Développement de thérapies innovantes / Produits de thérapies innovantes

Revue des produits de thérapies innovantes développés à l’Institut Pasteur


Les produits de thérapies innovantes développés par l’Institut Pasteur sont destinés à prévenir, contrôler ou guérir :
-          des pathologies d’origine infectieuse,
-          des maladies neurodégénératives,
-          ou encore des cancers,
et sont tous à des stades différents de développement (cf schéma ci-contre).

 

Syndrome de Sanfilipo

Il s’agit d’un projet de thérapie génique développé par le professeur Jean-Michel Heard, directeur du département de neuroscience. Le projet consiste en l’injection intracérébrale d’un vecteur AAV (Adeno-Associated Virus) codant pour l’α-N-AcetylGlucosaminidase, enzyme déficiente chez les enfants atteints de la maladie de Sanfilippo B.

Dans le cadre de ce projet, l’Institut Pasteur s’est porté promoteur en mars 2009 de l’essai clinique de phase I/II chez l’enfant. Le PIRC est en charge de l’expertise préclinique et clinico-réglementaire en vue d’un essai clinique en population pédiatrique.

Cancer

Mélanome

Il s’agit d’un candidat vaccin développé par le professeur Claude Leclerc, chef d’unité de recherche de régulation immunitaire et vaccinologie. Il se compose d’une protéine recombinante associant un épitope CTL de mélanome (tyrosinase A2) couplé génétiquement à l’adenylate cyclase de B. Pertussis pour faciliter le ciblage aux cellules dendritiques et le déclenchement de réponses CTL.

L’Institut Pasteur n’est pas promoteur du développement de ce produit de thérapie innovante. Néanmoins, du fait du partenariat étroit avec le promoteur, le PIRC apporte une expertise préclinique dans ce développement.

► Pour aller plus loin :
sur l’essai clinique

Adénocarcinome – Cancer du sein

Il s’agit d’un candidat vaccin développé par le professeur Claude Leclerc, chef d’unité de recherche de régulation immunitaire et vaccinologie. Il se compose d’un glycopeptide entièrement synthétique comprenant un antigène tumoral (Tn) et un épitope « universel » issu de la toxine tétanique favorisant la reconnaissante de la molécule par les lymphocytes T CD4+.

Le PIRC est en charge de l’expertise préclinique et clinico-réglementaire en vue de futurs essais cliniques.

► Pour aller plus loin :
sur le vaccin en développement
 
VIH

Il s’agit d’un candidat vaccin recombinant rougeole codant pour trois protéines du VIH (gag, pol, Nef) développé par le professeur Frédéric Tangy, responsable de l’unité de génomique virale et vaccination. Ce projet s’inscrit dans un consortium européen.

Dans le cadre de ce projet, l’Institut Pasteur s’est porté promoteur de l’essai clinique de phase I. Le PIRC a apporté une expertise préclinique, a pris en charge l’ensemble des activités relatives au promotorat et continue d’apporter une expertise clinico-réglementaire pour les développements futurs.
 
Paludisme

Il s’agit d’un candidat vaccin composé d’une protéine recombinante « PfMSP1p19 » constituée du fragment p19 (partie C-terminale de la protéine MSP1 du mérozoîte), produite dans le système d’expression baculovirus-cellule d’insecte. Ce candidat vaccin a été développé par Mme Shirley Longacre, chercheur au sein de l’unité de Biologie des Populations Lymphocytaires.

Dans le cadre de ce projet, le PIRC a été sollicité pour une expertise préclinique
Dysenterie bacillaire

Shigella dysenteriae  

SC599 est candidat vaccin vivant atténué contre les dysenteries bactériennes à S. dysenteriae de sérotype 1 (SD1) développé par Philippe Sansonetti, chef d’unité de pathogénie microbienne moléculaire.

Ce candidat vaccin a déjà fait l’objet de 2 essais cliniques chez des volontaires sains en Angleterre et en France sous le promotorat de l’Institut Pasteur.
Dans le cadre de ce projet, le PIRC a été sollicité pour une expertise sur les phases ultérieures de développement.

Shigella flexneri        

SF2a est candidat vaccin sous-unitaire monovalent, de type glycoconjugué semi-synthétique, contre la forme endémique de la shigellose ou dysenterie bacillaire causée par Shigella flexneri 2a (SF2a) développé par Laurence Mulard, chef de l’unité postulante de chimie des biomolécules et Armelle Phalipon, chercheur au sein de l’unité de pathogénie microbienne moléculaire.

Le PIRC est en charge de l’expertise préclinique et clinico-réglementaire en vue de futurs essais cliniques.
Charbon

Il s’agit d’un candidat vaccin composé de protéine PA recombinante (rPA ; Protective Antigen) associée à des spores inactivées par le formaldéhyde d’une souche Sterne de Bacillus anthracis et adjuvanté avec de l’hydroxyde d’aluminium. Ce projet a été développé par le professeur Michèle Mock responsable de l'Unité des Toxines et Pathogénie Bactérienne. Ce projet répond à un besoin exprimé par la Direction Centrale du Service de Santé des Armées vis-à-vis de la maladie du charbon au profit des forces armées. Il entre dans le cadre des contre-mesures médicales spécifiques face au risque biologique militaire prioritaire, ou de bioterrorisme. Vaccin thérapeutique en complément d’une antibiothérapie post-exposition

Dans le cadre de ce projet, l’Institut Pasteur s’est porté promoteur en 2004 de l’essai clinique de phase I. Le PIRC est en charge de l’ensemble de la coordination du projet.
Grippe

Il s’agit du développement d’une nouvelle thérapie contre influenza à l’aide de « small molecule inhibitors» et de « siRNA ». Cette thérapie s’inscrit dans un consortium européen.