accueil  |   collecte  |   biographies  |   fonds  |   index généraux : auteurs   matières  |   icono.  |   liens 


Repères chronologiques
Michel Weinberg (1868-1940)

 

Médecin et biologiste français d'origine russe, né à Odessa (Russie), en 1868. Il a quatre soeurs, Maroussia, Eléonora, sophie et Clara, et un frère, Ephraïm, devenu directeur de la Banque impériale de Saint-Petersbourg.
1886-1888 S'inscrit à la Faculté de droit d'Odessa. Critiquant le régime tsariste et proclamant des idées révolutionnaires auprès des étudiants, il finit par être renvoyé de la faculté et exilé, loin de sa famille, dans une ville dépourvue d'université. En 1888, il décide de quitter la Russie.
1888-1900 Suit les cours de la faculté de médecine de Paris. Fait venir à Paris sa mère et ses trois soeurs qui débutent toutes des études de médecine.
1892-1900 Préparateur de M. Letulle au Laboratoire des travaux pratiques d'anatomie pathologique de la faculté de médecine de Paris.
1892-1895 Entreprend l'examen histologique de tous les appendices enlevés dans le service du Dr Gérard-Marchant, dont il est l'externe.
1895-1899 Interne en chirurgie à l'Hôpital de Saint-Denis.
1896 Suit le cours de microbiologie de l'Institut Pasteur.
1897 Parution d'un mémoire résumant l'ensemble des recherches poursuivies avec M. Letulle sur toutes les formes de l'appendicite aiguë ou chronique et sur le cancer de l'appendice. Plus tard, il entreprendra l'étude des différents facteurs étiologiques de l'appendicite, ainsi que sa flore microbienne et son traitement sérique.
1898 Soutient sa thèse de doctorat en médecine : Résumé des lésions histologiques des formes communes de l'appendicite .
1899 Obtient, avec M. Letulle, une récompense au concours du prix Laborie de l'Académie de médecine, Paris. Autres prix obtenus dans cette même académie : Capuron (1899) ; Saintour (1928).
1900 Chef de laboratoire à l'hôpital Boucicaut.
1900-1914 Entre comme préparateur à l'Institut Pasteur, Paris, dans le service de E. Metchnikoff. Il y étudie le rôle des helminthes dans l'inoculation des microbes pathogènes, au niveau de la paroi appendiculaire, puis le mode d'action de ces parasites sur l'organisme de l'homme et des animaux. Etablit que les helminthes et leurs larves sont capables d'inoculer les germes pathogènes non seulement en un point quelconque de la paroi gastro-intestinale, mais aussi dans les tissus où ils pénètrent. Confirme l'hypothèse de la sécrétion de toxines par les helminthes et de la formation d'anticorps spécifiques dans l'organisme infesté. Met au point la technique de la réaction de fixation de l'alexine appliquée au sérodiagnostic de l'échinococcose. Montre que les animaux infestés par les helminthes s'immunisent peu à peu contre l'action des produits sécrétés par ces parasites et réussit à reproduire chez le cobaye par l'injection de liquide hydatique, tous les symptômes de l'anaphylaxie échinoccoccique observés chez l'homme.
1901 Naturalisé français.
1906 En collaboration avec M. Leger, mène une enquête sur l'ankylostomiase dans les mines de houille du centre et du midi de la France, pour le compte du ministère des Travaux publics.
1907 Participe à l'enquête de l'Institut Pasteur de Tunis sur les vers intestinaux et l'appendicite.
1910 Nommé chef de laboratoire à l'Institut Pasteur, Paris.
1912 Devient membre titulaire de la Société de biologie.
1913 Dirige, avec A. Gilbert, la publication du Traité du sang . L'ouvrage est réédité en 1932.
1914-1918 Engagé volontaire en qualité d'aide major, il est nommé chef de laboratoire à l'Hôpital militaire d'Issy-les-Moulineaux où il entreprend l'étude des microbes anaérobies de la gangrène gazeuse. Il ne tarde pas à apporter la preuve que la flore de cette dernière est variée et que l'on peut y rencontrer d'autres anaérobies que du vibrion septique et du B. perfringens . Il y découvre plusieurs espèces d'anaérobies : le B. oedematiens , présent dans 30% des cas, surtout dans le type toxique oedémateux ; le B. fallax et le B. aerofoetidus , capables de causer des formes de la gangrène gazeuse qu'il appelle pseudo-graves. Décèle, dans un certain nombre de cas, la présence du bacille histolytique qui joue un rôle très important dans l'étiologie de l'infection gangreneuse.
1915 S'attache à la préparation de sérums dirigés contre les différents germes de la gangrène gazeuse. Obtient successivement le sérum anti-perfringens , le sérum anti-vibrion septique, anti-oedematiens , anti-histolytique et anti-sporogenes. Par un mélange de ces différents sérums met au point un sérum anti-gangreneux polyvalent. Préparation d'un sérum anti-B. coli , d'un autre sérum appelé anti-complémentaire, visant certains microbes fréquemment observés dans l'appendicite, d'un sérum anti-botulinique.
1916 Conférences à la Royal Society of Medecine (Londres) et à la Faculté de médecine de Glasgow.
1918 Membre de la Commission de la gangrène gazeuse au ministère de la Guerre. Publie une monographie, en collaboration avec P. Séguin : La gangrène gazeuse .
1919 Lauréat, avec P. Séguin, du prix Montyon de l'Académie des sciences, Paris.
1920-1927 Rencontre Claudie Renard, élève de la Schola Cantorum , qui devient, après avoir suivi le cours de microbiologie de l'Institut Pasteur, sa collaboratrice à l'Institut. Fréquente, avec elle, les concerts Lamoureux, et toujours avec elle, organise des soirées hebdomadaires, où se cotoient des musiciens comme Vincent d'Indy, ou des scientifiques comme Paul Langevin.
1921 Donne un cours sur les microbes anaérobies à l'Institut d'hygiène de Madrid. Participe à une mission au Chili, organisée par le Gouvernement chilien. Donne des conférences sur la gangrène gazeuse aux facultés de médecine de Buenos Aires et de Montevideo.
1923 Dès la mise au point par G. Ramon des anatoxines diphtérique et tétanique, il emploie les anatoxines Perfringens , oedematiens et histolytique pour l'obtention de sérums anti-gangreneux. Organise la production intensive des sérums gangreneux destinés aux armées.
1925 Chargé, par le ministère de la Guerre, d'une mission d'étude de la gangrène gazeuse chez les blessés du front marocain.
1926 Nommé professeur à l'Institut Pasteur.
1927 Publie une monographie, en collaboration avec B. Ginsbourg : Données récentes sur les microbes anaérobies et leur rôle en pathologie .
1930 Donne des conférences dans les universités suisses sur les infections polymicrobiennes et leur traitement sérique, puis dans les universités des Etats-Unis et de Cuba, sur les maladies causées par les microbes anaérobies.
1935 Elu membre de l'Académie nationale de médecine.
04/1940 Hospitalisé au Sanatorium de Bullion, où l'Hôpital de l'Institut Pasteur s'est replié. Ses amis, M. Caullery et Ch. Pérez, viennent lui rendre visite.
21/04/1940 Décès au Sanatorium de Bullion. G. Ramon, au nom de l'Institut Pasteur, retrace sa carrière lors de ses obsèques.

