Objectifs

Le caractère invasif d’Entamoeba histolytica dépend de trois facteurs principaux : premièrement la mobilité des amibes vers l’épithélium intestinal, deuxièmement leur adhésion à cet épithélium et troisièmement leur activité lytique sur les cellules humaines. Les études menées dans l’Unité de Biologie Cellulaire du Parasitisme à l’Institut Pasteur visent à comprendre les mécanismes moléculaires et cellulaires qui permettent l’invasion de tissu par E. histolytica Les points les plus marquants de notre activité de recherche indiquent que le cytosquelette de E. histolytica sous-tend le processus pathogène. Les activités parasitaires d’adhérence aux cellules et de mobilité sont ainsi essentielles. Nous nous sommes plus particulièrement intéressés à comprendre comment les cellules se déplaçaient en analysant les molécules chimio-attractantes, la dynamique du cytosquelette et des molécules associées, responsables de la mobilité. Mais également nous nous intéressons à la caractérisation des protéines « moteurs » de ces activités comme les myosines. L’interaction de E. histolytica avec les entérocytes est étudiée par l’identification de molécules d’adhérence et l’analyse de voies de signalisation. Enfin, dans le but de comprendre les transformations du parasite lors de l’invasion tissulaire, une étude de la régulation de l’expression des gènes a été entreprise. Ces études permettront certainement de mettre en évidence de nouvelles cibles pour un éventuel développement pharmacologique contre l’amibiase.