Activités de service


Expertises

Diagnostic sérologique humain

Le diagnostic sérologique d’une infection par un hantavirus est effectué en première intention en France métropolitaine par des laboratoires de biologie médicale ou de biologie médicale spécialisée. Ces laboratoires (une douzaine en 2013) utilisent soit des trousses de réactifs permettant le diagnostic sérologique d’une infection par le virus Puumala, endémique dans le quart Nord-Est de la France (ELISA IgG et IgM, ou test rapide d’immunochromatographie IgM), soit des trousses permettant de détecter des infections par d’autres hantavirus (trousse pour les virus euro-asiatiques ou trousse pan-hantavirus). Ces examens sont hors nomenclature et non remboursés par la Sécurité Sociale. Le prescripteur doit alors s’assurer que le diagnostic demandé est à même d’être effectué par le laboratoire destinataire.

Le CNR intervient essentiellement en France métropolitaine en deuxième intention, en complément de ces laboratoires. Ces derniers adressent au CNR tous les prélèvements avec résultats d’examens sérologiques positifs et certains avec des résultats douteux ou négatifs à des fins de confirmation ou de compléments d’examens. Ces examens sont effectués à titre gracieux.

Par contre dans le cadre d’une suspicion clinique avérée d’infection par un hantavirus suite à une exposition en dehors de la zone d’endémie en France ou à l’étranger, le CNR peut être sollicité en première intention, surtout quand les laboratoires de biologie médicale ou de biologie médicale spécialisée sollicités ne disposent pas de trousse de réactifs sérologiques permettant la détection des hantavirus recherchés.

Les techniques mises en œuvre par le CNR sont actuellement des tests immunoenzymatiques (ELISA) et d’immunofluorescence indirecte utilisant des antigènes natifs préparés sur cellules par le CNR et permettant de détecter IgM et/ou IgG dirigées contre différents hantavirus.
Ces techniques sont effectuées une fois par semaine (résultats d’examens disponibles dans les 6 jours ouvrables après réception d’un prélèvement).

Diagnostic moléculaire humain

Le CNR est à même de faire un diagnostic moléculaire sur les prélèvements de cas suspects.
Les techniques mises en œuvre par le CNR sont actuellement des techniques de RT-PCR en temps réel ou conventionnelles (ciblant les différents segments des génomes) spécifiques de certains hantavirus, de groupes d’hantavirus (groupes associés aux différentes sous-familles de rongeurs) ou plus généralement des techniques pan-hantavirus.
Compte-tenu des ressources humaines du CNR, ces techniques sont effectuées pour des demandes ponctuelles après accord préalable du responsable du CNR ou dans le cadre des alertes.

Détection, Identification et caractérisation moléculaire d’hantavirus

Le CNR dispose des outils (amplification de gènes, séquençage, analyse de séquences) permettant de détecter, d’identifier les espèces d’hantavirus et de les caractériser (origine géographique en particulier), que cela soit à partir de prélèvements humains, animaux ou d’isolats.


Collection de souches et de sérums

Le CNR assure l’entretien et l’actualisation d’une collection de souches d’hantavirus de référence ainsi que des réactifs qui y sont associés.

Surveillance épidémiologique (contribution)

En lien avec l’Institut de Veille Sanitaire et en collaboration avec le réseau de laboratoires effectuant un diagnostic de première intention, le CNR contribue à la surveillance épidémiologique.

Après recueil et enregistrement des données cliniques, biologiques et épidémiologiques des cas et de leurs résultats d’examens par les techniques de référence, le CNR est en mesure de produire mensuellement un rapport de surveillance indiquant la distribution spatiale et temporelle des cas confirmés.

Il contribue également aux projets européens de surveillance en fournissant les données françaises, via l’Institut de Veille Sanitaire, à l’ « European Centre for Disease Prevention and Control » à Stockholm en Suède.


Alerte


Le CNR signale à l’Institut de Veille Sanitaire tout évènement inhabituel (émergence de nouveau virus, cluster spatio-temporel, forme clinique inhabituelle, etc.).
Par ailleurs le CNR est capable, en collaboration avec l’Institut de Veille Sanitaire, de renforcer sa surveillance en cas d’alerte nationale ou émanant d’un pays tiers.


Conseils des pouvoirs publics et professionnels de santé

Le CNR est sollicité régulièrement et essentiellement par téléphone et généralement par du personnel soignant pour des renseignements concernant le diagnostic et l’épidémiologie des infections par les hantavirus.

Collaborations scientifiques

Au plan national :
  • le CNR entretient des rapports étroits avec l’unité des Maladies entériques, alimentaires, zoonotiques et à transmission vectorielle du département des maladies infectieuses de l’Institut de Veille Sanitaire et avec le laboratoire associé (Institut Pasteur de Guyane), chargé particulièrement de la surveillance des Hantavirus sur les départements français des Antilles-Guyane où l’hantavirus Maripa a nouvellement été décrit.
  • le CNR collabore avec le réseau de laboratoires métropolitains effectuant un diagnostic de première intention d’infection par un hantavirus (une douzaine en 2013), permettant de générer des données de surveillance.
  • le CNR collabore avec la Société de Pathologie Infectieuse de Langue Française pour la diffusion d’information en cas d’alerte.

Au plan international

  • le CNR est membre du réseau européen pour le diagnostic des maladies virales d’importation (European Network for diagnostics of Imported viral Diseases, Berlin, Allemagne). Ce réseau regroupe des laboratoires spécialisés de plus de 30 pays européens. Les objectifs de ce réseau sont de surveiller l’introduction et la circulation de virus en Europe, de définir des conduites à tenir en cas d’importation de ces virus, d’échanger réactifs et matériel biologique et de standardiser les techniques de diagnostic.
  • Le CNR a pour partenaire la « Viral Special Pathogen Branch, Centers for Disease Control and Prevention », Atlanta USA pour la fourniture de réactifs concernant les hantavirus du Nouveau Monde.
  • le CNR est membre du Réseau International des Instituts Pasteur et collabore avec certains Instituts dans le cadre du diagnostic et de l’épidémiologie des infections par hantavirus.

Assurance qualité

Conformément à l’ordonnance n°2010-49 du 13 janvier 2010 relative aux activités de biologie médicale, le CNR s’est engagé dans le processus d’accréditation au référentiel ISO 15189, avec pour objectif une accréditation complète avant le 1 novembre 2016.

Mise à jour le 13/11/2013