accueil  |   collecte  |   biographies  |   fonds  |   index généraux : auteurs   matières  |   icono.  |   liens 


Repères chronologiques
Eugène Wollman (1883-1943)
fonds d'archives
 

Médecin et biologiste français d'origine russe, né à Minsk (Russie), le 01/05/1883.
Bref séjour à New York où son père, médecin, a émigré. Après le décès de son père, sa mère et les deux enfants retournent à Minsk où Eugène fait ses études secondaires.
1902 Etudes d'ingénieur, puis de médecine et biologie à l'Université de Liège.
1906-1909 Assistant du physiologiste L. Fréderick et du zoologiste E. Van Beneden à l'Université de Liège.
1909 Docteur en médecine de l'université de Liège.
1910 Epouse Mlle Elisabeth Michelis, une amie d'enfance, avec laquelle il aura trois enfants, Alice, Nadine et Elie (E. Wollman).
1909-1919 Boursier, puis Assistant à l'Institut Pasteur, travaille dans le laboratoire de E. Metchnikoff, sur les microbes amylolytiques de l'intestin grêle et sur la désintoxication intestinale. Précurseur de la mise au point de l'élevage stérile de mouches, de têtards et de cobayes.
1914-1918 Engagé volontaire, médecin aide-major (Hôpital militaire du Val-de-Grâce, campagnes en Afrique et en Orient).
1922 Naturalisation française au titre d'engagé volontaire pour la durée de la guerre.
1919-1929 Nommé chef de laboratoire à l'Institut Pasteur. Continuation des travaux sur l'élevage stérile des animaux. Début de l'étude du rôle des microorganismes dans la production des vitamines A et B. Travaux sur la protéolyse et sur la phagocytose des bactéries.
1921 Première publication sur la bactériophagie.
1924 Devient membre de la Société de biologie.
1925 Mémoire Recherches sur la Bactériophagie.
1927 Publie dans les Annales de l'Institut Pasteur (tome XLI, 883), Recherches sur la Bactériophagie (Phénomène de Twort-d'Herelle). E. Wollman y résume les faits expérimentaux connus sur les bactériophages et avance ses hypothèses sur leur caractère contagieux et héréditaire. La transmissibilité de la bactériophagie d'une bactérie à une autre est discutée en s'appuyant sur l'existence de supports matériels ou facteurs présentant une constitution physico-chimique relativement simple et assez stable pour pouvoir se conserver dans le milieu extracellulaire.
1929-1932 Dirige l'Institut Sanitas à Santiago-du-Chili, à la demande d'E. Roux et de A. Calmette.
1932 De retour à Paris, tombe gravement malade.
1934-1943 Chef de Service à l'Institut Pasteur de Paris. Travaux sur les propriétés antigéniques spécifiques des bactériophages, sur la lyse bactérienne et les agents inducteurs de la lyse. Préparation de sérums anti-phages et étude de leurs effets sur la lysogénie. Analyse des deux phases de la lyse des bactéries et du rôle du lysozyme. Etude de l'action de facteurs physico-chimiques (acides, chaleur, ultrapressions) sur les bactériophages. Recherche sur la nature chimique des bactériophages. Travaux sur l'immunité des animaux à sang froid. Poursuite des études sur la synthèse des vitamines et sur la vaccination anticharbonneuse.
1937 Aux côtés de A. Besredka, P. Giroud et M. Macheboeuf, participe à une mission scientifique en URSS.
1940 A la mort de A. Besredka, crée un service consacré au bactériophage.
05-06/1940 Alors que Paris est menacé par l'armée allemande, le directeur de l'Institut Pasteur, G. Ramon, qui envisage de faire évacuer la majorité du personnel, demande à quelques volontaires de rester à l'Institut. E. Wollman répond à cet appel pour être affecté, sembe-t-il, à la production de sérum antigangréneux.
1940-1943 Bien qu'interdit de publication par les lois antisémites, E. Wollman continue ses recherches sur la multiplication des bactériophages aux températures limites compatibles avec la vie des bactéries sensibles. Avec R. Latarjet et Rouyer, débute des expériences sur la sensibilité au radium des bactériophages (travaux publiés par Rouyer et Latarjet). Avec P. Grabar, met en route des essais d'ultrafiltrations des bactériophages et avec G. Girard des études sur les bactériophages actifs sur le bacille de Yersin. Etudie, avec Rouyer, leur diffusion dans la gélose en relation avec leurs dimensions.
12/1943 Arrêté à l'Institut Pasteur par la police, puis interné à Drancy avec son épouse, Mme Elisabeth Wollman. Mort en déportation à Auschwitz.

Publications en collaboration avec : Ch. Anderson, M. Aberbuch, M. Bardach, J. Basset, P. Brutsaert, M. Cohendy, J. Colas-Belcour, P. Ducrest, F. Duran-Reynals, A. Giroud, L. Goldenberg, Ph. Gonzales, J. A. Graves, F. Holweck, V. V. Labernadie, A. Lacassagne, L. Lecrenier, S. Luria., M. Macheboeuf, E. Metchnikoff, J. Ostrowski, R. Ratsimamanga, E. Suarez, A. Urbain, Uribe, M. Vagliano, E. Van Beneden, Mme E. Wollman.

Références bio. :
- Chamak (Brigitte), Entretien avec Elie Wollman , 7 p. dact., 07/02/200.
- Lwoff (André), Eugène Wollman, A la mémoire de quinze savants français lauréats de l'Institut assassinés par les Allemands, 1940-1945 , Paris, Gauthier-Villars, p. 133-145, 1958.

Service des Archives de l'Institut Pasteur