application de l'accord afin d'en corriger les éventuels dysfonctionnements.

De même, plusieurs réunions d'information ont également été organisées afin de faciliter ce passage aux 35 heures, générateur d'une nécessaire remise en cause et modernisation des organisations.

Après un an de fonctionnement, un bilan sera dressé afin d'étudier les évolutions envisageables du dispositif.

Mobilité

En matière de mobilité, le service Organisation, Recrutement et Carrières, qui avait innové en lançant en 1999 un débat sur la mobilité du personnel (rencontres régulières avec des chefs d'unité, de service), a prolongé cette réflexion en 2000, de façon à répondre aux objectifs annoncés par la direction dès le premier semestre 2000.

L'intérêt des Pasteuriens pour la mobilité, qu'ils soient scientifiques ou ITA, est grandissant. Le service Organisation, Recrutement et Carrières a été très sollicité par l'ensemble des salariés pour des demandes de mobilité ; de très nombreux entretiens individuels ont porté sur cette question.

Une charte de la mobilité, qui permettrait à chacun de répondre encore mieux aux souhaits de développement de l'entreprise et à une gestion cohérente des carrières, est en cours d'élaboration et devrait permettre d'aborder sereinement l'ensemble des créations ou réorientations d'entités.

Autres actions

En marge de ce chantier qui a mobilisé tout au long de l'année les équipes de la direction des Ressources humaines, d'autres actions répondant aux objectifs fixés par la direction ont été menées.

C'est le cas de l'accompagnement administratif et réglementaire de la création du Centre de Recherche Mérieux-Pasteur à Lyon qui vise au développement national et international du nouveau laboratoire P4 dont l'Institut Pasteur assure la direction scientifique.

C'est le cas également de la mise en place d'une couverture prévoyance pour les pasteuriens expatriés ou encore de la réflexion engagée sur le dossier des préretraites.

Accueil des stagiaires

Enfin une réflexion, menée conjointement par la direction des Carrières scientifiques et celle des Ressources humaines, relative aux stagiaires a été engagée en 2000. L'objectif recherché est d'améliorer les conditions de séjour des nombreux jeunes : plus de 1 000 sont accueillis chaque année sur le campus.

Les travaux, qui devraient déboucher en 2001, s'orientent vers la mise en place d'un livret des stagiaires et l'élaboration d'une charte actant les engagements réciproques entre les parties. Une attention particulière a notamment été portée sur la question de l'élargissement du suivi médical des stagiaires et de leur protection sociale.

Concertation et dialogue social

L'Institut Pasteur s'est engagé dans une nouvelle étape de la modernisation du dialogue social en permettant, par voie d'accord avec les partenaires sociaux, l'accès des organisations syndicales au réseau intranet. Cet accord innovant montre la place qu'accorde l'Institut Pasteur au dialogue et à la concertation.

Concrètement, chaque organisation syndicale représentée à l'Institut Pasteur, se voit offrir la possibilité de créer une page Web placée sous sa responsabilité et hébergée sur le site intranet “Partage” de l'Institut Pasteur. Parallèlement, une aide financière destinée à aider les organisations syndicales à s'équiper informatiquement a été mise en place.

Plan pluriannuel de formation

Les actions de formation professionnelle se situent dans le cadre d'un plan pluriannuel de 5 ans qui a été ajusté cette année afin de tenir compte des choix stratégiques de l'Institut Pasteur.

Outre la large place faite aux formations techniques et scientifiques recouvrant l'ensemble des disciplines exercées sur le campus, plusieurs actions significatives ont été menées ou engagées cette année. C'est le cas notamment du plan de formation spécifique élaboré pour le Centre médical créé le 1er janvier afin de donner à ses équipes les outils nécessaires pour répondre aux nouveaux enjeux de cette activité de santé publique.

