Thèmes de Recherche

Génétique de la sensibilité aux maladies infectieuses

L’inquiétude suscitée par l’apparition de maladies émergentes et ré-émergentes et par l’isolement de nouvelles souches de bactéries pathogènes résistantes aux antibiotiques justifie l’intérêt accru porté aux maladies infectieuses. L’issue clinique des maladies infectieuses est déterminée par des interactions complexes entre l’agent pathogène et le génome des personnes infectées, sous l’influence de facteurs de l’environnement et du hasard. La souris de laboratoire est un animal essentiel pour identifier les mécanismes génétiques impliqués dans la sensibilité aux maladies infectieuses. L’infection expérimentale de souris exemptes d’organismes pathogènes spécifiques, élevées dans des conditions contrôlées et issues de croisements entre des lignées consanguines de génotypes connus, avec une dose donnée d’un inoculum pur d’un agent pathogène bien caractérisé, offre une approche puissante pour disséquer les mécanismes génétiques de la sensibilité aux maladies infectieuses. Cette approche élimine en effet plusieurs sources de la variance environnementale, ce qui rend plus facile l’identification des gènes contrôlant la sensibilité de l’hôte, même lorsque ces gènes ont un effet faible sur l’issue du processus infectieux. Nous utilisons cette approche et, dans une première phase, nous concentrons nos recherches sur quelques micro-organismes hautement pathogènes pour l’homme et diverses espèces animales, en particulier Yersinia pestis, l’agent de la peste, Salmonella Typhimurium qui provoque la salmonellose, et le virus de la fièvre de la Vallée du Rift, responsable de fièvres hémorragiques.

 


Biologie des cellules souches embryonnaires et adultes

Les cellules souches sont capables de se reproduire à l’identique, et de produire des progéniteurs engagés dans une voie de différenciation. La régulation du nombre des cellules souches, progéniteurs et cellules différenciées est un problème essentiel pour les organismes multicellulaires. Des défauts dans les mécanismes de renouvellement des cellules souches peuvent conduire à la disparition du lignage correspondant ou à des cancers. La plupart des mécanismes qui contrôlent le comportement des cellules souches sont inconnus.  Nos recherches visent à comprendre les processus d’émergence et de maintien des cellules souches, ainsi que la différenciation  des progéniteurs. Nous utilisons des approches génétiques pour traiter de ces questions dans le contexte d’un organisme entier, la souris. Nous concentrons nos efforts sur Notchless, identifié dans notre laboratoire comme un régulateur essentiel du maintien des cellules souches. Notre objectif est de décrypter les comportements cellulaires et les mécanismes moléculaires sous-jacents à la fonction de Notchless dans trois systèmes hiérarchiques reposant sur des cellules souches: les cellules embryonnaires souches, le tissu hématopoïétique et l’épithélium intestinal. En savoir plus.