Informations pratiques

Modalités de fonctionnement


Modalités spécifiques d'intervention du CNR

Préambule

Comme rappelé dans la rubrique « Modalités générales de fonctionnement des CNR », le CNR des Hantavirus n’a pas pour vocation de se substituer aux laboratoires de biologie médicale, qui effectuent dans le cadre de leur activité habituelle, le diagnostic sérologique d’une suspicion d’infection par le virus Puumala suite à une exposition dans le quart-nord est de la France (cf. rubrique "Les Hantavirus et situation en France"). Dans cette situation, le diagnostic sérologique de première intention ne devrait être confié au CNR que de façon exceptionnelle. Le CNR intervient en seconde intention dans cette situation (cf. « Activités de service »).

Par contre dans le cadre d’une suspicion clinique avérée d’infection par un hantavirus suite à une exposition en dehors de la zone d’endémie en France ou à l’étranger, le CNR peut être sollicité en première intention, surtout quand les laboratoires de biologie médicale ou de biologie médicale spécialisée sollicités ne disposent pas de trousse de réactifs sérologiques permettant la détection des hantavirus recherchés.

Les modalités pratiques d’intervention du CNR sont précisées ci-dessous (cf. Prélèvements humains : Conditionnement, Conservation, Expédition).

La cinétique des anticorps (diagnostic sérologique)

La confirmation sérologique d’une infection actuelle ou récente par un hantavirus passe par la détection des IgM et des IgG anti-hantavirus dans le sérum du patient, la détection seule des IgM anti-hantavirus pouvant être non spécifique.

Lors d’une infection par le virus Puumala (PUUV) :

- les IgM anti-PUUV sont détectées par ELISA très rapidement après le début des symptômes. Les trois-quarts des patients infectés par ce virus présentent des IgM anti-PUUV dans les 3 jours qui suivent le début de la maladie et la quasi-totalité dans les 7 jours. Elles persistent quelques semaines et ne sont plus retrouvées que chez les deux-tiers des patients lors du 2ème mois qui suit l’infection. Elles ne sont plus détectées au-delà de ce deuxième mois chez la quasi-totalité des patients.
- les IgG anti-PUUV sont détectés également par ELISA très rapidement après le début des symptômes. Les deux tiers des patients présentent des IgG anti-PUUV dans les 3 jours qui suivent le début de la maladie et la quasi-totalité dans les 7 jours. Leur détection persiste des dizaines d’années (les IgG anti-PUUV sont vraisemblablement conservées à vie).

Ces cinétiques sont du même ordre lors d’une infection par le virus Hantaan et le virus Dobrava, autres virus de l’Ancien Monde. Elles sont moins connues lors d’une infection par le virus Seoul (très peu de cas ont été étudiés).

Lors d’infection par le virus nord-américain Sin Nombre (SNV) :

- les IgM anti-SNV sont détectées par ELISA très rapidement et à des titres très élevés : 100% des patients infectés sont porteurs d’IgM anti-SNV dans les 3 jours qui suivent le début de maladie. Elles disparaissent dans la quasi-totalité des cas au cours du deuxième mois post-infection.
- les IgG anti-SNV sont détectées par ELISA plus tardivement : la réponse est du même type que celle lors d’une infection par PUUV (2/3 des patients en ont dans les 3 jours qui suivent le début de maladie et 100% dans les 7 jours).

Ces cinétiques sont du même ordre lors d’une infection par le virus Andes, hantavirus sud-américain d’importance médicale, et moins bien connues pour les autres hantavirus américains (très peu de cas détectés).

La cinétique virale (diagnostic moléculaire)

Cette cinétique a peu souvent été étudiée et l’a été seulement par technique moléculaire, l’isolement des hantavirus viral étant lourd et difficile.

Lors d’une infection par le virus Puumala (PUUV), le virus circule probablement dans le sang avant l’apparition des symptômes. Il a été détecté dans le sérum par RT-PCR temps réel généralement jusqu’au 7ème jour de la maladie, le titre viral diminuant avec l’apparition des anticorps. Dans les formes graves, cette virémie était plus longue avec des titres d’anticorps anti-PUUV plus faibles et une apparition retardée des IgG dirigées contre PUUV.

Lors d’une infection par le virus nord-américain Sin Nombre (SNV), le virus a été détecté dans le plasma des ¾ des patients au moment de l’hospitalisation, correspondant pour la plupart au moment de l’apparition de l’œdème pulmonaire. Les titres viraux étaient à leur maximum quand l’hématocrite était au plus haut et les plaquettes au plus bas. Ils étaient également plus élevés chez les patients présentant une forme sévère de la maladie. La chute brutale de la virémie chez les survivants correspondait à la fin de la période fébrile.

Prélèvements humains : Conditionnement, Conservation, Expédition

Diagnostic sérologique
 Nature de l’envoi  Volume de l’envoi Température de conservation Température
d’envoi
 Sérum
(issu de sang prélevé sur tube sec)
 0,5 mL minimum +2-+8°C deux semaines max.
puis ≤ -20°C.
+2-+8°C
ou
≤ -20°C
  ou
Plasma
(issu de sang prélevé sur tube EDTA)
0,5 mL minimum +2-+8°C deux semaines max.
puis ≤ -20°C.
+2-+8°C
ou
≤ -20°C

Ce diagnostic est effectué à titre gracieux, de manière hebdomadaire avec un résultat disponible dans les 6 jours ouvrables après le jour de réception, envoyé par courrier et parfois par télécopieur (si spécifié dans la demande).

Diagnostic moléculaire
 Nature de l’envoi  Volume de l’envoi Température de conservation Température
d’envoi
 Plasma
(issu de sang prélevé sur tube EDTA)
 1 mL minimum
+2-+8°C 6 heures max.
puis ≤ -80°C
≤ -80°C
Et / ou
Biopsie d’organes
(poumon, rein, etc.)
200 mg minimum
+2-+8°C 6 heures max.
puis ≤ -80°C
≤ -80°C

Ce diagnostic est gratuit et effectué ponctuellement après contact préalable et accord du responsable du CNR. Les délais de disponibilité des résultats sont indiqués lors de la prise de contact préalable avec le responsable du CNR. Les résultats sont envoyés par courrier et parfois télécopieur (si spécifié).

Tous les prélèvements doivent être accompagnés de la fiche de renseignements cliniques, biologiques et épidémiologiques.
Elle doit être complétée avec soin car elle permet d’orienter le choix des techniques utilisées, d’interpréter au mieux les résultats et de contribuer à la surveillance épidémiologique de la maladie.

Les prélèvements doivent être adressés au CNR des Hantavirus à Lyon et expédiés selon la règlementation en vigueur.
Les colis peuvent être réceptionnés les jours ouvrables de 08H00 à 17H00.
Les frais et le suivi du transport des prélèvements sont à la charge de l’expéditeur.

Prélèvement animaux ou isolats : Conditionnement, Conservation, Expédition
Merci de contacter le responsable du CNR pour préciser les modalités pratiques.

Mise à jour le 13/11/2013