Actualités - rapports

Rapports d'activité

Rapports du CNR

2013
- 2012
- 2011
- 2010
- 2009
- 2008
- 2007 

Rapports de l'Unité

- 2011
- 2009
- 2008

Publications


Questions fréquemment posées (Frequently Asked Questions)

Prévention contre la Listeriose humaine : recommandations du Ministère en charge de la Santé

- Quelles sont les personnes les plus exposées à une listériose ?
- Quels sont les aliments les plus susceptibles d’être contaminés par les Listeria ?
- Quelles précautions faut-il prendre pour éviter une listériose ? (mesures préventives)
- Je crains d’avoir consommé un aliment contaminé par la Listeria. Quels sont les risques ? Dois-je prendre des antibiotiques ? Lesquels ?

Quelles sont les personnes les plus exposées à une listériose ?
Personnes à risque : Extrait du Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire (BEH) n° 2000/04

1) Les femmes enceintes, quel que soit le terme de la grossesse
2) Personnes avec une maladie ou un traitement entraînant une diminution de l’immunité. 
     On peut les classer en 3 groupes avec un niveau de risque décroissant:
      . Personnes atteintes d’hémopathies, transplantées, atteinte de SIDA
      . Personnes atteintes de cancers solides, d’hépatopathies et les hémodialysés
      . Personnes diabétiques mal équilibrées et les alcooliques
3) Les sujets âgés bien-portants n’ont pas un risque beaucoup plus élevé que celui de la population générale
4) Les enfants même jeunes ont un risque identique voire plus faible que celui de la population générale

Quels sont les aliments les plus susceptibles d’être contaminés par les Listeria ?
Aliments à risque Extrait du Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire (BEH) n° 2000/04

Les produits les plus sensibles à une contamination sont ceux qui peuvent favoriser la croissance des Listeria, qui ont une durée de vie longue et qui peuvent être consommés sans être chauffés (produits laitiers, charcuterie, et produits de la pêche). Environ 5% des aliments sensibles sont contaminés à la distribution (enquête DGCCRF).
Multiplication de la bactérie : elle se développe à le température du réfrigérateur, survit à la congélation, et est détruite par la cuisson. Elle se multiplie entre -2°C et 45°C avec un optimum entre 30°C et 37°C.

Quelles précautions faut-il prendre pour éviter une listeriose ? (mesures préventives)
Mesures préventives : Extrait du Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire (BEH) n° 2000/04

La meilleure prévention pour les personnes à risque que sont les femmes enceintes et les sujets immunodéprimés consiste à éviter la consommation des aliments les plus fréquemment contaminés et à respecter certaines règles lors de la manipulation et la préparation des aliments.
Ces recommandations sont liées à la nature même de Listeria monocytogenes (L.m.), son habitat et sa résistance.
1- L.m. résiste au froid mais est sensible à la chaleur. Or parmi les aliments les plus fréquemment contaminés par L.m., certains sont consommés sans cuisson.
La consommation de ces aliments à risque consommés en l’état doit être évitée :
   - éviter de consommer des fromages au lait cru (ainsi que le fromage vendu râpé) ;
   - éviter la consommation de poissons fumés, de coquillages crus, de surimi, de tarama, etc.
   - éviter de consommer crues des graines germées telles que les graines de soja
L.m peut également contaminer, lors de leur fabrication, des produits qui subissent une cuisson au cours de leur préparation mais sont ensuite consommés en l’état. Si la contamination de ces produits intervient après l’étape de cuisson, ces produits présentent le même risque que des produits crus contaminés. Il s’agit pour l’essentiel de produits de charcuterie :
   - éviter les produits de charcuterie cuite tels que les rillettes, pâtés, foie gras, produits en gelée,etc.
   - pour les produits de charcuterie type jambon, préférer les produits préemballés qui présentent moins de risque d’être contaminés.

2- L.m. est ubiquitaire, les aliments sont contaminés par contact avec l’environnement :
   - enlever la croûte des fromages ;
   - laver soigneusement les légumes crus et les herbes aromatiques ;
   - cuire les aliments crus d’origine animale (viande, poissons, charcuterie crue telle que les lardons).
Ces mesures sont suffisantes pour éliminer les germes qui se trouvent en plus grande quantité en surface de ces aliments. Les steaks hachés, qui sont des aliments reconstitués (et pour lesquels cette notion de contamination en surface ne peut être retenue), doivent impérativement être cuits à coeur.

3- Afin d’éviter des contaminations croisées (d’un aliment à l’autre) : 
   - Conserver les aliments crus (viande, légumes, etc.) séparément des aliments cuits ou prêts à être consommés ;
   - Après la manipulation d’aliments non cuits, se laver les mains et nettoyer les ustensiles de cuisine qui ont été en contact avec ces aliments.

4- Les règles habituelles d’hygiène doivent également être respectées :
   - les restes alimentaires et les plats cuisinés doivent être réchauffés soigneusement avant consommation immédiate ;
   - nettoyer fréquemment et désinfecter ensuite avec de l’eau javellisée son réfrigérateur ;
   - s’assurer que la température du réfrigérateur est suffisamment basse (4°C) ;
   - respecter les dates limites de consommation.

Je crains d’avoir consommé un aliment contaminé par la Listeria. Quels sont les risques ? Dois-je prendre des antibiotiques ? Lesquels ?

Il est essentiel de consulter votre médecin traitant. Il aura certainement connaissance de l’avis suivant extrait du Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire (BEH) n° 2000/04

AVIS DU CONSEIL SUPERIEUR D’HYGIENE PUBLIQUE DE FRANCE
(approuvé le 29 juin 1999)
SUR L’OPPORTUNITE D’UNE ANTIBIOPROPHYLAXIE POUR LES PERSONNES AYANT CONSOMME UN ALIMENT CONTAMINE PAR LISTERIA MONOCYTOGENES

Considérant :
- qu’il n’y a pas de données dans la littérature qui permettent d’apprécier réellement le risque lié à la consommation d’un aliment contaminé ;
- que les éléments recueillis par le CNR des Listeria et les données de l’InVS ont montré que le nombre de cas humains identifiés après différentes alertes alimentaires a toujours été extrêmement faible par rapport au nombre estimé de personnes ayant consommé l’aliment contaminé ;
- qu’il n’y a pas d’exemple, à sa connaissance, de pays recommandant une antibioprophylaxie à la suite de consommation d’aliment contaminé par Listeria monocytogenes ;
- qu’en revanche, la recommandation faite aux populations à risque est de consulter un médecin sans délai en cas de fièvre ou syndrome grippal durant les deux mois suivant la consommation d’un aliment contaminé ;
la section des maladies transmissibles du Conseil supérieur d’hygiène publique de France émet l’avis suivant :
En raison de la rareté des cas survenant après consommation d’un aliment qui s’avère a posteriori contaminé, de la relative faiblesse du risque tel qu’il apparaît dans l’état actuel des connaissances et de l’absence d’élément scientifique en faveur d’un traitement antibiotique en l’absence de signe clinique, il n’y a pas lieu de recommander une antibioprophylaxie systématique en cas de consommation d’un aliment contaminé par Listeria monocytogenes.

En revanche une information aux consommateurs est dans ce cas impérative, les invitant notamment à faire preuve de vigilance et à consulter sans délai devant l’apparition de fièvre, isolée ou accompagnée de maux de tête, survenant dans les deux mois qui suivent la consommation de l’aliment contaminé.

CET AVIS NE PEUT ETRE DIFFUSE QUE DANS SON INTEGRALITE SANS SUPPRESSION NI AJOUT