accueil  |   collecte  |   biographies  |   fonds  |   index généraux : auteurs   matières  |   icono.  |   liens 


Repères chronologiques
Jean Valtis (1888-1950)

 

Médecin et biologiste français d'origine grecque, né le 16/10/1888, à Athènes (Grèce).
1914-1918 Devient l'adjoint du médecin-général Arnaud, directeur de la mission militaire française auprès du Service de santé de l'armée grecque. Reçoit, en 1917, la croix de chevalier de la Légion d'honneur et la médaille des épidémies.
1920-1928 Recommandé par le médecin-général Arnaud, entre dans le laboratoire de A. Calmette, à l'Institut Pasteur. Il y assure, avec L. Nègre, la préparation du vaccin BCG, en même temps qu'il est associé aux recherches sur la tuberculose : Avec Calmette et M. Lacomme, étudie les éléments filtrables du bacille de Koch, et le rôle qu'ils peuvent jouer dans la transmission transplacentaire de la tuberculose de la mère à l'enfant ; recherches sur l'emploi de l'antigène méthylique de A. Boquet et L. Nègre dans la mise en évidence des anticorps tuberculeux par la déviation du complément et dans le traitement de la tuberculose ; Avec A. Boquet et L. Nègre, travaux sur la dissémination des bacilles tuberculeux et paratuberculeux dans l'organisme des cobayes et sur la virulence des bacilles tuberculeux jeunes.
1920-1924 Assistant étranger au dispensaire Léon-Bourgeois de l'hôpital Laennec. Assure la liaison entre le laboratoire de la tuberculose de l'Institut Pasteur et le service hospitalier de phtisiologie de l'hôpital.
1924-1933 Assistant étranger de Léon Bernard, à la clinique de la tuberculose de l'hôpital Laennec.
1928 Promu chef de laboratoire à l'Institut Pasteur. Avec F. van Deinse, met en évidence l'allergie latente chez le cobaye.
Publie les résultats de ses recherches cliniques en phtisiologie avec Léon Bernard, L. Baron, J. Rolland, A. Maurer et Coste, ainsi que deux ouvrages sur la tuberculose.
Obtient sa naturalisation française grâce à l'appui de Calmette.
1930 Nommé, par le Gouvernement grec, professeur de phtisiologie à la Faculté de médecine d'Athènes. Obtient de Calmette l'autorisation de partager son temps entre Athènes et l'Institut Pasteur (Paris).
1933 Après le décès de Calmette, ne consacre que les mois d'été à ses recherches à l'Institut Pasteur.
1935 Reçoit d'un donateur grec une importante somme d'argent destinée à la fondation, en Grèce, d'un établissement de cure et d'enseignement de la tuberculose, doublé d'un laboratoire de recherche.
1936 Devient membre de la Société philomatique de Paris.
1939-1945 Se trouvant à Paris lors de la déclaration de guerre, choisit de rester en France, avant que L. Martin, directeur de l'Institut Pasteur, lui demande de retourner à Athènes pour y défendre les intérêts français, notamment ceux de l'Institut Pasteur Hellénique.
1948 Participe au premier congrès international du BCG, à Paris.
Nommé chef de service honoraire à l'Institut Pasteur.
1948-1949 Nommé directeur de l'Institut Pasteur Hellénique en remplacement de R. Boisseau.
1949 Elu à l'Académie nationale de médecine de Paris, comme correspondant étranger pour la division hygiène. Nommé directeur du Centre de tuberculose de l'Hôpital Sotiria d'Athènes.
23/04/1950 Décès.

Publications en collaboration avec : A. Calmette, J. Bablet, J. Bretey, A. Boquet, Lacomme, P. Lépine, J. Magrou, L. Nègre, G. Paisseau, A. Saenz, F. van Deinse.

Références biblio. :
- s.a., "Jean Valtis (1888-1950)", "Annales de l'Institut Pasteur", t. 80, n° 1,01/1951.

Service des Archives de l'Institut Pasteur