Publications en collaboration avec : J. Alexa, H. Arnal, P. Aznar, J. Barotte, Berthelot, Blanc, E. Brimont, Boidin, J. Bromfenbrenner, Chevalier, A. Ciuca, N. Combiesco, J. Davesne, G. M. Duthie, Francon, B. frenkel, Furquet, P. Haber, A. Henry, A. Howard, P. Forgeot, A. Gilbert, B. Ginsbourg, P. Goy, C. Jonesco-Mihailesco, A. Julien, M. Keiline, L. Kepinow, G. Laroche, M. Lefranc, M. Léger, Le Roy des Barres, M. Letulle, U. Mello, F. Mesnil, E. Metchnikoff, A. Moore, M. Nasta, E. Nicolas, I. Otelesco, Parvu, A.-R. Prévot, Ed. Pozerski, A. Randin, Cl. Renard, M. Romanovitch, M. Rubinstein, I. Saeves, C. Sanchez, P. Séguin, W. R. Steinhouse, A. Staub, G. Thibault, A. Vieillard.

Références biblio. :
- Renard (Claudie), transcription dactylographique d'un récit autobiographie, 26 p. (Archives Institut Pasteur, REN.).
- Weinberg (Michel), Titres et travaux scientifiques de M. Weinberg , Paris, A. Maretheux et L. Pactat, imp., 1932, 52 p.

Service des Archives de l'Institut Pasteur