Recherche / Départements scientifiques / Unité de Génétique des Biofilms

Groupe de Génétique des Biofilms

ghigo
Jean-Marc Ghigo
L’essentiel des connaissances en physiologie bactérienne repose sur des études réalisées en milieu liquide, dans des conditions où les bactéries ont un mode de vie planctonique. Pourtant, dans la plupart des environnements, les bactéries se développent associées aux surfaces et forment des populations fixées et enrobées d’une matrice auto produite appelées biofilms. Fréquemment nuisible en milieux industriels, la formation de biofilms sur l’instrumentation médicale constitue une source de contamination contribuant au développement d’infections nosocomiales. Le contrôle du biofilm est ainsi un enjeu de santé publique et un enjeu économique considérable.
A ce jour, la nature des réponses physiologiques spécifiques des bactéries du biofilm est encore peu connue. Notre objectif est d’identifier les facteurs cellulaires essentiels pour la formation du biofilm mature (recherche de facteurs spécifiques du biofilm) et de mettre en évidence des fonctions et réponses physiologiques caractéristiques de cet environnement (échanges génétiques, adhésion, communication inter bactériennes, modalités de résistance aux antibiotiques). Ces approches, principalement réalisées chez des isolats commensaux ou pathogènes de la bactérie Escherichia coli, sont également utilisées, à travers d’étroites collaborations, pour étudier la régulation de la formation des biofilms chez d’autres micro-organismes tels que Salmonella enteritidis, Klebsiella pneumoniae, Staphylococcus aureus, Candida albicans et Candida glabrata. La caractérisation de tels facteurs pourrait contribuer à une meilleure compréhension de ce mode de vie fixé.
Nos travaux pourraient également fournir des pistes pour le développement de stratégies destinées à prévenir ou contrôler la formation de biofilms dans des situations où ceux-ci constituent un problème sanitaire, industriel ou écologique.
biofilm