Dossiers de presse

Le Centre national de référence des Arbovirus au premier plan de la surveillance


Le Centre National de Référence (CNR) des Arbovirus de l’Institut Pasteur, dirigé par Philippe Després, est fortement impliqué dans la surveillance et le diagnostic du virus Chikungunya. Il est en effet chargé de la surveillance du virus sur tout le territoire français, et de la surveillance renforcée sur les départements à risque du sud de la France, concernés par la présence du moustique vecteur du virus. Le CNR des Arbovirus participe à l’alerte épidémiologique sous la tutelle de l’InVS et de la Direction générale de la Santé.
 
De plus, le CNR assiste actuellement les équipes de La Réunion et de Mayotte pour la confirmation des cas ou pour certains diagnostics de première intention, depuis les premiers cas locaux de mars 2010. Le CNR cherche en parallèle à identifier l’origine du virus circulant en 2010 à La Réunion, pour déterminer s’il provient d’une ré-émergence de la souche locale ou d’une importation de Madagascar de la souche variante de 2005-2006. L’équipe travaille pour cela en étroite collaboration avec la plate-forme de Génotypage des pathogènes et Santé publique de l’Institut Pasteur.

Enfin, l’équipe du CNR participe actuellement à une étude menée à La Réunion sur les espèces animales sauvages et domestiques, pour identifier d’éventuels réservoirs naturels du virus. Ces travaux sont menés en collaboration avec des vétérinaires civils et militaires, dans le cadre d’un programme coordonné par l’INRA.

 Une forte mobilisation depuis le début de l’épisode épidémique de 2005


En 2005, le CNR des Arbovirus de l’Institut Pasteur, localisé à l’époque à Lyon et dirigé par Hervé Zeller, a été impliqué dès mars 2005 dans le diagnostic et l’épidémiologie moléculaire des cas de chikungunya. Il a ainsi réalisé la confirmation de l’implication du virus chikungunya à La Réunion (avril 2005), aux Seychelles (août 2005) et à Madagascar (février 2006). Il a également effectué un diagnostic sérologique de première ligne sur plus de 2000 prélèvements en provenance de La Réunion et d’autres îles de l’Océan Indien (Seychelles, Mayotte, Maurice, Madagascar), ainsi que le transfert de techniques sérologiques et de réactifs (pour 20000 sérologies), préparés au CNR, aux laboratoires privés et hospitaliers assurant le diagnostic de la maladie.

L’équipe a par ailleurs participé au programme de séquençage du génome entier en collaboration avec la plate-forme de Génotypage des pathogènes et Santé publique de l’Institut Pasteur à Paris, co-dirigée par Sylvain Brisse et Valérie Caro.



Entrée du Groupe Hospitalier Sud Réunion, avec lequel le CNR des Arborvirus
a collaboré dès 2005.


logoIPnew_100x37