Santé / Info-HPV / Le papillomavirus et les hommes / Traitements des condylomes
Date de dernière mise à jour : 21 mai 2014

Traitements des condylomes

La plupart des condylomes disparaissent sans aucun traitement. Il ne faut cependant pas hésiter à consulter son médecin pour ces lésions. Il proposera dans certains cas un traitement qui permettra d’éliminer les lésions visibles plus rapidement, réduisant du même coup le risque de transmission.


Le traitement des condylomes élimine les verrues mais ne détruit pas le virus qui persiste dans le corps.


C’est pourquoi les verrues peuvent revenir, même après avoir disparu. En pratique, si elles reviennent, c’est souvent dans les mois qui suivent le traitement.


Une personne dont les condylomes génitaux ou anaux ont disparu après traitement peut transmettre le virus lors de relations sexuelles non protégées avec un partenaire parce que le virus reste à l’état latent dans le corps.


Il existe différentes approches pour éliminer les verrues génitales. Les traitements médicamenteux peuvent être faits à la maison en appliquant des crèmes ou des pommades contenant, par exemple de la podophylline, qui brûle les verrues. D’autres crèmes ont pour effet de stimuler le système immunitaire, comme l’imiquimod. Il faut souvent répéter ces traitements locaux. À son cabinet, le médecin peut brûler les verrues avec de l’acide trichloroacétique.  Dans certains cas, les condylomes peuvent être retirés au laser, ou par cryothérapie (grâce à l’azote liquide) ou encore à l’électrocoagulation, pour laquelle un courant électrique est utilisé pour brûler les verrues.



Tous les traitements peuvent entraîner une irritation et une gêne sur la zone traitée, ainsi que des modifications de couleur de la peau concernée.