C'est aussi la mise en œuvre de nouveaux stages en matière de communication, permettant d'une part, une meilleure utilisation des nouvelles technologies de l'information et, d'autre part, dotant les jeunes chercheurs d'outils en matière de communication scientifique afin de les aider dans la diffusion de leurs travaux. Enfin, le développement de stages dans le domaine de la gestion de la qualité se poursuit, ce qui s'inscrit dans le plan qualité déjà entrepris et appelé à être appliqué à de nombreux domaines d'activité de l'Institut Pasteur. L'investissement dans le domaine de la formation professionnelle constitue, depuis de nombreuses années, un axe majeur de la politique sociale de l'Institut Pasteur.

Le budget formation, en forte croissance ces dernières années, permet chaque année la réalisation d'un grand nombre de stages dont beaucoup réalisés sur le campus. Pour la seule année 2000, 2 710 stages ont ainsi pu être réalisés.

L'évolution des activités de l'Institut Pasteur et la mobilité liée à la réorganisation des unités constituent l'un des axes prioritaires des années à venir et nécessiteront une attention soutenue en matière de formation/adaptation.

Prévention en matière de santé, conditions de travail et environnement

Sur un campus aussi vaste que celui de l'Institut Pasteur situé en plein Paris, les questions d'hygiène, de sécurité, d'environnement et d'une manière générale, de prévention, font l'objet d'une attention constante.

Ainsi, l'année 2000 a-t-elle été marquée par deux réalisations très importantes, l'insertion des personnes handicapées et le renforcement de la sécurité des accès.

L'insertion des personnes handicapées

Un accord important en faveur de l'emploi des travailleurs handicapés a été signé en novembre 1999 entre la direction de l'Institut Pasteur et l'ensemble des organisations syndicales. Celui-ci a été agréé par la Direction Départementale du Travail et de l'Emploi.

Il s'agit d'une des quatre modalités prévues par la loi pour satisfaire à l'obligation d'emploi de travailleurs handicapés qui, tout en formalisant une approche concertée, sortant du cas par cas, introduit l'emploi des personnes handicapées dans le domaine de la politique contractuelle et substitue une obligation de résultat à des obligations de procédure.

La perspective est d'atteindre à terme le quota légal tout en disposant de moyens pour l'amélioration des conditions de travail des personnes atteintes d'un handicap : l'accord dispose d'un budget, géré en interne, équivalent aux sommes versées annuellement au fonds AGEFIPH (l'accord exonère totalement l'Institut du versement au fonds, sous réserve de la réalisation effective des actions prévues).

La mise en œuvre s'étend sur les années 2000, 2001 et 2002, et s'articule autour de 4 axes :

l'embauche directe (3 embauches/an) ;

l'insertion, la formation et la sensibilisation ;

le maintien dans l'emploi de salariés confrontés à un handicap ;

le développement de relations avec des structures d'accueil de personnes handicapées (ateliers protégés, centre d'aide par le travail…).

De nombreuses réalisations sont en cours, fruits d'un travail collectif : embauches directes, accueil de stagiaires, aménagement d'outils de formation, journées de sensibilisation, plaquette, travail avec le milieu protégé…

Si les termes de l'accord comportent un certain nombre d'actions mesurables, le succès de sa mise en œuvre réside très certainement dans l'implication de chacun. Cet accord est un nouveau pas en avant dans l'action quotidienne que mène l'Institut contre l'exclusion.

La sécurité des accès

Dans un contexte international marqué par la compétition scientifique, la nécessaire protection du patrimoine scientifique combinée à l'accueil des visiteurs, toujours plus nombreux, a conduit l'Institut à mettre en place une gestion et un contrôle des accès au campus adaptés et performants. Cet important chantier visant, d'une part, à améliorer l'accueil des visiteurs en le distinguant de celui du personnel et, d'autre part, à sécuriser l'accès aux zones de travail en le réservant aux seules personnes habilitées, s'est déroulé durant toute l'année.

L'objectif fixé est double, assurer la sécurité du campus tout en permettant la liberté des échanges.